Tristan Tzara
News

Tristan Tzara

Apr 16, 2023

Tristan Tzara


Poète , écrivain et cinéaste roumain 


Né : 16 avril 1896 - Moinesti, Roumanie

Mort : 24 décembre 1963 - Paris, France



Première période


Tristan Tzara, né Samuel Rosenstock, est issu d'une famille roumaine d'origine juive. De nature très originale, ses premières années sont marquées par un sentiment d'ennui dans la petite ville agricole où il vit. Alors qu'il fréquente l'école de Bucarest, il se passionne pour le symbolisme et cofonde la revue Simbolul avec Ion Vinea et Marcel Janco. En 1915, il se rend à Zurich, foyer d'idées révolutionnaires, pour y étudier la philosophie. Ses principes de libre-pensée et d'anti-bourgeoisie lui valent des heurts douloureux avec sa famille, qui amènent son père à lui couper les vivres. Comme il l'écrira plus tard, "j'étais mort pour lui".

Pour symboliser la rupture formelle avec sa vie antérieure, il décide de changer de nom. Diverses explications ont été données à ce choix. En hébreu, "Ttzara'at" signifie "exilé de la communauté". En roumain, il signifie "triste à la campagne". Certains l'ont appelé "Tzara Thoustra" en hommage au livre de Nietzsche "Ainsi parlait Zarathoustra". Il ne fait aucun doute que Tzara était intrigué par la philosophie nihiliste de Nietzsche, selon laquelle Dieu est mort. Il rejoint de nombreux autres jeunes intellectuels qui, après avoir été témoins des horreurs de la Première Guerre mondiale, s'insurgent contre les conventions nationalistes et bourgeoises qui ont conduit au conflit et se réfugient à Zurich, ville neutre, pour y trouver refuge.

Ces années ont été marquées par deux événements importants, mais très différents : Le mouvement Dada de Tzara et la révolution politique de Lénine. Ironiquement, ce dernier était le voisin de Tzara à l'époque et il semblerait que Lénine ait assisté à des événements Dada dans sa jeunesse. Des années plus tard, Tzara a déclaré à un intervieweur de la British Broadcasting Corporation que, bien qu'il ait rencontré Lénine et probablement joué aux échecs avec lui dans leur café local, il ne se doutait pas à l'époque qu'il deviendrait le "Lénine", c'est-à-dire le leader de la révolution russe.


Période suisse


Alors que l'Europe entre en guerre, Tzara et Marcel Janco s'associent à un groupe d'artistes pacifistes et radicaux, dont Hugo Ball, Emmy Hennings, Richard Huelsenbeck, Hans (Jean) Arp et Sophie Taeuber-Arp, pour former le groupe Dada. Influencés par divers mouvements d'avant-garde tels que le cubisme, le futurisme, le constructivisme et l'expressionnisme, ils considéraient que le rôle de l'art était de bouleverser les sensibilités bourgeoises et de poser des questions difficiles sur la société. Le mot Dada signifie la même chose (ou rien du tout) dans toutes les langues, mais, montrant son flair pour la publicité, Tzara a affirmé qu'il avait été choisi en plantant au hasard un couteau dans un dictionnaire. Qu'elle soit vraie ou non, cette histoire était un excellent moyen de faire la publicité de leur esprit extrême.

Contents, Dada 3 (1917)

Contents, Dada 3 (1917)

Tzara décrivait Dada comme un "revolver magique", une arme pacifique qui détruirait toutes les traditions de la société bourgeoise existante, une "bombe", un "vent furieux" avec "un grand travail négatif et destructeur à accomplir". Il était contre la théorie et pour l'action, résolu à démystifier l'art. Il insiste : "L'art a besoin d'une opération !". Dans Dada 3 (1918), il écrit : "Le nouvel artiste proteste : il ne peint pas une reproduction symbolique et illusionniste, il crée directement dans la pierre et le bois, le fer, l'argile, la roche, des organismes vivants, qui peuvent être tournés dans n'importe quelle direction par le vent limpide d'une sensation momentanée".

Dada a vu le jour lorsqu'un groupe d'artistes, dont Tzara, a commencé à organiser des spectacles Dada au Cabaret Voltaire. Ce petit café porte le nom du satiriste français du XVIIIe siècle dont le roman Candide se moque des idioties de la société. Les libres penseurs désireux d'assister à un nouveau type d'expression, libéré des traditions et des contraintes, sont attirés par les événements anarchistes électrisants organisés par Tzara et Hugo Ball. Pour Tzara, le "primitif" (non occidental) est une méthode plus honnête de communication pure et, par conséquent, rien, que ce soit le sexe, la mort, le cannibalisme, la masturbation ou le suicide, n'est tabou. Tous ces thèmes ont été repris dans ces performances, accompagnés d'actions scandaleuses et inattendues telles que vomir, peindre, crier des "poèmes sonores" (vers phonétiques dénués de sens), des chants africains, des tambours et de la danse. Comme Tzara s'intéressait particulièrement à l'art africain, publiant dans des revues Dada des poèmes africains qu'il découvrait à la bibliothèque, la performance des "chants nègres" était un événement régulier tant au Cabaret Voltaire qu'à l'autre endroit fréquenté, le Zunfthaus zur Waag. Les performances de Tzara sont très physiques, parfois il crie et tape sur les tables. Lorsque Ball ne se sent plus à l'aise avec la direction de Dada, Tzara prend les devants. Il devient une icône, avec sa personnalité charmante et son monocle bien connu, pour ses manifestes pacifistes mais rebelles, dont le premier est publié en 1918 (il y en aura sept par la suite, le dernier étant publié en 1924).

Tzara a également expérimenté et innové dans le domaine de la typographie, en utilisant des caractères de journaux et de publicité dans ses manifestes, en mélangeant des coupures d'articles et des mots. Il n'hésite pas à saluer les nouveaux médias que sont la photographie et le cinéma : "Quand tout ce qui s'appelait art a été frappé de paralysie, le photographe a allumé sa lampe à mille bougies". Il a apprécié la liberté artistique offerte par ces nouveaux médias, adoptant les montages photographiques de mots, de sons, de typographies et d'œuvres d'art qu'il avait remarqués dans les papiers collés cubistes et les sculptures futuristes.

tristan tzara

Poète, performeur et auteur de manifestes, Tsara était également un maître de la propagande. Il veille à ce que les proclamations Dada soient diffusées de manière agressive, à la fois à Zurich et dans toute l'Europe. Fermement convaincu que le nationalisme mène à la guerre, Dada exige "plus de peinture, plus d'hommes de lettres, de musiciens, de sculpteurs, de religions, de républicains, de royalistes, d'impérialistes, d'anarchistes, de socialistes, de bolcheviks, de politiciens, de prolétaires, de démocrates, d'armées, de polices, de pays, nous en avons assez de toutes ces idioties, plus rien, rien, rien, rien". Tzara conçoit Dada comme un "microbe vierge" avec lequel il va, par le biais de son journal multilingue, infecter le monde. Il demande à Dada "de chier de toutes les couleurs pour orner le zoo de l'art avec les drapeaux de tous les consulats". Des groupes Dada locaux et expatriés voient le jour à Paris, Cologne, Berlin, Hanovre et même en Russie et à New York. Marcel Duchamp, Man Ray et Francis Picabia deviennent des porte-parole internationaux à New York ; le jeune Breton poursuit sa pratique à Paris.


Période parisienne


Tzara s'installe à Paris en 1920, déclenchant une explosion d'idées, de manifestations, d'expositions, de performances, de manifestes et de journaux parmi l'avant-garde parisienne, dont André Breton, Louis Aragon, Philippe Soupault, Paul Éluard, Jacques Rigaut et Georges Ribemont-Dessaignes, connus sous le nom de "Printemps Dada". Il écrit des articles pour la revue Littérature de Breton et met en scène des événements scandaleux qui choquent le public local. Tzara décrit ses activités Dada à Paris comme étant "antiphilosophiques, nihilistes" : "antiphilosophiques, nihilistes, scandaleuses [et] universelles". Ses tactiques de guérilla en matière de relations publiques ont apporté l'anarchie dans la ville. Par exemple, les affiches promettaient des événements scandaleux tels que les "Dada Sex Displays", pour ensuite décevoir le public qui arrivait et découvrait un grand phallus en bois en équilibre sur des ballons. Des foules immenses se sont rassemblées pour voir la plus grande star du monde, Charlie Chaplin, donner une conférence sur Dada, avant de découvrir qu'il ne viendrait pas du tout. Plus le public se révoltait, plus Tzara se réjouissait. Certains événements étaient spécifiquement destinés à semer la confusion dans l'esprit du public, comme ceux où Tzara et Breton récitaient des manifestes concurrents tandis que Picabia dessinait sur un tableau noir des images qu'il effaçait immédiatement. Comme l'explique Tzara, "ce tableau n'était valable que pour deux heures". En réponse à ces événements scandaleux, la presse qualifie les artistes de fous et d'aliénés qui ont peut-être besoin d'une aide psychiatrique.

Tzara jouit d'une grande notoriété et cultive sa célébrité ; une fois, il envoie même une fausse nouvelle selon laquelle il a reçu une balle dans la cuisse après un duel avec Arp. Jon Dos Passos a écrit qu'il avait vu Tzara mener une équipe dans les rues de Paris comme le joueur de flûte, les entraînant dans d'étranges mouvements de danse tout en scandant : "Dada, Dada, Dada, Dada, Dada, Dada, Dada, Dada" : "Dada, Dada, Dada". Dans son article pour Vanity Fair (1922), Tzara note avec une grande satisfaction qu'un critique avait demandé qu'il soit abattu et qu'à Paris, "pour la première fois dans l'histoire, les gens nous ont jeté, non seulement des œufs, des salades et des pennies, mais aussi des beefsteaks. Ce fut un très grand succès.

Couverture du magazine Le Cœur à barbe (1923)

Couverture du magazine Le Cœur à barbe (1923)

Désireux de diffuser les idées dada dans toute l'Europe, Tzara lance en 1917 une revue d'art et de littérature intitulée Dada, qu'il prolonge par son projet Dadaglobe. Ce dernier avait pour but d'illustrer une véritable rencontre mondiale des esprits. Tzara écrivit à des artistes du monde entier pour leur demander de contribuer à ce qui devait être une anthologie de poésie, d'écrits et d'œuvres d'art. Bien qu'il n'ait pas été achevé par Tzara lui-même, le projet a été ressuscité près d'un siècle plus tard à l'occasion d'une exposition à Zurich, puis publié sous le titre "Dadaglobe Reconstructed.

Les tensions entre Tzara et Breton à Paris ont fini par provoquer une rupture dans leur relation. Tzara croit au chaos et à l'absence de vérité ultime. Il rejette toute tentative d'explication, affirmant que "Dada n'a pas de sens". Breton, quant à lui, voulait mettre les idées dans un système cohérent et les analyser à l'aide d'outils psychanalytiques tirés de Freud. Tzara soutient que l'analyse désamorce la bombe Dada et que la psychanalyse est bourgeoise. Breton traite Tzara d'imposteur publicitaire et prétend même qu'il n'est pas le véritable auteur des Manifestes Dada. Une grande dispute éclate entre les deux hommes en 1923 lors d'une représentation de la pièce de Tzara Le cœur gazeux. La pièce avait pour but d'irriter le public par des dialogues illogiques, et André Breton, Paul Eluard et Robert Desnos chahutaient bruyamment depuis le public. À un moment donné, Breton saute sur scène, ce qui amène Tzara à appeler la police. Ce geste met officiellement fin à leur relation jusqu'à ce que, quelque temps plus tard, leur intérêt commun pour le surréalisme les rapproche.


Le surréalisme


En 1929, Tzara et Breton s'étaient réconciliés et il ne fait aucun doute que le premier Manifeste du surréalisme de Breton, qui prône l'inconscient, le primitif, l'automatisme, le hasard et le brouillage de l'imagination et de la réalité, a été clairement influencé par les idées de Tzara. Après avoir publié son Second Manifeste du Surréalisme, Breton note que leur rupture antérieure "n'était pas fondée sur quelque chose d'aussi grave qu'on a pu le penser". Leur désir commun de créer une nouvelle super-réalité se manifeste encore et encore, comme avec la publication en 1931 de L'Homme approximatif de Tzara. Commencé en 1925, cet ouvrage affirme que l'homme est un "homme approximatif incomplet, comme moi, comme vous, lecteur, et comme les autres" et précise sa vision de l'homme du futur, un homme vivant véritablement une vie surréaliste. Tzara continue d'écrire pour des publications surréalistes mais, au fil du temps, se dispute de plus en plus avec Breton à propos de la philosophie et de la direction du mouvement.

En 1935, Tzara participe au congrès de l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires et dirige un comité de soutien aux intellectuels espagnols. En tant que délégué, il se rend sur le front espagnol pendant la guerre civile. La vie devient très difficile pendant l'occupation nazie de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale et l'artiste est contraint de fuir Paris et de se cacher dans le sud de la France, laissant derrière lui sa maison et ses biens. Pendant cette période, il écrit dans des revues de résistance et fait des émissions pour la radio de la France libre. Il s'installe ensuite à Toulouse où il rejoint le groupe intellectuel d'Henri Lefebvre, une personnalité qui admire depuis longtemps l'éthique de Tzara consistant à vivre la vie comme un art et à l'appliquer activement aux efforts marxistes de transformation sociale.

Après la guerre, Tzara devient citoyen français, reprend possession de sa maison à Paris et s'engage dans l'Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires, liée au parti communiste français. Il reste engagé et critique à l'égard de la politique moderne, prononce des discours à la radio, écrit des essais sur le Mexique et l'Égypte ancienne et publie un certain nombre de poèmes sur ces thèmes, notamment Parler Seul (1950), The Inner Face (1953), Sign of Life (1946) et From a Man's Memory (1950). Il s'élève contre l'invasion soviétique de la Hongrie en 1956 et contre les relations de la France avec ses anciennes colonies.

Tout au long de cette période, il continue à publier de la poésie mais, plus tard, il se tourne vers les questions ésotériques, consacrant beaucoup de temps à l'étude et au déchiffrage des anagrammes secrètes qu'il a détectées dans l'œuvre de François Villon. Son long manuscrit sur le "code secret" de Villon a été publié après sa mort sous le titre Le Secret de Villon (1991).

Tout au long de sa vie, Tzara a été fasciné par l'art africain, dont il a rassemblé une vaste collection d'œuvres. Son expertise en la matière est reconnue par une invitation à participer au Congrès de l'art et de la culture africaine en République africaine de Rhodésie en 1962. De retour en France, il profite de la promotion du Congrès pour réaffirmer ses positions anticolonialistes. Il meurt à Paris l'année suivante.


L'héritage de Tristan Tzara


En raison de la domination du surréalisme et de la position dogmatique de Breton, la réputation de Dada s'est affaiblie et, dans les années 1940, elle avait complètement disparu. Comme l'a noté Hans Richter, ancien membre de Dada, "le surréalisme a dévoré et digéré Dada" : "Le surréalisme a dévoré et digéré Dada. Pendant un certain temps, il a semblé que Breton avait également dévoré Tzara, mais dans les années 1950, le sujet a connu un regain d'intérêt. Le livre de Robert Motherwell : Dada Painters and Poets (1951) de Robert Motherwell et l'exposition Dada de 1953 organisée par Duchamp reconnaissent sa contribution historique auprès du public new-yorkais. Motherwell a organisé des soirées dadaïstes sur le thème du cadavre exquis avec Jackson Pollock et Lee Krasner, et de nouveaux artistes, tels que Jasper Johns et Robert Rauschenberg, ont été qualifiés de néo-dadaïstes.

Hans Arp, Tristan Tzara (ci-dessus) et Hans Richter - Zurich, 1917. Tzara était au cœur de l'esprit novateur de Dada, et c'est ainsi qu'on se souvient le plus souvent de lui.

Hans Arp, Tristan Tzara (ci-dessus) et Hans Richter - Zurich, 1917. Tzara était au cœur de l'esprit novateur de Dada, et c'est ainsi qu'on se souvient le plus souvent de lui.

L'influence de Tzara sur l'idéologie et la méthodologie anti-art est perceptible dans les mouvements d'avant-garde ultérieurs qui mélangent les genres artistiques (visuels, littéraires et musicaux) tels que l'art de l'installation, les happenings et l'art de la performance. L'appel à la destruction lancé par Dada est particulièrement mis en évidence dans l'œuvre Fluxus de Ben Vautier, Total Art Matchbox (1966). Dans cette œuvre, il prend au pied de la lettre l'exclamation de Tzara selon laquelle "l'art a besoin d'une opération", en l'exhortant à "utiliser ces allumettes pour détruire tout l'art" : "UTILISEZ CES ALLUMETTES POUR DÉTRUIRE TOUT L'ART. GARDEZ LA DERNIÈRE ALLUMETTE POUR CETTE ALLUMETTE".

L'utilisation du collage dans Dada, en particulier les techniques de découpage de Tzara, a eu une influence profonde sur le graphisme, la publicité, la poésie et l'art de l'installation. Cette technique a été essentielle pour les poètes Beat tels qu'Allen Ginsberg et William Burroughs et est devenue une technique populaire pour des auteurs-compositeurs tels que David Bowie. L'appel nihiliste à la destruction de Dada a influencé le mouvement punk des années 1970, où la réaction violente du public est devenue un objectif et où les musiciens crient, crachent et se battent d'une manière similaire à ce qui avait été vu au Café Voltaire bien plus tôt. Les Sex Pistols ont notamment adopté la technique du "cut up" pour les titres de leurs chansons dans leurs collages typographiques et leurs photomontages sur l'album Never Mind the Bollocks. Une réflexion moins provocante de l'éthique de la performance mixte Dada est évidente dans les œuvres Néo-Dada telles que le Theatre Piece No 1 (1952) de John Cage et les costumes de David Bowie sont généralement considérés comme le résultat de ceux vus dans la pièce de Tzara The Gas Heart (Le cœur gazeux).
Articles Liés
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus
Collage

Collage

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.