Honoré Daumier
News

Honoré Daumier

Dec 04, 2023

Honoré Daumier


Peintre , sculpteur , graveur et caricaturiste français 


Né : 26 février 1808 - Marseille, France

Mort : 10 février 1879 - Valmondois, France



Enfance


Bien que né dans le sud de la France, dans la ville portuaire de Marseille, Honoré-Victorin Daumier passe sa vie principalement à Paris. Ses parents, Jean-Baptiste Louis Daumier et Cécile Catherine Philippe, ont déménagé leur famille à Paris en 1814, alors que le jeune Daumier n'avait que six ans. Jean-Baptiste, vitrier de profession, aspire à être publié comme poète et est donc attiré par la capitale française où il a beaucoup plus de chances d'être reconnu pour ses talents littéraires.


Selon les biographies de Daumier, il a fait preuve de talent artistique dès son plus jeune âge, bien que son père l'ait activement découragé, le poussant plutôt vers des vocations plus pragmatiques. À l'âge de 12 ans, par nécessité, il commence à travailler, d'abord comme garçon de courses pour un cabinet d'avocats, puis comme assistant d'un libraire. À l'âge de 14 ans, la persévérance de Daumier porte ses fruits et il est autorisé à prendre des cours d'art informels avec l'artiste et antiquaire Alexandre Lenoir, ami de son père. Il se rend souvent seul au Louvre pour faire des croquis dans les galeries de sculptures.En 1823, Daumier commence à étudier à la célèbre Académie Suisse, un studio d'art sans professeur dirigé par Charles Suisse, un ancien modèle de Jacques-Louis David, qui offre aux artistes la possibilité de dessiner des modèles vivants à peu de frais. Édouard Manet, Armand Guillaumin, Camille Pissarro, Claude Monet et Paul Cézanne sont d'autres élèves célèbres de l'atelier de Suisse. À la même époque, Daumier est employé par l'éditeur et lithographe Zepherin Belliard, avec qui il commence à apprendre et à expérimenter la lithographie.


Daumier s'initie à la lithographie et, la maîtrisant, commence sa carrière en réalisant des planches lithographiques pour des publications musicales ainsi que des illustrations publicitaires. Il réalise également des gravures pour divers éditeurs, bien que ces travaux soient anonymes. Pendant cette période, alors qu'il développe son propre style, Daumier imite le style du peintre, graveur et dessinateur Nicolas Toussaint Charlet, avec lequel il partage des sentiments politiques.


Première période


À l'âge de 21 ans, Daumier crée des caricatures en utilisant la lithographie, tout en continuant à imiter le style d'autres artistes. Après la révolution de 1830 en France, la censure s'est relâchée et il a pu commencer à exprimer ses opinions politiques plus ouvertement par le biais de pamphlets illustrés, qui étaient généralement peu coûteux à produire et faciles à faire circuler. Il s'inscrit dans une tradition déjà bien établie du discours politique français : la presse populaire, y compris les images satiriques, critique l'ordre établi et paie souvent le prix fort pour le faire pendant les périodes de censure intense.

Gargantua (1831)

Gargantua (1831)

Deux satiristes politiques des années 1830 sont des exemples pour le jeune caricaturiste en herbe. Hippolyte Bellangé et J.J. Grandville ont produit des lithographies dramatiques documentant la rébellion de juillet 1830, trois jours sanglants d'émeutes, lorsque Paris s'est soulevé contre le régime répressif de Charles X. Les premières années de l'entrée de Daumier dans le monde de l'imagerie satirique politique lui ont fourni, ainsi qu'à d'autres artistes, un sujet abondant, car le règne du prédécesseur de Charles X, Louis Philippe Ier, dit le "roi citoyen", n'était pas moins tumultueux avant qu'une nouvelle révolution n'éclate en 1848.

 Les célébrités du Juste Milieu 1832-35

Les célébrités du Juste Milieu 1832-35

Au début de la vingtaine, Daumier a pour amis et colocataires des types bohèmes, dont l'un de ses plus proches associés, le sculpteur Auguste Préault, qui aurait inspiré Daumier à utiliser la sculpture pour créer ses caricatures politiques de plus en plus brutales et mordantes. Il commence à produire de petits bustes-portraits d'hommes politiques en argile, en se basant sur les croquis qu'il réalise en assistant aux sessions parlementaires. Il crée fréquemment des versions lithographiques en deux dimensions de ces figurines, qui sont toutes satiriques, voire vicieusement véridiques - des portraits qui en disent autant sur le fonctionnement intérieur du sujet que sur son apparence physique, bien que cette dernière soit toujours d'une précision frappante. Ses caricatures de 1834 forment une série controversée intitulée Le Ventre législatif, une sorte de portrait de groupe cynique des membres de l'Assemblée nationale, qui est publiée dans la revue La Caricature la même année. Il le suit peu après avec une suite bien plus sinistre, Rue Transnonain, qui documente les suites sanglantes d'une descente de police. Daumier a trouvé son média et sa voix artistique, qui est à la fois graphique et politiquement puissante.

Rue Transnonain 15 avril 1834

Rue Transnonain 15 avril 1834


En 1835, la censure est relancée, La Caricature est réduite au silence, et Daumier se consacre alors à la satire sociale, examinant la société parisienne à tous les niveaux avec son sarcasme caractéristique et implacable. Des avocats à la bourgeoisie en passant par les artistes pompeux et les propriétaires sans scrupules, il n'épargne personne. Le plus souvent, ses lithographies sont publiées dans le journal Le Charivari, également propriété de Philipon, qui avait dirigé La Caricature. L'œuvre de Daumier était considérée comme le pendant visuel des excoriations littéraires de Balzac sur la société parisienne de l'époque. Ses contemporains artistiques étaient Eugène Delacroix, Jean-François Millet et Charles-François Daubigny, qu'il rencontrait souvent à l'hôtel Pimodan, près de sa maison sur l'île Saint-Louis dans la Seine. Daumier y avait commencé à vivre en 1840 avec Marie-Alexandrine Dassy, qui était couturière. Le couple a eu un fils en 1846 et s'est marié peu après la naissance de l'enfant. Deux ans plus tard, le petit garçon décède, sans que l'on connaisse les circonstances de sa mort. En effet, comme les quelques lettres et journaux de Daumier contiennent peu d'informations sur sa vie personnelle, sa biographie est assez limitée.

Une Rencontre Terrible 1845

Une Rencontre Terrible 1845

Au milieu des années 1830, Daumier commence à se faire un nom dans le genre de la caricature politique et sociale. Les deux premières décennies de sa carrière sont marquées par sa notoriété croissante et le danger qu'il court en critiquant souvent ouvertement l'autocrate du jour et le paysage politique dans son ensemble. Une autre révolution, en 1848, a changé la donne pour les artistes, même si ce n'est que brièvement. Après le renversement de la monarchie de Louis-Philippe, les règles de l'establishment artistique sont assouplies et des artistes autrefois marginalisés comme Daumier, qui étaient en grande partie autodidactes ou littéralement formés sur le tas, sont autorisés à présenter des œuvres susceptibles d'être sélectionnées pour le Salon annuel. Bien qu'il se soit abstenu de soumettre quoi que ce soit au Salon, étant donné qu'il ne connaissait pas encore la peinture à l'huile et qu'il s'était formé seul à ce médium, il a participé à un concours visant à produire une représentation allégorique de la République française. Sur les 20 tableaux présentés, celui de Daumier se classe 11e. Encouragé par le jury du concours, il commence à se consacrer plus sérieusement à la peinture à l'huile et réalise par la suite un certain nombre de tableaux aux thèmes littéraires et classiques. Sa peinture reste cependant quelque peu maladroite et est donc largement ignorée par les critiques.

Portrait d'Honoré Daumier.

Portrait d'Honoré Daumier.

Le cours de la carrière de Daumier s'est en quelque sorte inversé en même temps que les grands courants politiques. Le 2 décembre 1851, un coup d'État a lieu, la constitution parlementaire est abolie et Louis-Napoléon est installé d'abord comme président, puis rapidement comme empereur (en décembre 1851). Pendant la période tumultueuse qui précède la disparition de l'éphémère République française, Daumier se tourne à nouveau vers le mode d'expression visuelle pour lequel il est le plus connu : il dessine une série de caricatures politiques féroces et polémiques et crée également l'une de ses caricatures sculpturales les plus réussies, Ratapoil (1851). Cette œuvre résume l'état d'esprit politique de l'époque : le personnage est la quintessence de la "brute bonapartiste" qui a tourmenté les électeurs parisiens dans les jours précédant le coup d'État.

Ratapoil (c. 1851)

Ratapoil (c. 1851)

 

Période ultérieure


Après le coup d'État et l'installation de Louis-Napoléon comme empereur, la censure limite à nouveau la production artistique de Daumier. Il retourne à la création de commentaires sociaux moins volatiles par le biais de caricatures dans Le Charivari et commence également à passer plus de temps en dehors de la ville à Barbizon en compagnie de Millet et de Rousseau et sur l'Oise avec son bon ami Daubigny. À cette époque, dans une sorte de fusion des styles, son travail lithographique a pris une allure plus picturale, probablement sous l'influence de ses amis peintres. En 1853, il cesse d'exposer au Salon annuel, tout en continuant à peindre. En 1860, il perd son emploi au Charivari, car son travail ne semble plus susciter la faveur du public. Pour gagner sa vie, il commence à produire des aquarelles sur des thèmes contemporains, car ces œuvres sont très demandées sur le marché de l'art. Ces peintures ont un caractère documentaire et croquis, décrivant la vie quotidienne à Paris, qu'il s'agisse des passagers du chemin de fer, des artistes de théâtre ou des avocats au tribunal. Ses peintures à l'huile ont un caractère caricatural, car il fusionne une fois de plus les styles d'un médium à l'autre.

Les caricatures de Daumier sont très créatives. Dans ce dessin de 1849, Victor Hugo se tient puissamment debout sur une pile de livres.

Les caricatures de Daumier sont très créatives. Dans ce dessin de 1849, Victor Hugo se tient puissamment debout sur une pile de livres.


Le destin de Daumier change à nouveau lorsqu'il obtient un nouveau contrat avec Le Charivari en 1864. Tragiquement, alors qu'il reprenait son travail, créant la satire sociale et politique qu'il maîtrisait si bien, sa vue baissait. Aspirant à une vie tranquille à la campagne, il commence à séjourner plus longtemps à Valmondois, où il a loué une modeste maison qui deviendra son refuge permanent. En 1870, le gouvernement français lui offre la croix de la Légion d'honneur, mais discrètement plutôt que publiquement. Il décline l'offre. Il continue à créer des lithographies et à peindre, mais connaît toujours des difficultés financières.

La République (1848)

La République (1848)

La guerre franco-prussienne dévastatrice de 1870 à 1871 déposa Napoléon III et, pendant le siège brutal de Paris par les Prussiens, Daumier, qui avait été élu membre de la commission chargée de veiller à la protection des œuvres d'art au Louvre, s'opposa activement aux efforts de Gustave Courbet visant à démolir la colonne Vendôme. C'est au cours de cette période tumultueuse de l'histoire de France que Daumier a produit certaines de ses œuvres les plus puissantes, des lithographies relatives à la guerre, aux troubles civils, aux privations consécutives au siège, etc. Ces estampes constituent ses dernières œuvres dans ce médium.

Le fardeau (La blanchisseuse) (1850-53)

Le fardeau (La blanchisseuse) 1850-53

En 1874, Jean-Baptiste-Camille Corot, devenu un ami proche, l'aide à acheter la maison de Valmondois. Le 10 février 1879, Daumier meurt d'une attaque paralysante, laissant derrière lui de nombreux tableaux inachevés. Lorsque son œuvre connaît un regain d'intérêt après le tournant du siècle, un certain nombre d'œuvres inachevées, dont beaucoup sont alors en mauvais état, sont restaurées ou même achevées, y compris pourvues de signatures - qui ne sont toutefois manifestement pas de la main de l'artiste. Il est donc difficile de déterminer quelles parties de son œuvre sont authentiquement et entièrement créées par Daumier.


L'héritage d'Honoré Daumier


La production prolifique de lithographies et d'aquarelles de Daumier dépasse de loin celle de sa peinture et de sa sculpture. Cependant, son travail dans chaque médium a ses propres particularités, de l'utilisation judicieuse de la couleur dans la peinture et l'aquarelle et de la crudité émotionnellement expressive de ses formes sculptées à l'éclat avec lequel il a exploité la gamme des tons ainsi que les contrastes extrêmes de lumière et d'obscurité dans ses lithographies en noir et blanc. Son œuvre et sa critique sociale et politique souvent controversée auraient eu un impact sur des artistes aussi divers que Constantin Meunier, Gustave Courbet, Edgar Degas, Édouard Manet et Henri Matisse, ainsi que sur ses contemporains tels que Jean-Baptiste-Camille Corot et Jean-François Millet. En son temps, le poète et critique d'art Charles Baudelaire a qualifié Daumier d'"un des hommes les plus importants, non seulement... dans la caricature, mais aussi dans l'art moderne".

La voiture de troisième classe vers 1862-64

La voiture de troisième classe vers 1862-64


Le réalisme de Daumier, qui s'accompagne le plus souvent d'un commentaire social allant de la plaisanterie à l'honnêteté sans faille, a jeté les bases pour les générations d'artistes à venir. À son époque, les images des laissés-pour-compte de la société - buveurs d'absinthe, serveuses de bar, mendiants, etc. - réalisées par Manet et Degas s'inspiraient de ses propres vignettes de la vie quotidienne, sympathiques mais non saccadées. Les générations suivantes d'artistes en Europe et en Amérique, des expressionnistes allemands à l'Ashcan School et aux peintres de la Scène américaine, ont suivi l'exemple de Daumier en dépeignant les membres de leurs sociétés respectives, en se concentrant souvent sur la classe ouvrière et les pauvres pour mettre en évidence les maux sociaux.

Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.