Maurice Denis
News

Maurice Denis

Dec 13, 2023

Maurice Denis


 Peintre , illustrateur , théoricien et écrivain français 


Né : 25 novembre 1870 - Granville, France

Mort : 13 novembre 1943 - Paris, France


Enfance


Maurice Denis naît le 25 novembre 1870 dans la ville côtière de Granville, en Normandie, où ses parents se sont installés pour échapper à la guerre franco-prussienne, mais ils reviendront plus tard, avec leur unique enfant, dans la maison de Saint-Germain-en-Laye, dans la banlieue agréable de Paris. Le père de Maurice est fonctionnaire des chemins de fer et sa mère est modiste et couturière.


Élevé dans un foyer catholique, Denis est très tôt habité par des sentiments religieux, ainsi que par une passion et un talent pour l'art. Adolescent, il visite souvent les églises et les cathédrales et en vient à admirer l'œuvre de Fra Angelico ; à l'âge de treize ans, il commence à prendre des cours de dessin, réalisant des esquisses d'après les maîtres anciens du Louvre. À l'âge de quinze ans, il écrit dans son journal : "Oui, il faut que je sois un peintre chrétien, que je célèbre tous les miracles du christianisme". Issu d'une famille aisée, Denis reçoit une éducation classique au lycée Condorcet, l'un des plus prestigieux de Paris, où il rencontre ses camarades artistes et futurs Nabis Édouard Vuillard et Ker-Xavier Roussel. En 1888, il quitte l'école pour s'inscrire à l'Académie Julian, l'école d'art privée du peintre et professeur Rodolphe Julian, qui a produit de nombreux peintres remarquables tout au long du XIXe siècle ; l'année suivante, Denis est admis à la prestigieuse École des Beaux-Arts.



Formation et travail précoces


À l'Académie Julian, Denis étudie aux côtés de ses anciens camarades Vuillard et Roussel. Il se lie également d'amitié avec deux artistes qui joueront un rôle central dans la formation du groupe Nabi, Pierre Bonnard et Paul Sérusier. À cette époque, Denis est profondément influencé par le mouvement symboliste, en particulier par les œuvres de Pierre Puvis de Chavannes, qu'il a vu pour la première fois lors d'une exposition en 1887, et de Paul Gauguin, dont la première exposition au Café Volpini en 1889 a été une révélation pour Denis. Un jour de 1888, Sérusier montre à ses amis de Julian un tableau qu'il a réalisé sous la direction de Gauguin plus tôt dans l'année à Pont-Aven, un quartier de la Bretagne rurale qui a accueilli divers groupements d'artistes depuis les années 1860, et où le peintre plus âgé, Gauguin, s'est installé par intermittence depuis 1886. Denis et ses amis sont tellement émerveillés par l'œuvre de Sérusier - un petit paysage peint au dos d'une boîte à cigares - qu'ils forment un mouvement artistique basé sur la nouvelle vision artistique qu'elle semble capturer et se nomment, d'après le terme hébreu/arabe pour "prophète", "Les Nabis".Ils accordent un tel pouvoir à la peinture de Sérusier qu'elle est connue sous le nom de Talisman. Suivant l'exemple de Gauguin, ce groupe de jeunes peintres français, dont Sérusier, Denis, Bonnard, Vuillard, Roussel et d'autres, s'est libéré de la tâche de représenter méticuleusement la sensation visuelle qui avait préoccupé l'art français depuis l'impressionnisme. Au lieu de cela, ils ont tenté de capturer le contenu spirituel et émotionnel de leur sujet - souvent des paysages - donnant à leur travail une saveur spirituelle préemptée à certains égards par la peinture symboliste. Rejetant les idées de perspectives linéaires et de modelé, les Nabis s'inspirent également des arts décoratifs et - en partie par l'intermédiaire de Gauguin - du japonisme, alors à l'apogée de sa vogue en Europe.

Maurice Denis, Autoportrait (1889)

Maurice Denis, Autoportrait (1889)

Tout en produisant une série de peintures très expérimentales à la fin des années 1880 et au début des années 1890, Maurice Denis s'est rapidement imposé comme le théoricien le plus éloquent des Nabis. Son premier article sur le nouveau style, "Définition du néo-traditionnalisme", publié dans Art et Critique en 1890, a été considéré comme une sorte de manifeste du groupe. Denis y rejette l'obsession de l'impressionnisme pour l'exactitude naturaliste et défend l'idée de la fonction spirituelle de l'art.Sa célèbre citation d'ouverture a fait des Nabis les précurseurs de toutes les expériences d'abstraction picturale qui ont suivi au cours du demi-siècle suivant : "N'oubliez pas qu'un tableau, avant d'être la représentation d'un cheval de bataille, d'une femme nue ou d'une histoire quelconque, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs disposées dans un certain ordre".

Soleil sur la terrasse (1890)

Soleil sur la terrasse (1890)

Période de maturité


Denis était surnommé le "Nabi des belles icônes", en raison de son penchant pour une iconographie religieuse inspirée de son catholicisme, très différente de la spiritualité théosophique ou peu orthodoxe qui influençait d'autres membres du groupe Nabi. Néanmoins, entre 1888 et 1893, Denis expose à de nombreuses reprises avec les autres membres du groupe, et pendant cette période, une approche commune subsiste. En juin 1893, Denis épouse la musicienne Marthe Meurier, dont il a réalisé de nombreux portraits et dont il ne cesse de clamer l'amour dans son journal, depuis sa rencontre avec elle en 1890. L'amour, la spiritualité, la religion, Marthe : tels sont les sujets de prédilection de Denis aux débuts des Nabis, et ils le resteront jusqu'à la fin de sa vie.Au milieu des années 1890, Denis est de plus en plus influencé par les arts décoratifs - déjà une influence clé du mouvement nabi, qui met l'accent sur le "style", absent du credo impressionniste - en accord avec l'avènement de l'Art nouveau à Bruxelles et à Paris. Denis s'intéresse à l'interaction entre l'art, l'architecture et le design, en particulier dans les contextes religieux, et répond à diverses commandes de décoration d'églises et de maisons privées, tout en intégrant de plus en plus d'éléments purement décoratifs dans ses peintures. Il a également exploré divers aspects du design commercial, concevant des motifs et des modèles pour des tapis, des céramiques, des vitraux, des paravents et des éventails. Denis a illustré des livres d'auteurs symbolistes, dont une édition de Sagesse de Paul Verlaine, ainsi que des frontispices de partitions musicales, notamment pour Claude Debussy.

Le Mystère Catholique (1889)

Le Mystère Catholique (1889)

Les voyages en Italie en 1895, 1897 et 1898 joueront un rôle important dans la vie et le développement artistique de Denis, en donnant à son travail une nouvelle orientation qui l'isole de plus en plus des Nabis. À partir de cette époque, l'influence des maîtres italiens de la Renaissance, tels que Raphaël et Michel-Ange, se fait plus clairement sentir dans son œuvre. À la fin des années 1890, les Nabis - qui n'ont jamais constitué un mouvement à proprement parler, mais plutôt une vague association d'individus partageant les mêmes idées - s'étaient déjà éloignés et Denis commença à prendre ses distances avec ses anciens amis. De Rome, il écrit à Vuillard sur l'importance du classicisme et de Raphaël, ce qui suscite une réponse choquée et négative de la part de son ancien ami.

Maurice Denis dans son atelier (dates inconnues)

Maurice Denis dans son atelier (date inconnue)

Lors de son voyage en Italie en 1898, Denis retrouve son ami l'écrivain André Gide, collaborateur de longue date et ardent défenseur du classicisme. Leurs discussions renforcent la conviction de Denis sur la nécessité d'un retour aux principes classiques dans l'art : comme le note le critique Gerard Vaughan, "l'écrivain et le plasticien ont tous deux joué un rôle important dans la création du néo-classicisme français et tous deux en sont venus à considérer la France comme l'héritière naturelle de l'antiquité grecque et romaine". Denis était également un grand admirateur de Cézanne, qui avait rejeté l'accent mis par l'impressionnisme sur le jeu des couleurs en faveur d'une approche compositionnelle basée sur la représentation de formes solides et sculpturales ; Denis considérait Cézanne comme le véritable fondateur de l'art néoclassique contemporain.

Photos prises par Maurice Denis de sa femme et de ses enfants (vers 1906)

Photos prises par Maurice Denis de sa femme et de ses enfants (vers 1906)

Dans le contexte sociopolitique tumultueux de la France du début du XXe siècle, la défense du catholicisme avait également des résonances politiques. Denis a été attiré par le dossier de l'accusation dans l'affaire Dreyfus, lorsqu'un jeune officier de l'armée française d'origine juive, Alfred Dreyfus, a été condamné à tort à deux reprises pour trahison. Si Denis s'est ainsi aligné sur les forces du conservatisme et de l'antisémitisme dans la société française de la fin du XIXe siècle, ses liens, de 1904 à 1927, avec le mouvement politique d'extrême droite Action française, né des cendres de l'affaire Dreyfus, ont confirmé ses allégeances. La réputation de Denis en tant qu'artiste d'avant-garde est quelque peu ternie par ces associations, mais sa position en tant que critique et théoricien reste forte. Lorsque Henri Matisse apparaît comme le principal représentant du fauvisme, un mouvement artistique axé sur la capture de l'éclat des couleurs qui est, en quelque sorte, l'héritier naturel de l'approche des Nabis, Denis devient son critique le plus virulent, dénonçant Matisse pour une approche avant-gardiste trop théorisée. La rivalité entre les deux peintres se jouera également dans le monde compétitif du mécénat artistique russe, les célèbres collectionneurs Ivan Morozov et Sergei Shchukin accumulant des œuvres de Denis et de Matisse au cours des années 1900-10.

Maurice Denis avec sa femme Marthe et leur fille Bernadette (c.1912)

Maurice Denis avec sa femme Marthe et leur fille Bernadette (c.1912)

Période tardive


À l'âge de quarante et un ans, le père de Denis meurt, un événement qui a un impact personnel important sur l'artiste. En 1914, il achète l'ancien hôpital de Saint-Germaine-en-Laye, le rebaptise Le Prieuré et rénove le bâtiment en y ajoutant des fresques et des vitraux, tâche qui le préoccupe jusqu'en 1928.

Maurice Denis, Autoportrait avec sa famille devant leur maison (1916)

Maurice Denis, Autoportrait avec sa famille devant leur maison (1916)

En 1919, après vingt-six ans de mariage, la femme de Denis décède. Le cœur brisé, il peint une chapelle en sa mémoire. La même année, il fonde avec Georges Desvallières les Ateliers d'Art Sacré. L'objectif de ce groupe est de réconcilier la foi religieuse avec la culture moderne en produisant des œuvres d'art pour les lieux de culte - églises, cathédrales - qui renoncent à l'académisme et au réalisme des approches précédentes et de former une nouvelle génération d'artistes et d'artisans d'art religieux. Le groupe a rénové plusieurs églises entre 1919 et le milieu des années 1930, lorsque le manque de commandes l'a contraint à se dissoudre. Parmi leurs commandes les plus notables figure un ensemble de peintures pour l'église du Saint-Esprit à Paris, achevé en 1934. Bien que l'œuvre de Denis de cette période soit profondément influencée par sa foi, il a également réalisé des peintures murales pour des bâtiments publics au cours des années 1920 et 1930.

Les deux sœurs (1891)

Les deux sœurs (1891)

En 1921, à l'âge de 51 ans, Denis retourne en Italie avec l'une de ses filles. Au cours de ce voyage, il rencontre Elisabeth Graterolleore, qu'il épouse l'année suivante. Le premier des deux enfants de Maurice et Elisabeth naît en 1922. Entre 1936 et 1939, Denis réalise plusieurs panneaux décoratifs pour le Palais des Nations à Genève. Déjà reconnu comme peintre et artiste décorateur, Denis publie vers la fin de sa vie plusieurs articles importants sur l'esthétique.

Paysage avec arbres verts (1893)

Paysage avec arbres verts (1893)

Denis continue à peindre de manière prolifique dans sa vieillesse : au total, il réalise plus de vingt projets de peintures murales entre 1916 et 1943. Cette année-là, toujours impliqué dans divers projets créatifs et académiques, Denis est renversé par une voiture et meurt sur le chemin de l'hôpital.

Le matin de Pâques (1894)

Le matin de Pâques (1894)

L'héritage de Maurice Denis


Maurice Denis a été une figure essentielle de la période de transition entre l'impressionnisme et l'abstraction radicale de l'art moderne du début du XXe siècle. Bien qu'à la fin de sa vie il ait été principalement connu comme l'un des critiques d'art les plus respectés d'Europe, il est aujourd'hui généralement considéré comme le dernier "grand peintre français" qui attend encore d'être redécouvert.

Hommage a  Cézanne (1900)

Hommage a  Cézanne (1900)

Denis a été une figure influente au sein de plusieurs mouvements artistiques de la fin du XIXe siècle qui se chevauchaient : Symbolisme, post-impressionnisme, japonisme, néo-traditionnalisme, néo-classicisme et synthétisme. Son œuvre des années 1880-90 et son manifeste emblématique de 1890 anticipent le mouvement vers l'abstraction picturale qui deviendra la caractéristique fondamentale de la peinture moderne à partir du cubisme, tandis que ses élèves comprennent la peintre post-cubiste et Art déco Tamara de Lempicka, qui lui a enseigné "le métier de peintre". En même temps, Denis se distingue par son plaidoyer en faveur de la tradition - à la fois artistique et culturelle - à une époque souvent définie par son antipathie radicale pour le passé. Dans sa "Définition du néo-traditionalisme", il avait proclamé que "tout est contenu dans la beauté de l'œuvre", mettant l'accent sur un idéal intemporel de beauté qui distinguait son approche du formalisme "progressiste" des néo-impressionnistes tels que Georges Seurat.

Monument Jamot (1920)

Monument Jamot (1920)

À la fois fervent catholique et artiste moderne d'une grande vision et d'un grand talent, Denis a également contribué à redéfinir l'art religieux, en le ramenant au premier plan des avancées créatives dans les domaines visuel et décoratif, une position qu'il n'avait sans doute pas occupée depuis l'époque de De Vinci et de Michel-Ange. L'influence de Denis à cet égard est perceptible dans l'approche spirituelle de nombreux artistes modernes ultérieurs, notamment Wassily Kandinsky, dont le traité extrêmement influent intitulé Concerning the Spiritual in Art (1911) n'aurait peut-être pas été écrit sans l'exemple formateur des théories de Denis. Les groupes artistiques modernes qui ont suivi, du mouvement De Stijl des années 1910 en Hollande au mouvement expressionniste abstrait des années 1950 à New York, se sont également inspirés en partie de l'intégration conceptuelle de l'abstraction visuelle et de l'expressivité spirituelle de Denis. En ce sens, l'influence de Denis sur l'histoire de l'art moderne - ou du moins l'influence de l'idéal qu'il représentait - est perceptible presque partout.
Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.