Les Nabis
News

Les Nabis

Jan 31, 2024

Les Nabis


Début : 1880's

Fin : 1910's



Les débuts des Nabis

Photo du groupe d'artistes Nabi

Photo du groupe d'artistes Nabi

Lorsqu'au cours de l'été 1888, Sérusier se rend pour la première fois à Pont-Aven, il accepte à contrecœur (jugeant Gauguin trop avant-gardiste) de rencontrer Gauguin par l'intermédiaire de l'artiste Émile Bernard. Ensemble, ils visitent un magnifique espace naturel appelé le Bois d'Amour où, sous la direction directe de Gauguin et de sa technique synthétiste, Sérusier peint l'œuvre qu'il ramène à Paris et qu'il nomme Le Talisman (1888). Il décide alors de prêcher ce nouveau style à son propre groupe d'amis. A la même époque, Sérusier est également influencé par les idées qui circulent chez les symbolistes, dont la philosophie néoplatonicienne, qui combine les pensées païennes et chrétiennes, et d'autres directions spirituelles.

Paul Sérusier : Le Talisman, la rivière Aven au Bois d'Amour (1888)

Paul Sérusier : Le Talisman, la rivière Aven au Bois d'Amour (1888)

Le théoricien Sérusier organise alors ses amis en une société secrète, les Nabis. Le samedi, le groupe se réunit chez Paul Ranson - qui sert de "ciment" social au groupe - où ils assistent à des spectacles de marionnettes et reçoivent des surnoms de la part de Ranson. Le groupe comprend également Maurice Denis, Félix Vallotton, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, Ker-Xavier Roussel, beau-frère de Vuillard, Georges Lacombe et Aristide Maillol. Le groupe publie ses travaux dans la revue progressiste fondée par les frères Natanson, La Revue Blanche, de 1891 à 1900.

Paul Sérusier : Paul Ranson en costume nabi (1890)

Paul Sérusier : Paul Ranson en costume nabi (1890)

Les Nabis : Concepts, styles et tendances


La diversité nabie


Parmi les autres Nabis les plus connus, Sérusier et son ami Ranson étaient les plus sérieux, mystiques, philosophiques et néo-catholiques du groupe, renouant avec l'art sacré et étudiant la théosophie. De tous les Nabis, c'est l'œuvre de Ranson qui ressemble le plus au style décoratif et organique de l'Art nouveau. L'artiste suisse et anarchiste Vallotton a réalisé les portraits de nombreux écrivains symbolistes et, dans la dernière décennie du XIXe siècle, a exécuté de nombreuses gravures sur bois de grande qualité, suivant les traces de Gauguin dans l'utilisation de ce médium. Roussel, également anarchiste, avait la particularité de choisir des sujets mythologiques, combinant le style rococo du XVIIIe siècle de Jean-Honoré Fragonard avec les intérêts de la fin du siècle - une sorte de "paganisme de salon", comme on l'a appelé.

Les cinq peintres" comprenant Félix Vallotton, Ker-Xavier Roussel, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard et Charles Cottet. Peinture de Félix Vallotton

Les cinq peintres" comprenant Félix Vallotton, Ker-Xavier Roussel, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard et Charles Cottet. Peinture de Félix Vallotton


Le Japonisme et les Nabis

 Félix Vallotton : L'Indolence (1896)

Félix Vallotton : L'Indolence (1896)

Le japonisme décrit l'influence de l'art japonais, en particulier des estampes Ukiyo-e (littéralement, images du monde flottant [ou quotidien]), sur les artistes français dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ces estampes ont d'abord été exposées dans le pavillon du Japon lors de l'exposition universelle de Paris en 1867, puis à l'École des Beaux-Arts en 1890. Le terme "japonisme" a été inventé en 1872 par le critique d'art français Phillippe Burty pour décrire l'influence des objets décoratifs japonais et des gravures sur bois sur l'art européen. Habituellement, le terme s'applique aux œuvres des impressionnistes et des post-impressionnistes, qui ont été particulièrement influencés par les aplats de couleur, l'accent mis sur le design et les sujets simples et quotidiens. Cependant, les gravures sur bois de Vallotton témoignent également de cette influence avec leurs formes plates et leur design asymétrique, tout comme de nombreuses œuvres de Bonnard et Vuillard, qui ont peint des scènes de la vie quotidienne à partir de points de vue inhabituels.

Paul Ranson : Paysage nabi (1890)

Paul Ranson : Paysage nabi (1890)

Le symbolisme de Maurice Denis


Denis a écrit plusieurs articles qui exposent les idées de Nabi. Il perçoit le symbolisme en général, son rejet du naturalisme et sa tendance à l'abstraction comme un moyen d'accéder à une nouvelle spiritualité. Pour lui, le sentiment de l'œuvre d'art découle de "l'état de l'âme de l'artiste". Le sens ne naît pas du sujet, mais de la peinture elle-même, des formes et des couleurs. Denis est célèbre pour avoir fait l'une des déclarations clés dont se sont emparés les peintres modernistes du 20e siècle : "Un tableau - avant d'être un cheval de guerre, un nu féminin ou une anecdote - est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs dans un ordre particulier." Il ajoute que "... toute œuvre d'art est une transposition, une caricature, l'équivalent passionnel d'une sensation reçue". Cette théorie des "équivalents" permet de distinguer l'œuvre de Nabi de celle de Gauguin. Denis reconnaît avoir appris les rudiments de Gauguin, mais propose de substituer à son "idée trop simplifiée des couleurs pures" une variété d'harmonies colorées comme dans la nature, en adaptant toutes les "ressources de la palette à tous les états de notre sensibilité". Il privilégie le point de vue subjectif face à la réalité, recherchant des "équivalents dans la beauté". Fervent catholique, Denis a souvent peint des sujets bibliques dans des décors modernes ainsi que des peintures murales décoratives.


L'intimisme de Bonnard et Vuillard


Les deux artistes nabis les plus importants sont Bonnard et Vuillard qui, en tant qu'amis, partagent un atelier au pied de Monmartre. Ils étaient tous deux des lecteurs enthousiastes du poète symboliste français Stéphane Mallarme. Bonnard a réalisé un certain nombre d'œuvres graphiques, dont la couverture de La Revue Blanche en 1895, et un certain nombre d'illustrations de livres. Il adhère à la doctrine nabie qui consiste à abandonner la modélisation tridimensionnelle au profit d'aplats de couleur, mais n'adhère pas aux sujets symbolistes dont s'emparent d'autres membres du groupe. Au Lit (1891) de Vuillard, peint en aplats réguliers, montre l'influence des idées de Denis. Cependant, il est plus connu pour ses scènes d'intérieur, créant un système de tons de valeur et de motifs de surface.

Pierre Bonnard: La Revue Blanche (1894)

Pierre Bonnard: La Revue Blanche (1894)

En réalité, Bonnard et Vuillard s'intéressaient davantage au milieu symboliste en vogue - où l'on parlait de néo-platonisme et de Mallarmé - ainsi qu'aux femmes à la mode qui le fréquentaient. Vuillard, par exemple, devient une sorte de "peintre de cour" de Misia Sert, qui avait été l'épouse de Thadee Natanson, rédacteur en chef de La Revue Blanche. Les œuvres de Bonnard et de Vuillard ont souvent été qualifiées d'"intimistes" ; ils préféraient peindre la vie contemporaine et quotidienne autour d'eux plutôt que des peuples lointains comme Gauguin, ou des scènes bibliques, des mythes ou la transcendance.

Édouard Vuillard : Jeu du volant (1892)

Édouard Vuillard : Jeu du volant (1892)

Développements ultérieurs - Après les Nabis

 

Le mouvement se désintègre au fur et à mesure que ses membres deviennent, l'un après l'autre, plus conservateurs. Vuillard se tourne vers un style plus naturaliste et conventionnel, pour satisfaire ses clients de la classe supérieure, et Bonnard expose rarement après 1914. Denis publie l'ensemble de ses travaux historiques et théoriques sous le titre Nouvelles théories sur l'art moderne, sur l'art sacré (1922). Plus tard, il a confié à ses amis que ce qu'il avait réellement envisagé n'était pas l'abstraction, mais la tension entre le motif plat et la "réalisation la plus complète du sujet". Les sujets de ses œuvres de la maturité comprenaient des paysages et des études de figures, en particulier de mères et d'enfants. Mais son principal intérêt reste la peinture de sujets religieux, comme La dignité du travail (1931), commandée par la Fédération internationale des syndicats chrétiens.

Hommage à Cézanne (1900) de Maurice Denis comprend les artistes Odilon Redon, Paul Serusier, Édouard Vuillard, Ambroise Vollard, Maurice Denis, Paul Ranson, Ker-Xavier Roussel, Pierre Bonnard et Maurice Denis.

Hommage à Cézanne (1900) de Maurice Denis comprend les artistes Odilon Redon, Paul Serusier, Édouard Vuillard, Ambroise Vollard, Paul Ranson, Ker-Xavier Roussel, Pierre Bonnard et Maurice Denis.


Vuillard, Roussel et Bonnard renoncèrent plus tard aux doctrines nabies en faveur de leurs styles personnels, tandis que Ranson et Sérusier défendirent l'esthétique nabie. Ranson et sa femme Marie-France fondent d'ailleurs l'Académie Ranson pour étendre son influence. Bien que Ranson meurt en 1909, Denis et Sérusier y donnent des cours, et Roussel, Vallotton et Vuillard y assistent. Il y eut de nombreux étudiants, mais aucun n'atteignit la stature des premiers Nabis, à l'exception peut-être de l'artiste américain Maurice Prendergast, qui étudia à Paris entre 1891 et 1895 et connut à la fois Vuillard et Bonnard. Cependant, dans un sens plus large, c'est la célèbre déclaration de Denis, souvent citée, selon laquelle un tableau est "essentiellement une surface plane recouverte de couleurs dans un ordre particulier", qui a trouvé un écho auprès d'innombrables artistes modernes engagés sur la voie de l'abstraction et de la non-représentation. En outre, l'œuvre graphique de Bonnard a exercé son influence sur la conception de la publicité moderne et sur les étudiants en art, qui étudient ses peintures spécifiquement pour apprendre la couleur.
Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.