Sandro Botticelli
News

Sandro Botticelli

Jun 30, 2024

Sandro Botticelli


Peintre italien


Né : vers 1445 - Florence, Italie

Mort : 17 mai 1510 - Florence, Italie



Enfance


Sandro Botticelli est né Alessandro di Mariano Filipepi. Sa date de naissance n'est pas certaine, mais son père, qui travaillait comme tanneur, a soumis des déclarations d'impôts selon lesquelles Botticelli avait deux ans en 1447 et 13 ans en 1458. Les historiens de l'art ont donc supposé qu'il était né vers 1445.

On sait très peu de choses sur les débuts de l'artiste, mais on pense qu'il a grandi dans la Via Borgo Ognissanti à Florence. Botticelli a vécu toute sa vie dans ce quartier relativement pauvre de la ville. Selon la légende, l'un des quatre frères aînés de l'artiste lui aurait donné le surnom de "Botticelli", qui signifie "petit tonneau", et ce surnom lui est resté ; dès 1470, un document le désigne comme "Sandro Mariano Botticelli".


Formation et travail


Selon l'historien de l'art Giorgio Vasari, dans son livre influent Vies des artistes, publié en 1550, Botticelli est entré dans l'atelier de Fra Filippo Lippi (1406-1459) vers la fin des années 1450. Lippi est connu pour ses peintures simples et belles, en particulier de la Vierge à l'Enfant. La clarté de ses lignes et l'utilisation de la figure féminine ont eu une influence significative sur le style de Botticelli, en particulier dans les premières peintures telles que la Vierge de l'Eucharistie (vers 1472). Cette influence se retrouve dans les fresques de Lippi dans la cathédrale de Prato, juste à côté de Florence.

Détail des fresques de la cathédrale de Prato de Filippo Lippi montrant son influence sur Botticelli

Bien qu'il n'existe aucune preuve documentaire, l'influence stylistique significative de Lippi suggère que Botticelli pourrait bien avoir été un apprenti dans son atelier. À l'époque, il était courant que les apprentis commencent à l'âge de treize ans ou plus tôt, et il est donc probable que Botticelli ait commencé son éducation artistique très tôt. Lippi bénéficiait du patronage de la puissante famille des Médicis, et Botticelli n'a pas tardé à profiter de ce lien. Les archives montrent que la famille s'est installée au coin de la Via Nuova en 1464, où elle a noué des liens avec la riche famille Vespucci, dont Amerigo Vespucci, l'explorateur et voyageur qui a donné son nom aux Amériques. Une légende a commencé à circuler au XIXe siècle selon laquelle Botticelli aurait utilisé la belle cousine d'Amerigo, Simonetta, comme modèle pour nombre de ses célèbres tableaux. Cependant, bien que cette histoire soit séduisante, il est peu probable qu'elle soit vraie, car Simonetta était déjà morte lorsque Botticelli a commencé à peindre ces tableaux.

La première peinture documentée de Botticelli est Fortitude, tirée d'un panneau de sept peintures des vertus, les six autres ayant été peintes par l'atelier d'Antonio del Pollaiuolo, à qui l'œuvre avait été commandée à l'origine. Botticelli a été influencé par les représentations naturalistes du corps humain de Pollaiuolo et par sa compréhension de l'anatomie, que Pollaiuolo aurait étudiée à partir de cadavres disséqués. Cependant, Botticelli s'est toujours abstenu d'un véritable naturalisme, préférant une figure déformée si elle servait mieux l'idée générale. Les premières madones de Botticelli témoignent déjà de la chaleur humaine et de la tendresse qui caractériseront son œuvre tout au long de sa vie.

Le premier tableau connu de Botticelli est Fortitude (1470), aujourd'hui conservé à la Galerie des Offices de Florence.

À la fin des années 1460, Botticelli aurait également travaillé dans l'atelier d'Andrea del Verrocchio, plus connu aujourd'hui pour ses sculptures que pour ses peintures, et cette influence est évidente dans les contours sculpturaux des figures de Botticelli. En 1470, Botticelli s'est réinstallé dans la maison familiale de la Via Nuova et y a installé son atelier. Le style unique de Botticelli permet à son atelier de copier ou de terminer facilement les œuvres qu'il a commencées, de sorte qu'il est difficile de distinguer la main de l'artiste de celle de ses apprentis dans de nombreux tableaux.


Période de maturité


En 1472, la position de Botticelli lui permet de rejoindre le groupe de peintres florentins appelé Compagnia di San Luca. Ses premières œuvres de cette période ont été réalisées pour des églises de Florence, notamment l'Adoration des Mages (vers 1476) pour Santa Maria Novella, l'un des espaces religieux les plus importants de la ville. Le tableau contient des portraits de Cosimo de' Medici, de ses fils Piero et Giovanni, ainsi que d'autres membres de la famille Medici. En outre, on pense que le tableau contient le seul autoportrait connu de l'artiste.

On pense que l'autoportrait de Botticelli est inclus dans son tableau L'Adoration des Mages (vers 1476).

Outre les œuvres les plus célèbres, l'atelier de Botticelli était à cette époque le fournisseur le plus populaire de madones pour les mécènes privés et publics de Florence. La notoriété de Botticelli est telle qu'en 1481, le pape Sixte IV lui demande de superviser la décoration de la chapelle Sixtine, récemment achevée, au Vatican. Pour ce projet, Botticelli a réalisé une série de fresques, souvent négligées par les visiteurs dont les yeux sont attirés directement par le célèbre plafond de Michel-Ange. Giorgio Vasari note que "ayant ainsi acquis une renommée et une réputation encore plus grandes parmi le grand nombre de concurrents qui travaillaient avec lui, aussi bien des Florentins que des hommes d'autres villes, il reçut du pape une bonne somme d'argent, qu'il consomma et dilapida en un instant pendant sa résidence à Rome, où il vivait au hasard, comme il en avait l'habitude".

L'Adoration des Mages (vers 1475)

Botticelli était à l'avant-garde d'un changement majeur qui s'est produit en Europe occidentale alors que les "âges sombres" médiévaux touchaient à leur fin, tandis que l'humanisme de la Renaissance et les sciences rationnelles commençaient tout juste à former une vision du monde entièrement nouvelle, qui allait finalement donner naissance au siècle des Lumières quelques siècles plus tard. Peu après son retour à Florence, Botticelli commence à travailler sur ses deux œuvres les plus célèbres, Primavera (fin des années 1470-début des années 1480) et La Naissance de Vénus (vers 1486). Vasari a vu ces œuvres dans la villa de Pierfrancesco de Médicis et l'on a longtemps supposé qu'elles étaient destinées à ce site, mais les historiens de l'art sont aujourd'hui incertains quant à l'origine et aux commanditaires de ces deux tableaux. Il semble probable que les tableaux aient été commandés par un membre de la famille Médicis, mais cela reste incertain.

Primavera (1477-82)

La Florence des Médicis était une société prospère et permissive qui permettait à la culture de s'épanouir. Cosimo de' Medici a créé une académie et encouragé les érudits de toute l'Europe à venir à Florence pour débattre de la philosophie néoplatonicienne et de l'humanisme de la Renaissance. Les sujets classiques des peintures de cette période suggèrent que Botticelli a pu être associé à l'académie, bien qu'il n'en ait pas été membre. Vénus, qui apparaît dans bon nombre des tableaux les plus célèbres de Botticelli à cette époque, était une figure importante pour les néoplatoniciens, car elle représentait l'humanitas, c'est-à-dire le développement de la vertu humaine sous toutes ses formes. La science, la culture et la philosophie étaient en pleine mutation et les peintures de Botticelli donnaient forme à cette nouvelle vision, annonçant l'émergence d'un monde moderne. Dans ces tableaux, nous pouvons voir les tensions entre le Moyen Âge et la modernité, le premier étant essentiellement chrétien, avec un art largement dévotionnel, hautement décoratif et stylisé ; le second rationnel, scientifique et glorifiant l'art classique issu de ce que les néoplatoniciens considéraient comme une société plus avancée sur le plan culturel.

Vénus et Mars (vers 1485)

Botticelli a travaillé avec plusieurs autres artistes importants de la Renaissance florentine. Avec certains d'entre eux, cependant, il ne s'entendait pas très bien. Dans son Libro di Pittura (livre sur la peinture), Léonard de Vinci note que Botticelli a prétendu un jour qu'il n'aimait pas la peinture de paysage parce qu'"en jetant une éponge imbibée de différentes couleurs sur un mur, on peut faire une tache dans laquelle on peut voir un beau paysage". Léonard a répondu avec colère à cette affirmation dans son carnet : "Bien que cette tache puisse suggérer des idées, elle ne vous apprendra pas à achever un art, et le peintre susmentionné (Botticelli) peint de très mauvais paysages."

Carte de l'enfer (vers 1485)

Période tardive


Dans les années 1490, Botticelli loue avec son frère Simone une petite maison de campagne et une ferme dans les environs de Florence. L'artiste semble avoir mené une vie de célibataire - il ne s'est certainement jamais marié. Dans Detti Piacevoli (1477), Angelo Poliziano raconte une anecdote sur un échange entre Botticelli et son mécène Tommaso Soderini. Lorsque Soderini demande à Botticelli pourquoi il n'est pas marié, celui-ci répond qu'il a récemment rêvé qu'il était marié, qu'il s'est réveillé avec un profond sentiment de chagrin et qu'il a ensuite marché dans la ville pour s'empêcher de s'endormir à nouveau et de reprendre son rêve. Les archives florentines contiennent une accusation contre Botticelli datant de 1502, indiquant qu'il "gardait un garçon", ce qui a donné lieu à des spéculations sur le fait qu'il aurait pu être homosexuel ou bisexuel. Les historiens de l'art ne s'accordent pas sur l'importance à accorder à cette information, car les accusations de ce type étaient une forme courante de petite calomnie à l'époque. De nombreux historiens ont également noté les tendances homo-érotiques dans des tableaux tels que Saint Sébastien (vers 1474).

Certains historiens ont affirmé que les rumeurs sur l'homosexualité de Botticelli étaient corroborées par la nature homoérotique de son tableau Saint Sébastien (1474).

Au cours des années 1490, le climat politique à Florence a changé de manière significative suite à la mort de Laurent de Médicis et à l'invasion de Charles VIII de France. Un frère dominicain nommé Girolamo Savonarola, qui critiquait la morale de la société florentine dans des sermons apocalyptiques, a commencé à avoir une influence significative sur la ville alors que le pouvoir de la famille Médicis diminuait. Les opinions extrémistes de Savonarole étaient également plus facilement acceptées à Florence à l'époque, car la ville était encore sous le choc de l'épidémie catastrophique de la peste bubonique. De nombreux citoyens étaient ouverts à la croyance que cet épisode tragique était une punition de Dieu pour leur mode de vie matérialiste. Cette ferveur religieuse s'est achevée par le Bûcher des vanités, le mardi gras 1497, au cours duquel on suppose que de nombreuses peintures de Botticelli ont été perdues, ses seules œuvres survivantes étant celles qui étaient déjà en possession des Médicis.

Le frère dominicain extrémiste Girolamo Savonarola (peint ici par Fra Bartolomeo) persuade les Florentins que Dieu est mécontent d'eux et qu'ils doivent participer à des séances publiques d'autoflagellation, voire brûler leurs biens matériels dans un "Bûcher des vanités", au cours duquel de nombreuses œuvres de jeunesse de Botticelli sont perdues.

Les peintures des années 1500 sont plus sombres et plus ouvertement spirituelles, mais elles sont toujours marquées par la chaleur et l'imagination brillante de Botticelli. Des tableaux tels que la Crucifixion mystique (1501) et la Nativité mystique (1501) ont une intensité émotionnelle qui témoigne d'une compréhension plus profonde de la tragédie de la condition humaine ; ils témoignent également d'une grande attention portée aux décors, qu'il s'agisse d'une architecture imaginaire détaillée ou d'un champ rustique. Les spécialistes débattent de ce qu'il advient de Botticelli durant cette période, certains estimant que les sujets plus ouvertement religieux de ses dernières peintures sont une preuve supplémentaire qu'il est devenu lui aussi un adepte de Savonarole. D'autres suggèrent qu'il n'avait plus de travail à la fin de sa vie, alors que les peintres humanistes et plus scientifiques tels que Léonard de Vinci gagnaient en popularité. Vasari écrit que Botticelli a été insipide et a dilapidé l'argent qu'il avait gagné au début de sa carrière. Quelle qu'en soit la raison, il semble être mort pauvre

À partir de 1500 environ, l'œuvre de Botticelli devient plus sombre, comme dans la Crucifixion mystique (1501).

Botticelli meurt en 1510 et est enterré dans la chapelle de la famille Vespucci dans l'église d'Ognissanti à Florence, à quelques mètres de l'endroit où il a grandi et vécu toute sa vie. Sa tombe est marquée par un simple cercle de marbre.


L'héritage de Sandro Botticelli


L'influence de Botticelli sur le cours de l'histoire de l'art et de la culture populaire a été considérable à travers les siècles, comme peu d'autres artistes l'ont fait. Son héritage commence avec les artistes auxquels il a enseigné directement, comme Filippino Lippi, le fils de Filippo Lippi qui avait formé Botticelli très tôt. De manière peu conventionnelle, Botticelli a terminé la fresque de Filippino Lippi L'adoration des rois (1496) (il était plus habituel qu'un élève termine l'œuvre de son maître, et non l'inverse). Giorgio Vasari voyait en Botticelli l'incarnation de "l'âge d'or" de l'art atteint à l'époque du grand mécène Laurent de Médicis.

La naissance de Vénus (vers 1486)

Cependant, bien qu'il ait été célèbre de son vivant, la réputation de Botticelli a souffert après sa mort pendant plusieurs siècles. Peut-être parce que l'œuvre de Botticelli est restée ancrée dans une tradition médiévale délaissée par la Haute Renaissance, elle a été rejetée au même titre que l'art gothique. On l'appelait ainsi parce qu'on pensait à l'époque qu'il était influencé par les Goths et les Vandales, considérés comme incultes. Une autre théorie suppose que la carrière de Botticelli a souffert du départ forcé des Médicis de Florence, et que le pouvoir a été usurpé pendant un certain temps par des influences chrétiennes conservatrices qui dénonçaient la décadence des anciens souverains et des artistes qu'ils patronnaient.

Calomnie d'Apelles (1494-95)

Ce n'est qu'au XIXe siècle que son œuvre a été réévaluée et qu'elle a recommencé à être appréciée à sa juste valeur. Le mouvement préraphaélite rejette le style d'art plus doux adopté par Raphaël et les artistes ultérieurs, préférant la linéarité de la peinture de la première Renaissance florentine, et faisant notamment l'éloge de Botticelli. Dante Gabriel Rossetti a même possédé une œuvre de l'artiste et a écrit un sonnet dédié à la Primavera de Botticelli (fin des années 1470 - début des années 1480), croyant que la figure centrale était la même femme que celle représentée dans le portrait qu'il possédait.

Depuis les préraphaélites, l'influence de Botticelli s'est largement répandue à travers les mouvements artistiques. Une récente exposition au Victoria and Albert Museum de Londres cite l'influence de l'artiste dans des œuvres aussi diverses que celles d'Andy Warhol, de Cindy Sherman ou de la photographe Rineke Djikstra. En outre, des références à Botticelli - et en particulier à La naissance de Vénus (vers 1496) - sont présentes dans la culture populaire, comme dans le film Dr. No de James Bond, lorsque Ursula Andress émerge de la mer.
Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.