Jean-François Millet
News

Jean-François Millet

May 30, 2024

Jean-François Millet


Peintre français 


Né : 4 octobre 1814 - Gruchy, à Gréville-Hague (Normandie)

Décédé : 20 janvier 1875 - Barbizon, France



Enfance


Millet est le deuxième enfant de Jean-Louis-Nicolas et d'Aimée-Henriette-Adélaïde Henry Millet, de modestes paysans qui font partie d'une grande famille élargie dans la communauté rurale de Gruchy. Son père appréciait la musique et la beauté de la nature. Il montrait un brin d'herbe à son fils en lui disant : "Regarde, comme c'est beau". Millet était le préféré de sa grand-mère, qui l'a encouragé à aimer la lecture et à développer une profonde spiritualité. Il fréquente l'école locale où il étudie le latin et lit Saint Augustin et Virgile, ainsi que des auteurs français classiques. Il a également appris d'autres aspects de la vie à la campagne, car il a été mis au défi de se battre par des garçons plus âgés à l'école, et il a travaillé de longues journées dans la ferme familiale. Sa sensibilité sombre a été fondamentalement façonnée par le travail rural, comme il l'a dit : "Je n'ai jamais vu autre chose que des champs depuis ma naissance, j'essaie de dire du mieux que je peux ce que j'ai vu et ressenti quand j'étais au travail".


Éducation et formation précoces


Reconnaissant son talent pour le dessin, sa famille l'envoie à Cherbourg en 1833 pour y étudier le portrait. Les études de Millet auprès de l'artiste Paul Dumouchel sont interrompues par la mort de son père en 1835 et il retourne à la maison pour s'occuper de la ferme, comme le veut la coutume pour le fils aîné. Sa grand-mère, cependant, l'encourageant à croire aux signes de Dieu, le pousse à reprendre ses études d'art, bien qu'elle l'avertisse : "J'aimerais mieux te voir mort, mon enfant, que rebelle et infidèle aux commandements de Dieu... Souviens-toi, Jean François, que tu es chrétien avant d'être artiste". La foi stoïque de sa famille l'a toujours affecté, comme il l'a dit plus tard : "L'aspect joyeux de la vie ne m'apparaît jamais. Je ne sais pas ce que c'est... Les choses les plus gaies que je connaisse sont le calme et le silence."

Millet étudie ensuite avec l'artiste Lucien-Théophile Langlois, dont le soutien lui permet d'obtenir une bourse à l'École des Beaux-Arts. En 1837, souvent démuni dans le "Paris noir, boueux, enfumé", comme il l'appelle, Millet se sent exclu de la société et déclare : "On ne me fera jamais courber l'échine. On ne m'imposera jamais l'art des salons parisiens. Je suis né paysan, je mourrai paysan". Cherchant à s'inspirer de ses propres impulsions artistiques, il fréquente le Louvre et est particulièrement attiré par les œuvres de Nicolas Poussin et de Michelangelo Buonarroti. Millet commence à étudier avec le célèbre peintre d'histoire Paul Delarouche, une expérience malheureuse puisque son professeur le surnomme par dérision "l'homme sauvage des bois". Lorsque Delarouche refuse de soutenir sa candidature au Prix de Rome, Millet quitte l'atelier de l'artiste par défi et perd le financement de son école en 1839.

Le début des années 1840 est marqué par les succès artistiques occasionnels de Millet, ses troubles personnels et ses allers-retours entre la vie rurale de Cherbourg et le monde artistique de Paris. Après avoir rejeté sa première proposition en 1839, le Salon accepte l'un de ses portraits l'année suivante. Il épouse Pauline-Virginie Ono en 1841 et le jeune couple s'installe à Paris où il espère devenir un portraitiste à succès. Lorsque Ono meurt de la tuberculose en 1844 et que son travail est rejeté par le Salon, Millet retourne à la ferme familiale.

En 1845, Millet entame une relation avec Catherine Lemaire, une jeune femme qui travaille comme domestique, et leur premier enfant, une fille, naît l'année suivante. Influencé par le regain d'intérêt pour l'art rococo et espérant un succès artistique, il commence à peindre des compositions dans le style romantique. Le sujet érotique de ses nouvelles œuvres et son association avec Lemaire mettent à rude épreuve ses relations avec sa famille religieuse, et il déménage avec Lemaire au Havre, puis à Paris en 1849.

À Paris, il se lie d'amitié avec les artistes Théodore Rousseau, Constant Troyon, Narcisse Diaz de la Pena et Charles Jacque, avec lesquels il formera plus tard l'école de Barbizon. Millet continue à lutter pour former son propre style artistique, tout en continuant à travailler dans des styles établis. Il participe sans succès à un concours visant à créer une peinture allégorique pour la République et présente une œuvre historique, La captivité des Juifs à Babylone, au Salon de 1848, où l'œuvre est mal accueillie. Il commence également à souffrir de migraines ophtalmiques et de rhumatismes débilitants qui l'affecteront toute sa vie.


Période de maturité


Une épidémie de choléra à Paris, combinée aux troubles de la révolution de février 1848, incite Millet à déplacer Lemaire et leurs trois enfants à Barbizon, où il se joint à ses amis artistes pour créer l'école de Barbizon. Sa famille s'installe dans une ferme qui devient leur résidence permanente. Dans ses lettres, Millet évoque souvent ses épisodes de mauvaise santé et ses soucis d'argent, écrivant à un moment donné : "Je ne sais vraiment pas comment je vais remplir mes obligations et continuer à vivre". William Morris Hunt, un artiste en herbe issu d'une riche famille américaine, qui espérait étudier avec Millet, a décrit comment "je l'ai trouvé en train de travailler dans une cave à trois pieds sous terre, ses toiles couvertes de moisissures à cause de l'humidité et du fait que le sol est en argile". Millet a lutté toute sa vie contre la pauvreté, essayant d'éviter les créanciers et les huissiers, s'inquiétant de savoir comment se procurer le nécessaire, cultivant toute la matinée et peignant tout l'après-midi, de sorte qu'il se sentait, comme il le disait, "condamné à un travail acharné sans fin".

Les amis apportent le soutien qu'ils peuvent. Alfred Sensier, fonctionnaire du gouvernement français et plus tard biographe de Millet, accepte en 1850 de fournir tout le matériel artistique de Millet en échange d'œuvres occasionnelles. Le propriétaire de Millet construit sur la propriété un petit bâtiment ressemblant à une grange pour servir d'atelier. Dans cet espace, Millet conserve une collection de chiffons et de vêtements qu'il appelle "son musée". Gardant leurs couleurs uniques comme suggestions pour ses peintures, il aimait particulièrement le bleu délavé par le temps jusqu'à la blancheur.

Le Semeur (1850)

En 1853, Millet épouse Catherine Lemaire lors d'une cérémonie civile et ils auront neuf enfants. Millet vivra à Barbizon jusqu'à la fin de sa vie et ses principales amitiés seront avec les artistes qui y vivent également. L'architecte américain Edward Wheelwright a écrit à propos de Millet : "Il n'a pas fait de sa société de paysans ses voisins, ni pris le paysan... pour un idéal de vertu. Il ne se faisait aucune illusion sur les habitants du village... Plus d'une fois, je l'ai entendu parler de leurs défauts, de leur insensibilité aux charmes de la nature, de l'étroitesse de leurs sentiments, de leur esprit mesquin et de leur basse jalousie". Millet était plein de contradictions ; s'il conservait un certain nombre d'outils agricoles et montrait comment s'en servir aux artistes de passage, il les impressionnait également par son érudition, récitant de mémoire des passages de Shakespeare, Dante, La Fontaine et d'autres auteurs classiques.

Les moissonneurs se reposent (Ruth et Boaz) (1850-53)

Il continue à peindre des scènes de travail rural, comme Les moissonneurs se reposent en 1852, et Les glaneuses, présenté au Salon de 1857, où il est fortement critiqué pour sa représentation de la pauvreté. En Amérique, cependant, son travail attire une attention plus favorable, car Hunt, qui avait commencé à collectionner les œuvres de Millet, les présente au public, et Millet commence à recevoir des commandes occasionnelles.

Les glaneuses (1857)

Période ultérieure

 

Après le Salon de 1864, où sa Bergère gardant son troupeau est accueillie favorablement, il commence à connaître un certain succès. En 1867, il expose neuf tableaux à l'Exposition universelle de Paris et, en 1868, Millet reçoit la Légion d'honneur. Cependant, la guerre franco-prussienne menaçant à nouveau de le perturber, il se réfugie avec sa famille à Cherbourg, où il reste jusqu'en 1871 et où son travail commence à se concentrer sur les paysages.

La bergerie au clair de lune (1856-60)

Après une période de déclin de sa santé due à des migraines et à une sciatique, Millet fait en sorte que le prêtre de la paroisse le marie à Catherine Lemaire lors d'une cérémonie religieuse afin d'assurer ses droits à l'héritage et de permettre à sa famille d'avoir des funérailles religieuses pour lui. Il meurt le 20 janvier 1875 chez lui à Barbizon.

Les nids d'oiseaux (1874)

L'héritage de Jean-François Millet

 

L'influence de l'art de Millet est considérable, tant dans le monde de l'art que dans celui de la littérature. Les impressionnistes, comme Georges Seurat, ont admiré son talent de dessinateur et ses représentations de la lumière. Les post-impressionnistes, notamment Vincent van Gogh, ont été influencés par ses sujets, ses figures sculpturales et son coup de pinceau expressionniste. Son œuvre a eu un impact international sur Janos Thorma, Max Liebermann, Rosa Bonheur, Paula Modersohn-Becker et William Morris Hunt, entre autres. L'obsession de Salvador Dalí pour L'Angélus de Millet a coïncidé avec son propre travail à thème religieux.

Homme à la houe (1860-62)

L'œuvre de Millet a également beaucoup influencé la photographie et le cinéma. Henri Cartier-Bresson, qui a étudié ses peintures et ses dessins de manière intensive, a non seulement été inspiré par lui, mais a également transmis cette inspiration à d'autres photographes tels que Werner Bischoff, Josef Koudelka, Constantin Manos et Sebastiao Salgado. Les glaneurs de Millet, en particulier, ont donné une impulsion créative à des artistes ultérieurs. En 2000, la cinéaste française de la nouvelle vague Agnès Varda a réalisé le documentaire The Gleaners and I. Le tableau a également été utilisé par l'artiste Araya Rasdjarmrearnsook dans sa vidéo performance de 2008, The Two Planet Series, et a été repris par Banksy dans son œuvre de 2012.

Les falaises de Gréville (1871-72)

Le célèbre écrivain américain Mark Twain a écrit une pièce de théâtre farfelue, Is He Dead ? dans laquelle le protagoniste, un Millet appauvri, simule sa propre mort pour atteindre la célébrité et ainsi augmenter la valeur de ses peintures, ce qui lui permettrait de sortir d'une vie de misère. Edwin Markham, premier poète officiel de l'Oregon, est devenu célèbre en 1889 avec son poème "Man With a Hoe" (L'homme à la houe), inspiré de la peinture de Millet. Le célèbre poète américain Walt Whitman a déclaré à propos de son œuvre révolutionnaire Feuilles d'herbe : "Les Feuilles ne sont en réalité que du Millet sous une autre forme - elles sont le Millet que Walt Whitman a réussi à mettre en mots". La théorie du célèbre critique et auteur John Berger a été influencée par l'œuvre de Millet, écrivant que "Millet, sans la moindre trace de sentimentalité, a dit la vérité telle qu'il la connaissait".

L'Angélus (1857-59)

Millet a également eu un impact involontaire sur les lois affectant le monde de l'art. Lorsque L'Angélus a été vendu pour un demi-million de francs en 1889, quatorze ans après la mort de Millet, la prise de conscience de la grande pauvreté de sa famille a conduit à l'adoption de lois sur le droit de suite, qui permettent aux héritiers d'un artiste de recevoir une partie des prix de revente ultérieurs.

Articles Liés
Rococo

Rococo

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.