Raphaël
News

Raphaël

Aug 28, 2022

Raphaël

Peintre , graveur et architecte italien 

Naissance  : 6 avril 1483 - Urbino

Décès : 6 avril 1520 - Rome


Enfance


Raffaello Sanzio da Urbino, est né le 6 avril 1483 de Giovanni Santi di Pietro et Magia di Battista di Nicola Ciarla, issus de riches familles de marchands d'Urbino et de Colbordolo dans la région des Marches. À l'époque, Urbino était un centre culturel florissant, et le père de Raphaël travaillait comme peintre pour Federigo da Montefeltro, le duc d'Urbino, où il était à la tête d'un atelier réputé. Raphaël est le seul des trois enfants à survivre à l'enfance. Sa mère est morte en 1491, alors que Raphaël avait neuf ans, et son père s'est remarié avec Bernardina, la fille d'un orfèvre, l'année suivante.

C'est son père qui a donné à Raphaël sa première formation de peintre. Selon son biographe Giorgio Vasari, dans son livre influent, Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes (1550), son père a également fait en sorte que Raphaël soit placé dans l'atelier du peintre de la Renaissance italienne Pietro Perugino lorsqu'il avait huit ans. Bien que nous ne sachions pas avec certitude quand cet apprentissage a commencé, nous savons qu'il travaillait comme assistant dans l'atelier du Pérugin l'année de la mort de son père, en 1494.

À la mort de Giovanni, Raphaël hérite de l'atelier de son père et le frère de Giovanni est nommé tuteur légal de Raphaël. Son oncle prend la direction de l'atelier, tandis que Raphaël continue à travailler dans l'atelier de son père.


Formation et travail de jeunesse


Bien que Raphaël ait reçu une formation à Urbino auprès d'un peintre de cour nommé Timoteo Viti, c'est le Pérugin qui est reconnu comme la première influence artistique significative de Raphaël. Alors qu'il n'avait que 17 ans, son profond talent de peintre et l'achèvement de son apprentissage lui valurent d'être reconnu comme un véritable maître. Son talent était tel à l'époque qu'il était impossible de distinguer la main du Pérugin de celle de Raphaël, tant au niveau du style que de la technique.

C'est en 1500 que Raphaël reçoit sa première commande, un retable dédié à Saint-Nicolas de Tolentino. Le retable était destiné à la chapelle d'Andrea Baronci dans l'église de Saint Agostino à Città di Castello, une ville située non loin d'Urbino. Bien qu'il s'agisse d'une commande conjointe avec Evangelista da Pian di Meleto, un ami et contemporain de son père, Raphaël est enregistré comme le "maître". Malheureusement, le retable a été endommagé lors d'un tremblement de terre en 1789, et il n'en reste aujourd'hui que des fragments, dispersés dans diverses collections à travers le monde.

Ange, fragment du Retable Baronci, (1500), Huile sur panneau, Pinacoteca Civica Tosio Martinengo, Brescia, Italie

Ange, fragment du Retable Baronci, (1500), Huile sur panneau, Pinacoteca Civica Tosio Martinengo, Brescia, Italie

D'importantes commandes suivent, dont le Couronnement de la Vierge (1502) pour l'autel de la chapelle de la famille Oddi dans l'église de San Francesco al Prato à Pérouse. Il crée également son œuvre la plus importante de cette époque, le Mariage de la Vierge en 1504, qui s'inspire du tableau du Pérugin Le Christ remettant les clés à saint Pierre (1482).

En 1504, Raphaël s'installe à Sienne, invité par le peintre Pinturicchio à préparer des dessins pour les fresques de la Libreria Piccolomini. De là, il se rend à Florence, centre florissant de la Renaissance italienne, où il reste pendant les quatre années suivantes. C'est à cette époque qu'il rencontre ses deux principaux rivaux, Léonard de Vinci et Michel-Ange ; tous trois seront connus comme le trio principal des grands maîtres de cette période, bien que Raphaël soit remarquablement plus jeune.

C'est à Florence que Fra Bartolomeo persuade Raphaël d'abandonner le style délicat et gracieux du Pérugin au profit d'un style plus grandiose. Sa principale influence artistique est Léonard de Vinci, en particulier sa composition, son utilisation du geste pour créer un dialogue, ses techniques novatrices de clair-obscur et de sfumato. Grâce à cette inspiration, Raphaël commence à formuler son propre style qui suscite rapidement l'admiration et la vénération pour sa facilité de composition, la clarté de ses formes et sa réussite visuelle, autant de contributions étonnantes aux idéaux néoplatoniciens de la grandeur humaine et aux motivations de la Renaissance à représenter la beauté.

À cette époque, Raphaël peint un certain nombre de madones, qui incarnent en grande partie l'expérimentation de Léonard en matière de réalisme et de composition. L'exemple le plus célèbre est son tableau La belle jardinière de 1507. Plus tard dans l'année, sa Mise au tombeau fera référence à la Bataille de Cascina de Michel-Ange, en 1504. C'est cette capacité à apprendre d'autres artistes et à développer ses connaissances dans un style propre qui aurait rendu Michel-Ange furieux, conduisant l'artiste impétueux à accuser Raphaël de plagiat.

La Belle Jardinière (1507), Oil on Wood, Louvre, Paris

La Belle Jardinière (1507),Huile sur bois, Louvre, Paris

Période de maturité

Sur la base d'une recommandation de Donato Bramante, le premier architecte à reconstruire la basilique Saint-Pierre de Rome, le pape Jules II invite Raphaël à Rome. Cette ville deviendra son lieu d'adoption pour les 12 années suivantes. Il y travaille à la fois pour le pape Jules II et son successeur, le pape Léon X, fils de Laurent de Médicis, et c'est à cette époque qu'il acquiert l'épithète de "Prince des peintres".

En 1508, alors que Michel-Ange peint le plafond de la chapelle Sixtine, Raphaël entreprend de redécorer les appartements du pape Jules II au Vatican. Il s'agit de sa commande la plus importante à ce jour et elle le consacre comme le peintre prééminent de la cour des Médicis. Bien qu'il travaille sur les fresques pendant les cinq années suivantes, il laisse à ses assistants le soin d'exécuter la commande sur la base de ses dessins (à quelques exceptions notables près).

C'est à cette époque que Raphaël rencontre le banquier Agostino Chigi, qui devient l'un de ses plus importants mécènes en dehors de l'église. La commande la plus célèbre qu'il reçut de Chigi fut la fresque de Galatée dans sa Villa Farnesina à Rome, conçue par l'architecte Baldassarre Peruzzi.

Raphaël a également reçu sa première commande d'architecture d'Agostino Chigi, à savoir la conception de la chapelle Chigi dans l'église de Santa Maria del Popolo en 1513. Il a également travaillé avec Bramante sur le projet architectural de l'église de St Eligio degli Orefici à Rome. Ce sont ces projets architecturaux qui lui valent d'être nommé commissaire architectural de la nouvelle basilique Saint-Pierre après la mort de Bramante en 1514.

Chapelle Chigi, Santa Maria del Popolo

Chapelle Chigi, Santa Maria del Popolo

1514 est aussi l'année où Raphaël se fiance avec Maria Bibbiena, la nièce du cardinal Bernardo Dovizi Bibbiena. Le cardinal, ami et mécène de longue date, occupait une position de pouvoir considérable à la cour des Médicis. Il était protégé par le pape Jules II pendant son pontificat et était également un ami de longue date de Giovanni de Médicis, qui devint plus tard le pape Léon X. On dit que Raphaël a accepté les fiançailles sous la contrainte, car il était déjà épris de la fille d'un boulanger, Margherita Luti, qui était sa maîtresse et son modèle. La biographie de Raphaël a été largement occultée en raison de l'intérêt général suscité par son engouement pour Margherita Luti. On sait que Maria Bibbiena est morte d'une maladie inconnue en 1520 avant que le mariage n'ait pu avoir lieu.

Margherita Luti, immortalisée dans le portrait de Raphaël La Fornarina (1518-19), fut le grand amour de sa vie. À tel point que Vasari note que lorsque Raphaël est chargé de décorer la Villa Farnesina pour Agostino Chigi, il n'a pas le cœur à l'ouvrage car il est préoccupé par elle. Chigi dut s'arranger pour que les deux amants se rencontrent en secret pendant toute la durée de la commande. Les thèmes de l'amour et du mariage choisis par Raphaël pour la Villa ont donné lieu à des spéculations selon lesquelles les deux amants auraient été secrètement mariés.


Période tardive


En 1517, le pape Léon X nomme Raphaël commissaire des antiquités à Rome, un rôle consistant à superviser la restauration des antiquités. Raphaël s'acquitte de cette responsabilité en dressant une carte archéologique de Rome. Ses méthodes de restauration diffèrent de celles des restaurateurs précédents, car il insistait pour que les pièces restent fidèles à leur forme originale, au lieu de procéder à des reconstructions créatives comme le faisaient les autres architectes de l'époque.

Le pape a également chargé Raphaël de concevoir dix tapisseries destinées à être accrochées aux murs de la chapelle Sixtine. Raphaël parvint à réaliser sept cartons (dessins préparatoires à taille réelle), qui furent envoyés pour être tissés dans l'atelier du tisserand flamand Pieter Coecke van Aelst. Ils ont été accrochés dans la chapelle peu avant la mort de Raphaël.

Dans ses dernières années, Raphaël a vécu au Palazzo Caprini, un palais conçu par Bramante. Au cours de cette période, il a reçu de nombreux honneurs, notamment le titre prestigieux de palefrenier de la Chambre, une haute fonction à la cour papale. Il a également été nommé chevalier de l'ordre papal de l'Éperon d'or pour sa contribution à la gloire de l'Église catholique.

Il a également travaillé sur un grand nombre de projets architecturaux, dont le Palazzo di Jacobo da Brescia, un magnifique palais pour le médecin du pape Léon. Et sur la Villa Madama, une retraite à la campagne pour le cardinal Giulio de' Medici qui deviendra plus tard le pape Clément VII, qui restait inachevée à sa mort. Le dernier tableau sur lequel il travaillait au moment de sa mort était La Transfiguration (1520), également commandé par le cardinal Giulio de Médicis, qui devait servir de grand retable pour la cathédrale de Narbonne, en France.

Au moment de sa mort, Raphaël aurait eu un atelier de plus de cinquante apprentis, plus important que celui de tout autre peintre de l'époque.

Raphaël est mort à Rome le Vendredi saint, le 6 avril 1520, alors qu'il n'avait que 37 ans. Il est mort après une courte maladie au cours de laquelle il a pu mettre de l'ordre dans ses affaires et recevoir les derniers sacrements (les dernières prières données aux catholiques avant la mort). Comme le veut la coutume locale, son corps est exposé en chapelle ardente à son domicile, suivi de l'un des plus grands cortèges funéraires de son époque, qui se termine au Vatican où se déroule la messe des funérailles. Comme le note le biographe français Quatremère de Quincy dans son Histoire de Raphaël de 1824, "la vraie grandeur du cortège était cet immense concours d'amis, d'élèves, d'artistes, d'écrivains de renom, de personnages de tout rang, qui l'accompagnaient, au milieu des larmes de toute la ville ; car le deuil était général et la Cour du Pape le partageait".

Dans son testament, Raphaël a demandé à être enterré au Panthéon de Rome, à côté de Maria Bibbiena. Sa tombe porte l'inscription écrite par Pietro Bembo, un érudit qui devint plus tard cardinal : "Ci-gît le célèbre Raphaël par lequel la Nature craignait d'être conquise de son vivant, et qui, lorsqu'il mourait, craignait elle-même de mourir."

Bien que l'on sache qu'il a laissé une importante somme d'argent à sa bien-aimée Margherita Luti, on ne sait pas grand-chose de ce qu'elle est devenue. Il existe toutefois une trace d'une femme se faisant appeler "Margherita Luti, veuve", qui est entrée au couvent de Sainte-Appollonie quelques mois après sa mort.

De nombreuses spéculations entourent la mort prématurée de Raphaël, principalement en raison de la référence de Vasari à sa mort causée par les "excès de l'amour". Vasari a également écrit : "C'était une personne très amoureuse, qui aimait beaucoup les femmes et était toujours prête à les servir". Bien que ces raisons soient fermement ancrées dans l'imagination du public, la cause de la mort de ce peintre accompli reste non confirmée.

Dans une lettre du 7 avril 1520 adressée par Pandolfo Pico à Isabella d'Este, grande mécène, il prophétise la mort de Raphaël comme étant celle d'un "homme de bien qui a terminé sa première vie, mais dont la seconde vie de gloire sera éternelle".

L'élégance, les bonnes manières, l'assurance innée pour évoluer dans les cercles de la cour, le talent pour interpréter de manière imaginative les commandes séculaires et religieuses, la concentration et le dévouement consommés à la perfection ont contribué à la réputation de Raphaël comme étant celui qui a atteint le sommet de ce que pouvait être un maître artiste.


L'héritage de Raphaël


Comme l'a déclaré Vasari, "ceux qui possèdent des dons aussi rares et nombreux que ceux que l'on voit chez Rafaello da Urbino ne sont pas seulement des hommes, mais des dieux mortels".

Joshua Reynolds, premier président de la Royal Academy de Londres, espérait que les étudiants de l'école seraient inspirés par "l'étincelle divine du génie de Raphaël", les incitant à copier les dessins du grand artiste dans le cadre de leurs études.

Autoportrait, (vers 1544), Huile sur panneau, Galerie des Offices, Florence, Italie

Autoportrait, (vers 1544), Huile sur panneau, Galerie des Offices, Florence, Italie

Comme le commente l'historien de l'art Neal Ascherson, "les idées du XIXe siècle sur la civilisation européenne imaginaient l'art comme un processus évolutif qui devait culminer dans la perfection, Raphaël semblait incarner la perfection".

En opposition directe à cette perfection, le célèbre historien de l'art John Ruskin défendra une approche différente au XIXe siècle, donnant naissance au rejet des idéaux de la Renaissance en matière de grandeur humaine et de son importance dans l'éducation d'un artiste. Comme l'explique Ruskin, "on recherchait l'exécution plutôt que la pensée, et la beauté plutôt que la véracité". Cette rébellion a éloigné l'enseignement académique de l'art des philosophies où Raphaël était considéré comme l'idéal, et a conduit à la formation d'un groupe de peintres appelé la Fraternité préraphaélite dans les années 1840. Les membres fondateurs de la société, William Holman Hunt, John Everett Millais et Dante Gabriel Rossetti, pensaient que la seule façon de trouver une nouvelle orientation dans l'art était de revenir à l'art médiéval et du début de la Renaissance, qui avait précédé les techniques picturales et l'interprétation artistique incarnées par Raphaël et l'art de la Haute Renaissance.

Malgré la direction que l'art moderne a finalement prise, Raphaël continue d'être vénéré pour avoir porté la pratique de la peinture au sommet de la réussite technique, que les générations suivantes utiliseront comme idéal à atteindre. Ceux qui ont rendu hommage à cet artiste extraordinaire dans leurs propres œuvres sont légendaires : Albrecht Dürer, Titien, Rembrandt, Velazquez, Sir Joshua Reynolds et Pierre-Auguste Renoir. Depuis le début du XVIe siècle, Raphaël n'a cessé de marquer notre imaginaire, malgré la distance historique croissante qui conspire à engourdir notre compréhension du monde de la Renaissance.
Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.