Gustave Courbet
News

Gustave Courbet

Jul 14, 2022

Gustave Courbet

Peintre français 
Né : 10 juin 1819 - Ornans, Doubs, France
Décès : 31 décembre 1877 - La Tour-de-Peilz, Suisse

 

Enfance


Né à l'été 1819 dans la petite ville rurale d'Ornans, près des Alpes françaises, Courbet grandit dans un environnement pittoresque avec une famille qui le soutient. Il aimait les activités physiques vigoureuses, comme nager avec ses sœurs dans la rivière Loue et jouer dans les pâturages et les vignobles de la famille. À l'école, Courbet aimait être le centre d'attention et divertir ses camarades de classe avec son esprit et son charme.

Bien que l'éducation générale de Courbet soit solide, sa formation artistique formelle est médiocre. À quatorze ans, il prend des leçons auprès d'un peintre néoclassique mineur, ce qui lui donne probablement une base contre laquelle réagir. Sur les conseils de son père, il étudie le droit dans une université locale, mais il est malheureux jusqu'à ce qu'un professeur de dessin de l'université l'invite à prendre des cours de peinture dans un atelier à domicile. Cela lui donne encore plus confiance en son potentiel artistique et le convainc de poursuivre sa passion.


Premières années


À 21 ans, Courbet s'installe à Paris. Il évite d'étudier dans les ateliers des nombreuses célébrités académiques de l'époque, et ne s'inscrit pas non plus à l'École des Beaux-Arts, le système académique de haut niveau pour les arts à Paris. Au lieu de cela, il a pris quelques leçons auprès de professeurs moins connus, mais il a surtout appris par lui-même en copiant des tableaux du Caravage, de Rubens et d'autres peintres au Louvre. Lors d'un séjour en Hollande, il a également pu copier des tableaux de Rembrandt et de Velazquez. Alors que les étudiants de l'Académie attendent jusqu'à un an avant de prendre un pinceau (les cours de dessin étant prioritaires), Courbet établit son propre programme rigoureux et se lance à corps perdu dans la peinture. Il reproduit souvent un tableau classique, encore et encore, pour en découvrir les secrets. Il complète son étude indépendante en peignant d'après nature et d'après des modèles rémunérés. Lorsqu'il est en visite chez lui à Ornans, il peint ses amis et sa famille.

Le Désespéré est un des autoportraits les plus célèbres de l'artiste français peint vers 1845 (45 x 54cm) alors qu'il avait 25 ans.

Le Désespéré est un des autoportraits les plus célèbres de l'artiste français peint vers 1845 (45 x 54cm) alors qu'il avait 25 ans.

Courbet se lance également dans sa vision personnelle du réalisme qui rejette tout traitement ou rhétorique classique. Bien que cette vision soit assez radicale à l'époque, il s'efforce toujours d'être sélectionné pour les Salons officiels français. Mais, au cours de ses sept premières années à Paris, seules trois de ses 25 soumissions ont été acceptées.


La période de maturité


Pendant son séjour à Paris, Courbet a toujours peint dans un style réaliste. Par exemple, il s'empresse de décliner une demande de peindre des anges pour une église - en faisant remarquer : "Montrez-moi un ange et j'en peindrai un". Au lieu de cela, il peint des gens ordinaires dans toute leur glorieuse banalité, et ce n'est pas une surprise lorsqu'en 1848, le groupe croissant d'amis influents de Courbet le nomme chef de file du mouvement réaliste à Paris. Le poète Charles Baudelaire et le franc anarchiste Pierre Proudhon faisaient tous deux partie de ce groupe d'intellectuels qui se poussaient mutuellement à remettre en question les normes de l'époque.

En 1848 également, sous une République nouvellement formée, le Salon de Paris est devenu sans jury pendant un an. Cela a permis à Courbet de présenter dix tableaux qui ont été acceptés d'office, où ils ont fait une grande impression, et ont aidé le peintre à gagner une médaille d'or l'année suivante. Selon les règles de l'Académie, la médaille d'or donnait à Courbet l'immunité contre les futurs comités de sélection, une immunité dont il a bénéficié jusqu'en 1857, date à laquelle cette règle a été modifiée. Sans cette protection, l'Enterrement à Ornans (1849), parmi d'autres tableaux importants, aurait probablement été rejeté. Cette énorme toile de confrontation est la démonstration la plus audacieuse du réalisme rural de Courbet.La grande échelle à laquelle il a dépeint les gens ordinaires a suscité une tempête de critiques, de nombreux conservateurs étant mal à l'aise avec le soutien implicite du tableau à la politique démocratique.

Ironiquement, peu de temps après les débuts de l'Enterrement à Ornans, le gouvernement français revient à un Empire autoritaire sous Napoléon III. Courbet reste fermement opposé à son régime et, avec le temps, l'Empereur aura également des raisons d'exprimer son dégoût pour les nus de Courbet. En 1853, Napoléon III et son épouse Eugénie ont fait les gestes de désapprobation les plus mémorables : l'histoire raconte qu'en parcourant le Salon de Paris, Eugénie a fait une remarque d'appréciation sur le tableau de Rosa Bonheur, La Foire aux chevaux, qui montrait d'énormes chevaux de trait vus de dos. Peu après, devant le tableau de Courbet Les Baigneuses (1853), qui représente deux robustes fermières se baignant dans un ruisseau, elle fait remarquer que les modèles de Courbet ressemblent aux volumineux chevaux de Bonheur - et l'Empereur aurait alors frappé la toile du nu avec sa cravache.

photo de gustave courbet

Deux ans plus tard, lorsque trois des plus importantes des quatorze toiles que Courbet a soumises au jury de l'Exposition universelle de Paris en 1855 sont rejetées, l'artiste invente une façon de faire qui devient tout aussi choquante et novatrice que ses peintures. Il a défié le jury en créant son propre pavillon à l'extérieur de l'enceinte de l'exposition, sous la bannière "Réalisme", et en exposant quarante tableaux de ses quinze années de travail.


La période tardive


Au cours des années 1860, Courbet se concentre sur les nus érotiques, les scènes de chasse, les paysages et les marines. Dans ce travail, il subvertit le classicisme académique de manière à promouvoir sa nouvelle vision et à inspirer d'autres modernistes. Par exemple, sa dernière série de paysages marins a ouvert la voie aux impressionnistes. L'eau de Courbet est brute et tangible, la peinture épaisse sur une surface parlant presque aussi fort que l'illusion de l'eau elle-même.

Les nus de Courbet datant de cette décennie ont défié les normes de son époque et, dans certains cas, ils restent conflictuels même de nos jours. Le plus célèbre d'entre eux, L'origine du monde (1866), montre le bas du torse d'une femme et ses cuisses ouvertes. L'artifice classique est dépouillé et le spectateur est forcé de se concentrer sur la vue la plus intime de l'anatomie féminine ; Courbet indique au spectateur exactement où regarder et implique que le fait de regarder une telle réalité picturale devrait être acceptable. Ce traitement franc du nu préfigure l'érotisme brut de certains peintres du début du XXe siècle, comme Egon Schiele.

Pendant la majeure partie de sa carrière, Courbet n'a pas été bien vu par l'Académie française et d'autres institutions d'État. Mais en 1870, il a reçu la Légion d'honneur, le plus grand ordre du mérite français, qu'il a refusé. Dans un style typiquement rebelle, Courbet rédige une lettre ouverte dans laquelle il déclare que "l'honneur n'est ni dans un titre ni dans un ruban, il est dans les actions et les motivations de ces actions. Le respect de soi et de ses idées en constitue la plus grande partie. Je m'honore en restant fidèle à mes principes de toujours..."

Courbet ne s'est jamais marié, prétendant souvent que son art ne lui laissait pas le temps de se fixer. En 1872, il a demandé une très jeune femme en mariage, lui déclarant dans une lettre que, si elle acceptait, elle serait enviée dans toute la France, et même qu'elle "renaîtrait trois fois sans jamais rencontrer une position comme celle-ci". Mais la femme refuse et Courbet reste célibataire toute sa vie.


Dernières années et mort


Lorsque l'Empire français est finalement écrasé par la guerre franco-prussienne, Courbet est élu président de la Commission républicaine des arts sous l'éphémère Commune de Paris. Sous sa direction, la colonne de la place Vendôme, que Napoléon Ier avait créée à partir du bronze des canons ennemis, est détruite. Le rôle précis de Courbet dans la destruction de la colonne est incertain, et il est possible qu'il ait eu pour seule intention de la déplacer. Quoi qu'il en soit, la perte de la colonne a conduit à sa propre perte. Lorsque la nouvelle Commune échoue rapidement, Courbet est envoyé en prison en 1871 pour six mois, passant la dernière partie de sa peine dans une clinique lorsqu'il tombe malade. Cette tragédie en entraîne une autre lorsqu'en 1873, on lui ordonne de payer personnellement 300 000 francs pour l'érection d'une nouvelle colonne Vendôme. Face à cette facture impossible, il s'exile en Suisse. Il continue à peindre, mais ne reviendra jamais en France. Il meurt d'une consommation excessive d'alcool et d'une maladie du foie à La Tour-de-Pails, en Suisse, en 1877, à l'âge de 58 ans. Sa dépouille se trouve aujourd'hui au cimetière d'Ornans.


L'héritage de Gustave Courbet


Le regard démocratique de Gustave Courbet a révolutionné l'art occidental. Sa nouvelle forme de réalisme a ouvert la voie à d'autres mouvements modernes, tels que l'impressionnisme et le post-impressionnisme. Manet, Monet, Renoir et d'autres ont eu un contact direct avec Courbet et ont été profondément touchés par l'homme et ses peintures. L'application viscérale de la peinture de Courbet a également ouvert la voie aux peintres de figures et de paysages du XXe siècle, tels que Willem de Kooning, Fairfield Porter, Lucian Freud, les Bay Area Figurative Painters et d'autres.
Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.