William-Adolphe Bouguereau
News

William-Adolphe Bouguereau

Jun 25, 2023

William-Adolphe Bouguereau


Peintre francais


Né : 30 novembre 1825 - La Rochelle, France

Décédé : 19 août 1905 - La Rochelle, France



Enfance


William-Adolphe Bouguereau est né en 1825 à La Rochelle, ville traditionnellement protestante de la côte sud-ouest de la France. Son père, catholique, était un négociant en vin et en huile d'olive à la réussite modeste, tandis que sa mère était issue d'une famille calviniste de la classe moyenne. Faisant des compromis sur l'éducation religieuse de leurs enfants, ils ont décidé d'élever leurs fils comme des catholiques et leurs filles comme des protestantes. L'éducation de Bouguereau est stricte, mais il développe un amour profond pour sa maison au bord de la mer et ses coutumes locales, qui perdurera tout au long de sa vie. À l'âge de douze ans, il est envoyé chez son oncle, un prêtre catholique, peut-être pour le préparer à une carrière dans l'Église. Au cours de cette période, dont Bouguereau se souviendra plus tard comme "la plus heureuse de ma vie", il découvre la littérature classique, les excursions en plein air et une nouvelle profondeur de l'affection familiale.


Éducation et formation initiale


Quelques années après s'être installé chez son oncle, Bouguereau est envoyé au collège catholique de Pons, où il poursuit son éducation religieuse et laïque. À Pons, Bouguereau suit les cours de dessin de Louis Sage, un disciple du grand peintre néoclassique Jean-Auguste-Dominique Ingres, mais ses études sont interrompues par son père, qui exige qu'il rejoigne la famille dans leur nouvelle maison de Bordeaux, dans le sud-est de la France. Le jeune William-Adolphe y fait la connaissance de Charles Marionneau, un artiste et historien local qui l'aide à entrer à l'École municipale de peinture et de dessin. Bien que contraint de contribuer aux affaires de son père, Bouguereau reprend sa formation artistique et la finance en réalisant des lithographies coloriées à la main pour des produits alimentaires. Il excelle dans ce travail mercenaire et finit par économiser suffisamment pour s'installer à Paris, ce qu'il fait en 1846, à l'âge de 20 ans.

Photographie de William Bouguereau par Ferdinand Mulnier (vers 1880)

Photographie de William Bouguereau par Ferdinand Mulnier (vers 1880)

Suite à une recommandation de l'école municipale de Bordeaux, Bouguereau est invité à étudier avec le peintre néoclassique François-Édouard Picot. Comme les autres élèves de l'atelier de Picot, Bouguereau travaille les éléments de base de la peinture et du dessin figuratifs, en utilisant des lithographies, des plâtres et des modèles vivants. Vivant à peine de ses maigres économies, il est néanmoins admis à la prestigieuse École Royale des Beaux-Arts, dont le programme est axé sur la peinture, l'anatomie, la perspective, l'histoire, l'antiquité et la sculpture. La grande ambition de Bouguereau est de remporter le Grand Prix de Rome, un prix destiné à récompenser les jeunes artistes les plus brillants et qui comprend des études parrainées à l'Académie française de la Villa Médicis à Rome. Après deux tentatives infructueuses, il atteint son but avec le grand tableau historique Zénobie trouvée par des bergers sur les bords de l'Araxe (1850), sur un thème abordé précédemment par Nicolas Poussin. Bouguereau part pour Rome en janvier 1851 et passe les trois années suivantes à affiner ses compétences techniques et à étudier les collections d'art, les églises, l'architecture et la sculpture dans toute la péninsule italienne. Sa bourse prend fin en 1854, mais au lieu de retourner à Paris, il retourne dans sa ville natale de La Rochelle.

Dante et Virgile en enfer (1850)

Dante et Virgile en enfer (1850)

Période de maturité


Après ses expériences formatrices en Italie, la carrière de Bouguereau se définit par l'accumulation incessante d'éloges et de commandes, et par l'exposition annuelle de ses œuvres au Salon de Paris. Il s'en tient obstinément au style néoclassique dans lequel il a été formé, et l'exposition de ses œuvres aux Salons suscite un énorme intérêt de la part des mécènes des classes moyennes et supérieures, et lui donne l'occasion de décorer des bâtiments de l'État et des églises. En 1856, son prestige est encore rehaussé par une commande de l'empereur Napoléon III, pour lequel il réalise l'œuvre ouvertement propagandiste Napoléon III visitant les inondations de Tarascon, montrant les visites humanitaires de l'empereur dans les régions des vallées du Rhône et de la Loire récemment dévastées par les inondations. La demande pour les œuvres de Bouguereau a été constante au cours de cette période, en partie en raison de ses contrats avec deux puissants marchands d'art, Paul Durand-Ruel et Adolphe Goupil. Témoignant d'une approche pragmatique et commerciale de son travail, Bouguereau commence à partir des années 1860 à s'éloigner des grands sujets historiques et classiques pour créer des scènes de genre quasi-naturalistes, en accord avec l'évolution des goûts artistiques. Dans la pratique, cependant, il reste un fervent défenseur de la tradition et joue un rôle déterminant, avec son confrère néoclassique Alexandre Cabanel, dans le rejet du Déjeuner sur l'herbe d'Édouard Manet au Salon de Paris de 1863. C'est ainsi qu'est né le "Salon des Refusés", souvent considéré comme synonyme de la naissance de l'art d'avant-garde.

William-Adolphe Bouguereau, Autoportrait (1879). Il est intéressant de noter que les oreilles et le nez de l'artiste sont nettement plus petits que sur les photographies contemporaines.

William-Adolphe Bouguereau, Autoportrait (1879). Il est intéressant de noter que les oreilles et le nez de l'artiste sont nettement plus petits que sur les photographies contemporaines.

En 1856, Bouguereau entame une relation avec son modèle de 19 ans, Nelly Monchablon, avec qui il aura trois enfants avant leur mariage en 1866, et deux autres par la suite. Il entretient une luxueuse maison de famille et un studio dans le quartier de Montparnasse à Paris, et l'été, il voyage avec sa famille à La Rochelle, où il accepte souvent des commandes de décoration locale. Tout au long de sa vie, Bouguereau a gardé un profil largement apolitique, mais il s'est impliqué à deux reprises dans la politique en dehors de l'art, s'alignant dans les deux cas sur les forces de l'establishment français. Il s'est enrôlé dans la Garde nationale pendant la révolution de 1848, puis à nouveau en 1870, à la fin de la guerre franco-prussienne, avant la brève prise de pouvoir par la Commune révolutionnaire de Paris (à laquelle certains des pairs de Bouguereau, tels que Gustave Courbet, se sont associés).


Période tardive


Si la vie professionnelle de Bouguereau est jalonnée de succès ininterrompus - il devient membre à vie de l'Académie en 1876 et est fait commandeur de la Légion d'honneur en 1885, la plus haute distinction possible pour un artiste vivant -, sa vie personnelle est marquée par la tragédie. Trois de ses enfants sont morts en bas âge, et leur mère Nelly est décédée en 1877, événements qui ont inspiré une série de sombres peintures religieuses. Peu après la mort de Nelly, Bouguereau entame une relation avec un autre modèle, l'Américaine Elizabeth Jane Gardner - également une artiste notable - qu'il épousera en 1896, après deux décennies de fiançailles (le couple attendait la mort de la mère de William-Adolphe, qui désapprouvait son remariage). Au cours de cette période, l'influence de Bouguereau s'étend bien au-delà de la France et il devient actif dans des sociétés d'artistes en Belgique, en Autriche et en Espagne. Même à un âge avancé, il travaille de manière prolifique, sans jamais abandonner ses méthodes traditionnelles de peinture.

Les ramasseurs de noix (1882)

Les ramasseuses de noix (1882)

Au cours des dernières décennies de sa vie, Bouguereau est également devenu un professeur enthousiaste et influent, encadrant des artistes masculins et féminins dans le style académique. À partir de 1872, il enseigne à la prestigieuse Académie Julian et se fait connaître en prônant la formation d'artistes féminines au sein de cette institution. Nombre de ses élèves ont connu le succès commercial et critique, tandis qu'en dehors de l'éducation formelle, il a attiré d'innombrables admirateurs et imitateurs. À sa mort en 1905, Bouguereau est honoré par de grands cortèges funèbres et des cérémonies commémoratives, tant à Paris qu'à La Rochelle. Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris, aux côtés de Nelly et de leurs enfants. Tout au long de sa vie, il est resté intensément dévoué à son travail : "Chaque jour, je me rends à mon atelier plein de joie ; le soir, quand je suis obligé de m'arrêter à cause de l'obscurité, j'ai peine à attendre le lendemain matin... si je ne peux pas me donner à ma chère peinture, je suis malheureux".

La jeune bergère (1885)

La jeune bergère (1885)

L'héritage de William-Adolphe Bouguereau


La popularité de l'impressionnisme au cours du XXe siècle - sans parler de l'attitude des impressionnistes à l'égard de l'œuvre de Bouguereau - explique en partie la disparition posthume de Bouguereau. Plus généralement, l'essor des tendances avant-gardistes au cours de la seconde moitié du XIXe siècle a établi un nouveau paradigme dans lequel les artistes se définissaient par rapport aux normes néoclassiques de l'Académie, ce qui signifie que l'œuvre de Bouguereau, approuvée par l'Académie, a été méprisée par bon nombre des artistes les plus célèbres de la génération qui lui a succédé. Il a tristement réprimandé l'un de ses élèves, Henri Matisse, pour son incapacité à dessiner, tandis qu'un autre, Edgar Degas, qualifiait de "bouguerated" une peinture pointilleuse et surchargée. Les mêmes forces contre-culturelles se sont opposées à la réputation des contemporains néoclassiques de Bouguereau, Alexandre Cabanel et Jean-Louis-Ernest Meissonier.

Bouguereau et sa classe d'étudiantes à l'Académie Julian en 1903, de la collection des héritiers de l'artiste, Ross et Bartoli.

Bouguereau et sa classe d'étudiantes à l'Académie Julian en 1903, de la collection des héritiers de l'artiste, Ross et Bartoli.

Pour être juste envers ses critiques, Bouguereau avait clairement une attitude pragmatique à l'égard des peintures sentimentales qu'il produisait avec l'efficacité d'une usine. Il s'agissait de peintures destinées au marché, composées en réponse à une clameur de la classe moyenne et supérieure pour des images de beauté féminine stylisée, de mythologie émoustillante, de vie rustique à la campagne et d'innocence de l'enfance. Mais la réputation de Bouguereau en tant que bastion du goût bourgeois a fait que les aspects les plus progressistes de sa vie et de son œuvre ont été négligés. Il se passionnait pour l'encadrement de jeunes artistes à l'Académie Julian, par exemple, et, contrairement à ses contemporains, il encourageait avec enthousiasme la formation des femmes artistes.

William Adolphe Bouguereau working on The Two Sisters (1899). Photograph probably colorized on a later date.

William Adolphe Bouguereau travaillant sur Les deux sœurs (1899). Photographie probablement colorisée à une date ultérieure.

Un regain d'intérêt pour l'œuvre de Bouguereau est apparu dans les années 1970-1980, avec des expositions majeures à New York, Montréal et Paris. À la même époque, plusieurs monographies et articles académiques révisés ont jeté une lumière nouvelle sur l'influence de Bouguereau sur l'art du XIXe siècle en France et aux États-Unis. Ses tableaux atteignent aujourd'hui des prix élevés lors des ventes aux enchères et continuent de circuler entre des mains privées. Il est normal, compte tenu de l'attrait qu'il a exercé de son vivant, que nombre de ses œuvres figurent également sur des cartes de vœux, des affiches et des calendriers. Des images telles que Cupidon et Psyché (1890), plus connue sous le nom de Premier Baiser, ont inondé la culture occidentale contemporaine sans que le nom de l'artiste ne soit mieux connu.

Articles Liés
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus
Collage

Collage

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.