Max Ernst
News

Max Ernst

Nov 15, 2023

Max Ernst


Peintre et sculpteur allemand 


Né : 2 avril 1891 - Bruhl, Allemagne

Mort : 1er avril 1976 - Paris, France



Enfance


Max Ernst est né dans une famille catholique de classe moyenne de neuf enfants à Bruhl, en Allemagne, près de Cologne. Il apprend d'abord à peindre avec son père, un disciplinaire strict qui est sourd, et un professeur qui s'intéresse de près à l'art académique. Une grande partie du travail d'Ernst à l'âge adulte visait à saper l'autorité, y compris celle de son père. Hormis cette initiation à la peinture amateur à la maison, Ernst n'a jamais reçu de formation artistique formelle : il était donc responsable de ses propres techniques artistiques. Ernst s'inscrit à l'université de Bonn en 1914 pour étudier la philosophie, mais il abandonne rapidement cette voie, affirmant plus tard qu'il évitait "toute étude qui pourrait dégénérer en gagne-pain". Au lieu de cela, l'artiste préférait les domaines d'études considérés comme "futiles par ses professeurs - principalement la peinture... les philosophes séditieux et la poésie non orthodoxe". À cette époque, Ernst s'intéresse profondément à la psychologie et à l'art des malades mentaux. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Ernst est enrôlé dans l'armée allemande et sert dans une division d'artillerie où il vit directement le drame et les effusions de sang de la guerre des tranchées - il sert sur les fronts de l'Est et de l'Ouest. Ernst est l'un des nombreux artistes qui sont sortis du service militaire émotionnellement blessés et aliénés des traditions européennes et des valeurs conventionnelles.


Formation initiale


Bien que principalement autodidacte, Ernst a été influencé par les œuvres de Vincent van Gogh et d'August Macke, et les toiles de Giorgio de Chirico ont éveillé son intérêt pour l'imagerie onirique et le fantastique. Ernst a puisé dans les expériences de son enfance et de la guerre pour dépeindre des scènes à la fois absurdes et apocalyptiques. La tendance subversive est restée forte chez Ernst tout au long de sa carrière, puisqu'il a littéralement mis le monde à l'envers dans nombre de ses œuvres. De retour en Allemagne après l'armistice, Ernst participe avec l'artiste-poète Jean Arp à la création du groupe Dada à Cologne, tout en entretenant des liens étroits avec l'avant-garde parisienne. Ernst commence à créer ses premiers collages en 1919, retravaillant des matériaux banals tels que des manuels scientifiques et des catalogues illustrés du début du siècle pour créer de nouvelles images étonnantes et fantastiques, sans narration fixe. Cette création d'images irrationnelles a permis à Ernst de rendre visuel le monde des rêves, du subconscient et de l'accidentel, tout en sondant sa propre psyché pour trouver l'inspiration et faire face à ses propres traumatismes.

Celebes (1921)

Célèbes (1921)

Ernst a édité des journaux pendant son séjour à Cologne et a participé à l'organisation d'une exposition Dada dans des toilettes publiques où les visiteurs ont été accueillis par une jeune fille adorable récitant des poèmes obscènes. Une sculpture d'Ernst était également exposée, accompagnée d'une hache que le public était invité à utiliser pour attaquer et détruire l'œuvre d'art. Cet événement participatif a provoqué un véritable scandale pour les sensibilités bourgeoises.


Période de maturité

Vernissage de l'exposition Ernst à la galerie Au Sans Pareil, Paris (1921). De gauche à droite : René Hilsum, Benjamin Péret, Serge Charchoune, Philippe Soupault en haut de l'échelle, Jacques Rigaut (à l'envers) et André Breton.

Vernissage de l'exposition Ernst à la galerie Au Sans Pareil, Paris (1921). De gauche à droite : René Hilsum, Benjamin Péret, Serge Charchoune, Philippe Soupault en haut de l'échelle, Jacques Rigaut (à l'envers) et André Breton.

En 1922, Ernst quitte sa première femme et s'installe à Paris, où il vivra et travaillera jusqu'en 1941, date à laquelle la Seconde Guerre mondiale l'empêche de rester en Europe. Au cours de ces décennies, le surréalisme supplante le dadaïsme avec la publication du "Premier manifeste du surréalisme" d'André Breton (1924), et Ernst devient l'un des membres fondateurs du mouvement. Ernst et ses collègues artistes découvrent les possibilités de l'autonomisme et du rêve ; en fait, ses recherches artistiques sont facilitées par l'hypnose et les hallucinogènes. En 1925, afin d'activer le flux d'images provenant de son inconscient, Ernst commence à expérimenter le frottage (frottage au crayon d'éléments tels que des veines de bois, des tissus ou des feuilles), une technique qu'il a d'ailleurs mise au point, et la décalcomanie (technique consistant à transférer de la peinture d'une surface à une autre en pressant les deux surfaces l'une contre l'autre). Ses expériences et ses innovations techniques aboutissent à des images finies, des motifs accidentels et des textures précises qu'il incorpore ensuite dans ses dessins et ses peintures. L'accent mis sur le contact entre les matériaux, ainsi que sur la transformation de matériaux quotidiens afin d'obtenir une image signifiant une sorte de conscience collective, deviendra un élément central du concept d'automatisme du surréalisme.


Les dernières années et des décès 


En 1933, Hitler et le parti nazi avaient pris le contrôle de l'Allemagne. À l'automne 1937, Hitler avait accumulé environ seize mille œuvres d'art d'avant-garde provenant des musées nationaux allemands et en avait expédié six cent cinquante à Munich pour sa tristement célèbre exposition Entartete Kunst (Art dégénéré). Il semble qu'Ernst ait exposé au moins deux tableaux dans le cadre de l'exposition, qui ont tous deux disparu depuis, ou qui ont très probablement été détruits. Ernst a fui la France avec la Gestapo à ses trousses après avoir été interné trois fois en tant que ressortissant allemand. Réfugié à New York, où il côtoie des artistes européens d'avant-garde tels que Marcel Duchamp et Piet Mondrian, il électrise une génération d'artistes américains. Ernst rencontre Peggy Guggenheim, la flamboyante mondaine, galeriste et mécène, qui deviendra sa troisième épouse. Guggenheim permet à Ernst d'entrer sur la scène artistique new-yorkaise en plein essor.

L'ange du coin du feu 1937

L'ange du coin du feu 1937

Le rejet par Ernst des techniques, des styles et de l'imagerie traditionnels (symbolisés par le style classique de l'œuvre de son père) a captivé les jeunes peintres américains, qui ont eux aussi cherché à forger une approche fraîche et non orthodoxe de la peinture. Il a eu un effet particulièrement fort sur l'orientation de la peinture de Jackson Pollock, qui s'est intéressé aux aspects de collage de l'œuvre d'Ernst, ainsi qu'à sa tendance à utiliser son art comme une extériorisation de son état interne. Les jeunes artistes étaient très intéressés par le fait qu'Ernst avait capturé l'inconscient et l'accidentel dans son travail artistique, ainsi que par sa grande expérience surréaliste de l'autonomisme et de l'écriture automatique. En 1942, Ernst expérimente l'"oscillation", c'est-à-dire le fait de peindre en balançant sur la toile une boîte de peinture percée de multiples trous, ce qui impressionne particulièrement Pollock.

Europe After the Rain II 1940-1942

L'Europe après la pluie II 1940-1942

Après avoir divorcé de Guggenheim, Ernst s'installe à Sedona, en Arizona, avec sa quatrième femme, la peintre surréaliste américaine Dorothea Tanning. Ernst et Tanning retournent finalement en France en 1953. En 1954, Ernst reçoit le premier prix de peinture de la prestigieuse Biennale de Venise. En 1971, à l'occasion du 80e anniversaire de l'artiste, une grande rétrospective a été présentée en Amérique et en Europe. Ernst est resté actif en tant qu'artiste jusqu'à sa mort à Paris en 1976. Il a été inhumé au célèbre cimetière parisien du Père Lachaise.

Le roi joue avec la reine 1944

Le roi joue avec la reine 1944

L'héritage de Max Ernst


Max Ernst a réussi l'exploit rare de se forger, de son vivant, une réputation élogieuse et une audience critique dans trois pays simultanément (l'Allemagne, la France et les États-Unis). Bien qu'Ernst soit un artiste mieux connu des historiens de l'art et des universitaires que du grand public aujourd'hui, son influence sur l'orientation de l'art américain du milieu du siècle est facilement reconnaissable. Grâce à son association avec Peggy Guggenheim, Ernst a eu des contacts directs avec les expressionnistes abstraits, et par l'intermédiaire de son fils, Jimmy Ernst, qui est devenu un peintre expressionniste abstrait allemand/américain bien connu après la guerre.

Max Ernst

Alors qu'il était installé à Sedona, Ernst a été attiré par l'art des Navajos du sud-ouest des États-Unis comme source d'inspiration artistique. Les jeunes expressionnistes abstraits, en particulier Pollock, sont à leur tour fascinés par l'art de la peinture sur sable, qui est profondément lié aux rituels de guérison et aux évocations spirituelles. Ernst reste une figure fondamentale pour ces artistes profondément intéressés par la technique, la psychologie et le désir de choquer et de confronter les mœurs sociales.

Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.