Néoclassicisme
News

Néoclassicisme

Jul 27, 2023

Néoclassicisme


Début : 1750

Fin : 1850



Les débuts du néoclassicisme

Nicolas Poussin et Claude Lorrain

Le néoclassicisme adopte la hiérarchie de la peinture établie par l'Académie royale des arts de France en 1669. La peinture d'histoire, qui comprend des sujets tirés de la Bible, de la mythologie classique et de l'histoire, est classée en tête de liste, suivie du portrait, de la peinture de genre, des paysages et des natures mortes. Cette hiérarchie servait à évaluer les œuvres soumises au Salon ou à des prix tels que l'illustre Prix de Rome, et influençait la valeur financière des œuvres pour les mécènes et les collectionneurs. Les œuvres de Nicolas Poussin et de Claude Lorrain étaient vénérées comme les exemples idéaux de la peinture d'histoire, et ces deux artistes ont exercé une influence déterminante sur le néoclassicisme.

Le paysage avec Apollon gardant les troupeaux d'Admète et Mercure les volant (1645) de Claude Lorrain dépeint une scène de la mythologie grecque avec des détails contemporains, Apollon jouant du violon et Mercure ressemblant à un villageois ordinaire, réunissant ainsi le passé classique et la réalité actuelle en une seule vision sereine.

Le paysage avec Apollon gardant les troupeaux d'Admète et Mercure les volant (1645) de Claude Lorrain dépeint une scène de la mythologie grecque avec des détails contemporains, Apollon jouant du violon et Mercure ressemblant à un villageois ordinaire, réunissant ainsi le passé classique et la réalité actuelle en une seule vision sereine.

Si Nicolas Poussin et Claude Lorrain sont tous deux des artistes baroques français qui ont passé la majeure partie de leur vie professionnelle à Rome, c'est l'accent qu'ils ont mis sur une approche plus classique qui a séduit les artistes néoclassiques. Claude, comme on l'appelle communément, peint des paysages, en utilisant des détails naturalistes et l'observation de la lumière et de ses effets, avec des figures tirées de scènes mythologiques ou bibliques, comme on peut le voir dans son Paysage avec Apollon gardant les troupeaux d'Admète et Mercure les volant (1645).

La Mort de Germanicus (1627) de Nicolas Poussin dépeint la mort et l'assassinat présumé du populaire général romain, tel qu'il est rapporté par l'historien romain Tacite.

La Mort de Germanicus (1627) de Nicolas Poussin dépeint la mort et l'assassinat présumé du populaire général romain, tel qu'il est rapporté par l'historien romain Tacite.

Bien qu'il ait également été un peintre réputé pour ses sujets religieux, les scènes mythologiques et historiques de Nicholas Poussin ont été sa principale influence sur le néoclassicisme. Sa Mort de Germanicus (1627) l'a rendu célèbre en son temps et a influencé Jacques-Louis David ainsi que Benjamin West, dont La mort du général Wolfe (1770) s'inspire de l'œuvre. Bien que les œuvres du Titien, artiste de la Renaissance vénitienne, aient influencé sa palette de couleurs, les compositions de Poussin mettent l'accent sur la clarté et la logique, et ses traitements figuratifs privilégient les lignes fortes.


Le Grand Tour

Le néoclassicisme a été inspiré par la découverte de sites archéologiques et d'artefacts grecs et romains qui ont été portés à la connaissance de toute l'Europe par des rapports populaires illustrés de diverses expéditions de voyage. Des érudits tels que James Stuart et Nicholas Revett ont fait un effort systématique pour cataloguer et enregistrer le passé dans des ouvrages tels que leurs Antiquités d'Athènes (1762). Désireux de voir ces œuvres de leurs propres yeux, les jeunes aristocrates européens qui participaient au Grand Tour, un rite de passage traditionnel et éducatif, se sont rendus en Italie "à la recherche de l'art, de la culture et des racines de la civilisation occidentale", comme l'a écrit le critique culturel Matt Gross. Rome, avec ses ruines romaines, ses œuvres de la Renaissance et ses antiquités récemment découvertes, est devenue une étape majeure. Des artistes célèbres, tels que Pompeo Batoni et Antonio Canova, organisent des ateliers ouverts, car nombre de ces touristes aristocrates sont à la fois des collectionneurs avides et des commanditaires d'œuvres diverses.

Le Francis Basset (1778) de Pompeo Batoni représente son sujet, un futur baron britannique, comme la quintessence du touriste aristocratique du Grand Tour à Rome, adossé à un autel romain fictif avec la basilique Saint-Pierre et le château Sant-Angelo à l'arrière-plan.

Le Francis Basset (1778) de Pompeo Batoni représente son sujet, un futur baron britannique, comme la quintessence du touriste aristocratique du Grand Tour à Rome, adossé à un autel romain fictif avec la basilique Saint-Pierre et le château Sant-Angelo à l'arrière-plan.

Johann Joachim Winckelmann


Le néoclassicisme est né à Rome, où les Pensées sur l'imitation des œuvres grecques dans la peinture et la sculpture (1750) de Johann Joachim Winckelmann ont joué un rôle de premier plan dans l'établissement de l'esthétique et de la théorie du néoclassicisme. Bien qu'allemand, il vécut la majeure partie de sa vie à Rome, où plusieurs notables catholiques devinrent ses mécènes. Arguant que l'art doit tendre vers "une noble simplicité et une calme grandeur", il affirme que "le seul moyen pour nous de devenir grands, peut-être inimitables, est d'imiter les anciens". L'ouvrage, qui l'a rendu célèbre, a été largement traduit, d'abord en français, puis en anglais par l'artiste Henry Fuseli en 1765.

Le Portrait de Johann Joachim Winckelmann (1767) d'Anton von Maron représente l'historien contemplant une reproduction de l'art grec, tout en écrivant, et avec un buste grec derrière lui.

Le Portrait de Johann Joachim Winckelmann (1767) d'Anton von Maron représente l'historien contemplant une reproduction de l'art grec, tout en écrivant, et avec un buste grec derrière lui.

En 1738, la ville en ruine d'Herculanum a été découverte et fouillée, suivie par les fouilles de Pompéi et de Paestum en 1748. Lors de l'éruption soudaine du Vésuve en 79 de notre ère, les villes avaient été recouvertes de cendres volcaniques, de sorte que des éléments de la vie quotidienne antique, des sculptures remarquables et de nombreuses fresques avaient été préservés. En 1758, Winckelmann visita les fouilles et publia les premiers comptes rendus des découvertes archéologiques dans sa Lettre sur les découvertes d'Herculanum (1762).

La Petite Femme d'Herculanum (30-1 av. J.-C.) est une sculpture remarquable trouvée lors des fouilles d'Herculanum.

La Petite Femme d'Herculanum (30-1 av. J.-C.) est une sculpture remarquable trouvée lors des fouilles d'Herculanum.

Le chef-d'œuvre de Winckelmann, Histoire de l'art antique (1764), est devenu un classique instantané, comme l'ont écrit les historiens de l'art Francis Haskell et Nicholas Penny, dont la "réalisation la plus importante et la plus durable a été de produire un compte rendu chronologique approfondi, complet et lucide de tout l'art antique - y compris celui des Égyptiens et des Étrusques". Il a été le premier à créer une vision ordonnée de l'art, du début à la maturité et au déclin, en considérant l'art d'une civilisation comme intégralement lié à la culture elle-même. Le livre a influencé des intellectuels de renom de son époque et des siècles suivants, notamment Lessing, Herder, Goethe, Nietzsche et Spengler.

La page de titre de l'ouvrage de Johann Joachim Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterhums Vol. 1 (1776), montre Winckelmann au centre, avec un buste d'Homère et le Sphinx à droite, et la louve avec Romulus et Remus, fondateurs légendaires de Rome, à gauche, avec un vase étrusque derrière eux.

La page de titre de l'ouvrage de Johann Joachim Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterhums Vol. 1 (1776), montre Winckelmann au centre, avec un buste d'Homère et le Sphinx à droite, et la louve avec Romulus et Remus, fondateurs légendaires de Rome, à gauche, avec un vase étrusque derrière eux.

Le début du néoclassicisme : Anton Raphael Mengs

Influencé par son ami Winckelmann, Anton Raphael Mengs a été l'un des premiers pionniers de la peinture néoclassique. Le cercle d'artistes qui s'est formé autour de Mengs et de Winckelmann a fait de Rome le centre du nouveau mouvement. Les fresques remarquables de Mengs, représentant des sujets mythologiques, lui ont valu d'être surnommé "le plus grand peintre de l'époque". Il a influencé un certain nombre d'artistes de renom, qui ont mené le développement ultérieur du néoclassicisme en Grande-Bretagne, notamment Benjamin West, Angelica Kauffman, John Flaxman et Gavin Hamilton. Il a également influencé Jacques-Louis David, qui a dirigé la dernière période du néoclassicisme centrée sur la France, les deux artistes s'étant rencontrés pendant le séjour de David au Prix de Rome en 1775-1780.

Le Parnasse d'Anton Raphael Mengs (vers 1750-1760), une esquisse à l'huile pour sa fresque de 1761 à la Villa Albani à Rome, a été décrit par l'historien de l'art Thomas Pelzel comme "l'un des premiers exemples de peinture néoclassique dans lequel nous trouvons des preuves aussi étendues de l'utilisation de figures dérivées des anciennes peintures d'Herculanum".

Le Parnasse d'Anton Raphael Mengs (vers 1750-1760), une esquisse à l'huile pour sa fresque de 1761 à la Villa Albani à Rome, a été décrit par l'historien de l'art Thomas Pelzel comme "l'un des premiers exemples de peinture néoclassique dans lequel nous trouvons des preuves aussi étendues de l'utilisation de figures dérivées des anciennes peintures d'Herculanum".

Le siècle des Lumières

Le néoclassicisme s'est développé avec le siècle des Lumières, un mouvement politique et philosophique qui valorisait principalement la science, la raison et l'exploration. Également appelé "l'âge de la raison", le siècle des Lumières s'est nourri du scepticisme du célèbre philosophe René Descartes et de la philosophie politique de John Locke. Les absolus de la monarchie et des dogmes religieux ont été fondamentalement remis en question et les idéaux de liberté individuelle, de tolérance religieuse et de gouvernements constitutionnels ont été avancés. L'Encyclopédie française (1751-1772), qui représente un condensé de la pensée des Lumières et la publication la plus importante du siècle, a eu une influence internationale. Denis Diderot, également connu comme l'un des fondateurs de la discipline de l'histoire de l'art, qui a édité l'ouvrage, a déclaré que son but était de "changer la façon dont les gens pensent". Comme l'a écrit l'historienne Clorinda Donato, l'ouvrage "plaide avec succès... [en faveur]... du potentiel de la raison et de la connaissance unifiée pour renforcer la volonté humaine et... pour façonner les questions sociales". Adoptant ce point de vue, les artistes néoclassiques pensaient que l'art pouvait civiliser, réformer et transformer la société, comme la société elle-même était transformée par les forces montantes de la révolution industrielle, alimentée par les découvertes et les inventions scientifiques.

Cette image montre la page de titre du premier volume des vingt-huit volumes de l'Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772), édité par Denis Diderot et Jean le Rond D'Alembert.

Cette image montre la page de titre du premier volume des vingt-huit volumes de l'Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772), édité par Denis Diderot et Jean le Rond D'Alembert.

Benjamin West et Joseph Wright of Derby

En Grande-Bretagne, le néoclassicisme de Benjamin West, entre autres artistes, a adopté un message plus contemporain, mettant l'accent sur la vertu morale et la rationalité des Lumières. D'autres artistes, comme Joseph Wright de Derby, ont créé des œuvres inspirées par l'invention scientifique, comme en témoignent son Expérience sur un oiseau dans la pompe à air (1768) ou son Philosopher Lecturing on the Orrery (1766). Plutôt que des sujets mythologiques, les artistes britanniques se tournent vers les récits historiques classiques ou l'histoire contemporaine, comme dans The Death of General Wolfe (1770) de West, dans lequel il remet en question les normes académiques, refusant le conseil de représenter les soldats en toge romaine comme n'étant pas fondé sur la raison ou l'observation.

Dans An Experiment on a Bird in the Air Pump (1768), Joseph Wright of Derby dépeint une expérience scientifique comme un moment héroïque.

Dans An Experiment on a Bird in the Air Pump (1768), Joseph Wright of Derby dépeint une expérience scientifique comme un moment héroïque.

L'apogée du néoclassicisme : Jacques-Louis David

La dernière période du néoclassicisme, centrée sur la France, met l'accent sur une ligne forte, des décors classiques austères éclairés par une lumière artificielle et des éléments simplifiés pour transmettre la vigueur morale. Présenté au Salon de Paris de 1785, le Serment des Horaces (1784) de Jacque-Louis David illustre la nouvelle orientation de la peinture néoclassique et fait de lui le chef de file du mouvement. L'artiste a achevé le tableau alors qu'il se trouvait à Rome, où il était associé à Mengs, et qu'il a ensuite visité les ruines d'Herculanum, une expérience qu'il a comparée à l'ablation chirurgicale d'une cataracte. Bien que le Serment des Horaces (1784) ait plu au roi Louis XVI, dont le gouvernement l'avait commandé, en mettant l'accent sur la loyauté, le tableau a ensuite été identifié au mouvement révolutionnaire en France. La Révolution française est une période de bouleversements politiques et sociaux de grande ampleur qui a renversé la monarchie, instauré une république et abouti à une dictature sous Napoléon, inspirée par de nouvelles idées libérales radicales. Les Jacobins, un club politique très influent à l'époque, ont adopté le salut des frères Horatii, tel qu'il apparaît dans Le serment du court de tennis (1791) de David. L'influence de David était si grande que la dernière période du néoclassicisme a été surnommée "l'âge de David", car il a personnellement formé des artistes tels qu'Anne Louis Girodet-Trioson, François Gérard, Antoine Jean Gros et Jean Auguste Dominique Ingres.

Le Serment des Horaces (1784) de Jacques-Louis David est tiré d'un récit sur la famille des Horaces dans la Rome antique.

Le Serment des Horaces (1784) de Jacques-Louis David est tiré d'un récit sur la famille des Horaces dans la Rome antique.

Le néoclassicisme : Concepts, styles et tendances

L'architecture


Influencée par les projets de l'architecte vénitien de la Renaissance Andrea Palladio et éclairée par les découvertes archéologiques d'Herculanum et les théories de Winckelmann, l'architecture néoclassique a vu le jour au milieu des années 1700 et s'est répandue dans toute l'Europe. Le style qui en découle, que l'on retrouve dans la conception des bâtiments publics, des résidences de prestige et des plans d'urbanisme, utilise une grille inspirée des exemples romains classiques. Les anciens Romains, et avant eux des civilisations encore plus anciennes, avaient utilisé un schéma consolidé pour l'aménagement des villes à des fins de défense et de commodité civile. Dans sa conception la plus élémentaire, le plan mettait l'accent sur un système quadrillé de rues avec un forum central pour les services de la ville. Cependant, des variations régionales se sont développées au début des années 1800, les Britanniques se tournant vers le style néo-grec et les Français vers le style Empire développé sous le règne de Napoléon Bonaparte. Ces deux styles étaient liés à un sentiment d'identité nationale, encouragé par l'environnement politique de l'époque.

Le "Plan de la ville de Washington" d'Andrew Ellicott (1792), révisé à partir du projet original de Pierre Charles L'Enfant et imprimé par Thackara & Vallance, illustre l'utilisation du "système de grille".

Le "Plan de la ville de Washington" d'Andrew Ellicott (1792), révisé à partir du projet original de Pierre Charles L'Enfant et imprimé par Thackara & Vallance, illustre l'utilisation du "système de grille".

Le style néo-grec britannique a été influencé par les découvertes archéologiques de James Stuart et Nicholas Revett, qui ont publié The Antiquities of Athens (1762), et par la découverte de plusieurs temples grecs facilement visitables en Italie. L'architecture néo-grecque britannique, dirigée par les architectes Williams Wilkins et Robert Smirke, connue pour sa simplicité et son utilisation de colonnes doriques, a influencé l'architecture en Allemagne, aux États-Unis et en Europe du Nord. La porte de Brandebourg (1788-1791) de Carl Gotthard Langhans à Berlin en est un exemple notable.

Cette photographie montre le Downing College de William Wilkins, la chapelle de Cambridge (1807-1821) qui illustre le style néo-grec dominant l'architecture britannique de la première moitié du XIXe siècle.

Cette photographie montre le Downing College de William Wilkins, la chapelle de Cambridge (1807-1821) qui illustre le style néo-grec dominant l'architecture britannique de la première moitié du XIXe siècle.

Comme l'a écrit Hugh Honour, le style de l'Empire français "s'est tourné vers l'opulence florissante de la Rome impériale. La sévérité absconse du dorique est remplacée par la richesse et la splendeur du corinthien". Charles Percier et Pierre Fontaine, tous deux formés à Rome, sont les principaux architectes de ce style, comme en témoigne leur Arc de triomphe du Carousel (1801-1806). L'arc de triomphe est devenu un élément caractéristique du style, à la fois en France avec l'Arc de triomphe de l'Étoile (1806-1836) et à l'étranger avec l'Arc de triomphe de Navra (1827-1834) à Saint-Pétersbourg pour commémorer la défaite de la Russie face à Napoléon.

Cette photographie montre l'Arc de Triomphe du Carrousel (1801-1806) de Pierre-François-Léonard Fontaine et Charles Percier, inspiré de l'Arc de Constantin (312) à Rome.

Cette photographie montre l'Arc de Triomphe du Carrousel (1801-1806) de Pierre-François-Léonard Fontaine et Charles Percier, inspiré de l'Arc de Constantin (312) à Rome.

L'architecture d'intérieur

La décoration intérieure et l'ameublement de style Empire ont été partiellement influencés par les découvertes d'Herculanum et de Pompéi. Les intérieurs Empire, destinés à impressionner, utilisaient des ornements dorés, souvent avec un motif militariste ou des motifs évoquant l'Égypte ancienne et d'autres civilisations conquises par les Romains et, au début des années 1800, conquises par Napoléon. En architecture et en design, le style Empire est devenu international, puisqu'il correspond au style Regency en Angleterre, au style fédéral aux États-Unis et au style Biedermeier en Allemagne.

La chambre à coucher de Napoléon (vers 1804) au Grand Trianon, à Versailles, est un exemple du style Empire.

La chambre à coucher de Napoléon (vers 1804) au Grand Trianon, à Versailles, est un exemple du style Empire.

La sculpture

Le Français Jean-Baptiste Pigalle a été l'un des premiers chefs de file de la sculpture néoclassique. Son Mercure (1744) a été salué par Voltaire comme étant comparable à la meilleure sculpture grecque et a été largement reproduit. Pigalle était également un professeur réputé, puisque son élève Jean-Antoine Houdon, renommé pour ses portraits en buste, a ensuite dirigé le mouvement en France. Le mouvement étant véritablement international, le sculpteur italien Antonio Canova fut considéré comme le principal représentant du néoclassicisme, ses œuvres étant comparées, par leur beauté et leur grâce, à celles du sculpteur grec Praxitèle. En Angleterre, John Flaxman a été le sculpteur le plus influent, connu non seulement pour ses figures telles que l'Apollon pastoral (1824), mais aussi pour ses reliefs et ses dessins néoclassiques pour le Jasperware de Josiah Wedgwood, un grès très populaire dans le monde entier.

Le Mercure (1744) de Jean-Baptiste Pigaelle est son morceau de réception à l'Académie royale de France.

Le Mercure (1744) de Jean-Baptiste Pigaelle est son morceau de réception à l'Académie royale de France.

Développements ultérieurs - Après le néoclassicisme

Le néoclassicisme en peinture et en sculpture a commencé à décliner avec la montée du romantisme, bien qu'au début des années 1800 les deux styles aient existé en rivalité, Ingres s'en tenant au néoclassicisme, alors considéré comme "traditionnel", et Delacroix mettant l'accent sur la sensibilité et les sentiments individuels. Dans les années 1850, le néoclassicisme en tant que mouvement a pris fin, bien que les artistes académiques aient continué à utiliser des styles et des sujets classiques pendant la majeure partie du XIXe siècle, tout en étant opposés et contestés par les mouvements artistiques modernes, tels que le réalisme, le naturalisme et l'impressionnisme.

Néanmoins, l'œuvre d'Ingres a continué à influencer les artistes ultérieurs en s'éloignant du néoclassicisme et en s'orientant vers le romantisme avec ses odalisques féminines au dos allongé. Il a influencé Edgar Degas, Auguste Renoir, Henri Matisse et Pablo Picasso, qui se sont inspirés de ses traitements figuratifs et de leurs distorsions stylistiques. L'œuvre de David, en particulier La mort de Marat (1793), a été redécouverte au milieu du XIXe siècle et a ensuite influencé Picasso et Edvard Munch, ainsi que des artistes contemporains tels que Vik Muniz. L'œuvre History Portraits (1988-1990) de l'artiste contemporaine Cindy Sherman reprend un certain nombre d'œuvres néoclassiques célèbres sous la forme d'autoportraits filmés.

Si l'architecture néoclassique a décliné au milieu des années 1800, son influence a continué à se faire sentir dans de nouveaux mouvements, tels que le mouvement de la Renaissance américaine et l'architecture Beaux-Arts. En outre, les architectes chargés de créer des projets publics remarquables ont continué à se tourner vers ce style au XXe siècle, comme en témoignent le Lincoln Memorial (1922) et le Theodore Roosevelt Memorial (1936) de l'American Museum of Natural History. L'Union soviétique a également fréquemment utilisé ce style dans l'architecture d'État, à la fois dans son pays et en l'exportant vers d'autres pays communistes.

Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.