Frédéric Bazille
News

Frédéric Bazille

May 19, 2024

Frédéric Bazille


Peintre français 


Né : 5 décembre 1841 - Montpellier, Hérault, Languedoc-Roussillon, France

Décédé : 28 novembre 1870 - Beaune-la-Rolande, France



Enfance et éducation


Frédéric Bazille, né Jean-Frédéric, est issu d'une famille aisée ayant des racines anciennes dans le sud de la France. Il est né sur le domaine familial de Méric, près de Montpellier, le 5 décembre (certaines sources disent le 6) 1841. La famille Bazille s'était installée dans la région au moins depuis le 13e siècle. Il est issu d'une famille d'artisans, dont un ancêtre du XVIIIe siècle qui était maître arquebusier, "spécialiste renommé des armes et producteur d'œuvres d'art de luxe ... qui travaillait pour le roi". Finalement, la famille a canalisé ses compétences artisanales vers l'orfèvrerie, domaine dans lequel elle a acquis une réputation d'excellence ainsi qu'une fortune. L'un des trésors de la famille, qui avait fini par parvenir à sa mère, Camille Vialars Bazille, était une célèbre bague extravagante "de diamants avec sept pierres de rosette" conçue par Daniel Bazille en 1720.

Cette famille aisée et influente était membre de la Haute Société protestante, mais le père de Bazille, Gaston, viticulteur et agronome, puis sénateur de l'Hérault, était apparemment encore assez libéral pour permettre à son fils de s'autodéterminer. De toute évidence, le jeune Bazille avait décidé très tôt qu'il voulait devenir peintre et, en 1859, il avait fait part de ses intentions à ses parents. À cette époque, il commence à assister à des conférences sur le dessin et la peinture au musée Fabre de Montpellier et prend des cours de dessin auprès de sculpteurs locaux, le père et le fils, Joseph et Auguste Baussan. Il devient un dessinateur et un copiste habile, reproduisant des œuvres de maîtres anciens tels que Véronèse. Cependant, alors que son père encourageait depuis des années son fils à peindre comme un passe-temps, il insista pour que Bazille reçoive une éducation formelle en vue d'une profession plus digne qui lui permettrait de vivre confortablement. C'est donc à contrecœur que le jeune homme accepte d'étudier la médecine.


Formation initiale


En 1862, Bazille s'installe à Paris ; il s'inscrit à la faculté de médecine. Pendant ses loisirs, au lieu d'étudier, il peint. Rapidement, il néglige ses études et fréquente l'atelier de dessin de l'artiste Charles Gleyre. Gleyre est un peintre académique réputé, spécialisé dans la peinture d'histoire, encore considérée par les milieux artistiques comme le genre le plus noble. Il avait repris l'atelier du célèbre peintre d'histoire Paul Delaroche. Parmi ses élèves les plus connus, citons Monet, Renoir et Sisley, tous rencontrés par Bazille lorsqu'il participait aux ateliers de l'atelier de Gleyre. Ironiquement, aucun d'entre eux n'est resté longtemps sous la tutelle de Gleyre, car ils n'étaient pas d'accord avec son approche académique de l'enseignement de l'art.

En 1864, Bazille a échoué à son examen médical, en grande partie à cause de son manque d'intérêt, et son père accepte enfin, à contrecœur, de le soutenir pour qu'il puisse se consacrer à la peinture à plein temps. Bazille a reçu de nombreux encouragements de la part de Gleyre et de ses amis artistes d'avant-garde, Monet, Sisley et Manet. À son tour, il est un ami généreux qui apporte souvent son soutien à ses amis artistes en difficulté - parfois en leur donnant de l'argent, mais le plus souvent en leur prêtant du matériel et un espace de travail.

La robe rose (1864)

À l'âge de 23 ans, en 1864, alors qu'il ne fait que commencer sa carrière artistique, Bazille a déjà peint un certain nombre d'œuvres à succès. Comme ses confrères de l'avant-garde, Bazille apprécie la vie nocturne parisienne et fréquente les cafés, les bars et les bistrots du quartier un peu miteux de la Nouvelle Athènes (situé entre les Grands Boulevards et la place Pigalle, dans le 9e arrondissement). En particulier, Bazille et ses amis, alors artistes et écrivains en herbe, fréquentent les cafés Tortoni, Baudequin et Guerbois. Il n'était pas rare, au début des années 1860, que Bazille paie la note de ses amis, comme Monet, qui avaient encore du mal à joindre les deux bouts.


La période de maturité


Bazille peint presque fiévreusement de 1863 à 1870. Après avoir quitté l'atelier de Gleyre, il crée son propre atelier. Il occupe au total six ateliers au fil des ans, dont trois - un rue de Furstenberg, un rue de Visconti et un rue de la Condamine - sont documentés par ses peintures, que certains historiens de l'art ont qualifiées d'"autoportraits indirects". Comme il recevait une généreuse allocation mensuelle de ses parents, Bazille pouvait entretenir un appartement confortable, qu'il partageait parfois avec des amis, et il partageait également l'espace de son atelier avec d'autres artistes. En 1864, il partage avec Monet l'atelier de la rue de Furstenberg.En 1867, il partage son espace rue de Visconti avec Renoir, et parfois Sisley et Monet. De temps en temps, il paye des modèles pour que le groupe d'artistes dessine et peigne, et lorsque l'argent est rare, ils se servent les uns les autres. En 1868, Bazille a acquis le grand atelier de la rue de la Condamine dans le quartier des Batignolles.

La forêt de Fontainebleau (1865)

En plus de côtoyer et parfois de se lier d'amitié avec des artistes moins établis (à l'époque) comme Monet, Pissarro, Renoir et Cézanne, Bazille entretient des relations sociales avec des artistes comme Corot et Courbet, qui s'étaient déjà fait un nom. Il s'associe aussi fréquemment à des peintres plus académiques comme Henri Fantin-Latour qui, dans son tableau Un atelier aux Batignolles (1870), inclut Bazille dans un portrait de groupe d'artistes notables et contestataires de l'époque. En outre, le jeune artiste était au moins un associé marginal des littérateurs contemporains de l'avant-garde - des figures importantes comme Charles Baudelaire et Paul Verlaine - qui étaient des arbitres influents des goûts de l'avant-garde à l'époque et qui fréquentaient également les cafés et les bars populaires auprès des amis artistes de Bazille.

On pense que Monet et Bazille étaient des amis proches, mais certains indices, basés sur les ragots de l'époque et les récits de personnes appartenant au cercle culturel proche, indiquent que Monet aurait considéré son riche ami comme une sorte de "tirelire". Bien que cela ait pu être le cas, Monet a honoré Bazille en faisant de lui le parrain de son fils Jean. Bazille est représenté dans le tableau monumental de Monet, Déjeuner sur l'herbe (1865-66), une réponse directe à l'œuvre controversée de Manet portant le même titre et datant de 1863. Bazille apparaît en bas au centre du tableau.

L'hôpital de campagne improvisé (Monet après son accident à l'auberge de Chailly) (1865)

L'amitié de Bazille avec le mécène Edmond Maitre était également très étroite et a perduré jusqu'à la fin de la vie de l'artiste. Les deux hommes partageaient une passion pour la musique, qu'ils considéraient tous deux comme "sacrée". Bazille aurait eu un certain talent, probablement hérité de sa mère, qui était une pianiste accomplie. Le jeune esthète enthousiaste est tellement immergé dans cet amour de la musique qu'il cherche un professeur de piano pour lui "donner des leçons d'harmonie". En 1863, il acquiert un piano pour sa maison et, en attendant sa livraison, écrit à sa mère à Montpellier : "Je suis très impatient que mon piano arrive à bon port et je vous prie de m'envoyer de la musique le plus tôt possible, mes symphonies à quatre mains, les valses de Chopin, les sonates de Beethoven et la partition de Gluck...". Maître et lui appréciaient particulièrement les œuvres de Berlioz, Schumann et Wagner, bien que ces deux derniers soient encore quelque peu obscurs en France à cette époque.

Bazille expose pour la première fois ses œuvres au Salon, l'exposition officielle de l'État, en 1866. À sa grande déception, une peinture qu'il espérait voir acceptée, Fille au piano (1865-66), est rejetée. Au lieu de cela, le jury du Salon accepte d'inclure une petite nature morte dans l'exposition annuelle. Bazille avait écrit une lettre à ses parents en mars de cette année-là, dans laquelle il discutait du tableau, dont Courbet lui-même avait fait l'éloge, et décrivait sa nervosité à peindre dans le style radicalement nouveau inspiré par Manet et Courbet. "Ne pouvant entreprendre une grande composition, écrit-il, j'ai essayé de peindre, du mieux que j'ai pu, un sujet aussi simple que possible. Ce choix de représenter un sujet banal plutôt qu'un sujet privilégié par l'académie, en particulier le genre le plus prisé, la peinture d'histoire, est une conséquence directe de l'influence de Courbet et plus encore de Manet, dont l'œuvre fait le lien entre le réalisme et l'impressionnisme.

Apparemment, Bazille fut tellement déçu par le rejet de son tableau qu'il réutilisa la toile, peignant par-dessus l'œuvre qui symbolisait pour lui le rejet et l'échec. À l'origine, la Fille au piano était considérée comme perdue, mais elle a été redécouverte grâce à la technologie des rayons X sous une peinture plus récente, ironiquement d'un sujet biblique, Ruth et Boaz (vers 1870). Il n'était pas rare qu'un artiste réutilise une toile s'il n'était pas satisfait d'un tableau ou s'il manquait d'argent. Bazille est connu pour l'avoir fait régulièrement.

On dit que Bazille se rendait fréquemment dans la propriété familiale de Méric, à l'extérieur de Montpellier, en particulier pendant les mois d'hiver. Il y trouvait un refuge contre la vie urbaine et s'y rendait pour lire et peindre. C'est là, en 1867, qu'il a réalisé ce qui est probablement son tableau le plus magistral, La Réunion de famille. Comme ses amis impressionnistes, Bazille peignait souvent en plein air, et l'un des endroits qu'il appréciait le plus, outre Fontainebleau et ses environs, était Méric.

La réunion de famille (Portrait de famille) (1867-68)

En 1870, le critique d'art Edmond Duranty commente la productivité de Bazille pendant ses hivers dans le sud de la France : "Chaque printemps, Monsieur Bazille revient du Midi avec des tableaux d'été [...] pleins de verdure, de soleil et d'assurance simple". Zacharie Astruc, peintre, sculpteur, poète et critique d'art, a loué le rôle de Bazille dans les efforts des premiers impressionnistes pour capturer "l'étonnante plénitude de la lumière et l'impression unique du plein air et de la puissance de la lumière du jour". Ironiquement peut-être, alors que son ami Monet peignait dans un style similaire, les œuvres de Bazille ont été acceptées à plusieurs reprises par le jury du Salon. Celle de Monet ne l'a jamais été.

Baigneurs (scène d'été) (1869)

Enrôlement et mort prématurée


En 1870, Bazille a acquis une renommée et un respect considérables pour son travail. Cependant, le destin s'en mêle lorsque la France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. Alors que les Prussiens pénètrent plus avant dans le territoire français au cours de l'été et qu'une invasion totale de la France est inévitable, le jeune et passionné Bazille se rend dans un bureau de recrutement militaire le 10 août 1870 et s'enrôle dans le 3e régiment d'infanterie légère des Zouaves.

Ses amis et les membres de sa famille sont stupéfaits par la décision de Bazille de s'engager dans les Zouaves. Renoir aurait plaisanté sur le fait que son ami avait choisi de s'engager dans ce régiment particulier "pour conserver sa barbe bien-aimée", car il n'était "pas nécessaire de se raser". Un historien a avancé que la décision hâtive de Bazille de s'engager dans les combats était peut-être en partie due à son mécontentement de l'époque ; il avait cessé de peindre de manière prolifique comme il l'avait fait pendant près de dix ans et avait manifestement écrit peu avant de s'engager : "J'ai des migraines constantes ; je suis profondément découragé." Apprenant que son ami le plus cher s'est engagé, Maitre écrit à Bazille : "Mon cher, mon seul ami. J'ai reçu ta lettre dans laquelle tu me dis que tu viens de t'engager. Tu es fou ! Pourquoi n'as-tu pas consulté tes amis ? Que Dieu vous protège." Renoir lui écrit également : "Vous êtes un imbécile de prendre cet engagement car vous n'en avez ni le droit ni le devoir ! Merde ! Merde ! Merde !"

Bazille passe d'abord plusieurs semaines en Algérie à s'entraîner avec les zouaves, puis son bataillon rentre en France. La guerre et le siège touchent tout le monde et la production artistique s'arrête en grande partie. À peu près au même moment où Bazille reçoit l'ordre de rentrer en France pour combattre, Renoir est enrôlé et enrôlé dans un régiment de Chasseurs ; Monet se rend à Londres pour éviter les combats et Cézanne se cache essentiellement dans le sud de la France. Plus tard, Manet et Degas rejoignirent tous deux la Garde nationale et furent stationnés à Paris.

Le 28 novembre 1870, l'unité de Bazille participe à la bataille de Beaune-la-Rolande, dans le Val-de-Loir, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale, bataille menée par la France pour tenter de mettre fin au siège de Paris. Le commandant de l'unité ayant été blessé, Bazille prend le commandement et mène un assaut au cours duquel il est abattu à deux reprises. Il meurt sur le champ de bataille. Quelques jours plus tard, son père, accablé de douleur, se rend à Beaune-la-Rolande pour récupérer le corps de son fils. Bazille, qui meurt à l'âge de 28 ans, est enterré à Montpellier.

Deux ans après sa mort, en 1872, Duranty a publié une histoire fictive, "Le peintre Louis Martin", sur un artiste visionnaire mort prématurément pendant la guerre franco-prussienne. Duranty nomme son personnage "Louis Martin", mais il est clair que le protagoniste de l'histoire s'inspire en partie (avec quelques déviations et inventions) de Bazille. Dans l'histoire, le peintre fictif est désillusionné par la scène artistique académique et statique du Paris des années 1860. Non content d'aller au Louvre et de copier de grandes œuvres d'art, il suit l'exemple de Manet et de Courbet, sortant de chez lui et peignant des sujets quotidiens dédaignés par l'establishment artistique ancré dans la tradition.

L'atelier de Bazille (1870)

Au fil de l'histoire, Martin convainc d'autres artistes qui partagent son mécontentement de fuir le Salon annuel, l'exposition officielle, et de créer une exposition alternative où ils pourraient présenter leurs œuvres. Le rêve n'a pas été réalisé car le jeune Martin a été tué au combat. "Aux yeux de Duranty, explique l'historienne de l'art Diane Pitman, Bazille semble avoir incarné la vitalité que les jeunes impressionnistes ont apportée à la peinture, et sa mort prématurée a souligné la fraîcheur et le caractère poignant de leur art.


L'héritage de Frédéric Bazille


Bazille s'est imposé comme un artiste réaliste dont l'apport le plus durable est constitué par des tableaux de personnages situés dans des paysages, réalisés en plein air. En élaborant le processus de combinaison de deux motifs très traditionnels - le paysage et le portrait - et en permettant à l'un et à l'autre de prendre de l'importance, il a contribué à établir, avec des collègues proches comme Renoir et Monet, l'un des motifs centraux de l'impressionnisme : la scène de genre d'un personnage ou d'un groupe se détendant dans un cadre extérieur. Ces scènes de plein air sont réalisées dans un style moins académique qui anticipe le style impressionniste et Bazille a été qualifié de "proto-impressionniste". Jusqu'à ce que certaines de ses peintures soient présentées à l'Exposition universelle de 1900 à Paris, l'œuvre de Bazille n'a pas exercé une grande influence sur les artistes qui ont suivi les impressionnistes. En 1910, lorsqu'une modeste rétrospective de son œuvre est présentée au Salon d'Automne, des artistes d'avant-garde comme Picasso commencent à s'y intéresser grâce à la reconnaissance par le critique et écrivain Guillaume Apollinaire du modernisme de Bazille, notamment de son lien direct avec Manet et de la manière dont les deux artistes ont radicalement réimaginé le nu, tant masculin que féminin.
Articles Liés
Rococo

Rococo

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.