Sonia Delaunay
News

Sonia Delaunay

Feb 19, 2023

Sonia Delaunay


Peintre , designer textile , créatrice de mode et de costumes française d’origine ukrainienne .


Né : 14 novembre 1885 - Odessa, Ukraine

Décès : 5 décembre 1979 - Paris, France


Enfance et éducation


Sonia Delaunay est née Sara Élievna Stern, la plus jeune de trois enfants, de parents juifs pauvres à Odesa, en Ukraine. À cinq ans, elle est envoyée chez le frère aisé de sa mère, Henri Terk, et sa femme à Saint-Pétersbourg, en Russie. Bien que sa mère n'ait jamais autorisé une adoption légale, Delaunay les considère comme sa famille et prend le nom de Sofia Terk, utilisant "Sonia" comme surnom. Elle reçoit une bonne éducation, a accès à de grandes collections d'art et voyage en Europe en passant ses étés en Finlande. À seize ans, le professeur d'art de Delaunay remarque son talent et encourage son oncle et sa tante à l'envoyer en Allemagne pour une formation artistique plus poussée.


Formation initiale


À dix-huit ans, Sonia commence ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe en 1904. Après deux ans en Allemagne, Delaunay se rend à Paris pour étudier à l'Académie de la Palette. Le 5 décembre 1908, elle épouse son ami Wilhelm Uhde, un marchand d'art, s'assurant ainsi que sa famille ne pourrait pas la forcer à rentrer au pays tout en couvrant le mode de vie homosexuel d'Uhde. Uhde offre à Delaunay sa première exposition personnelle en 1908, avec de nombreuses études de portraits qui témoignent de l'influence précoce des fauvistes comme Henri Matisse et lui font rencontrer des personnalités du monde de l'art et de la littérature, dont, en 1909, son futur mari, Robert Delaunay.

Sonia épouse Robert le 15 novembre 1910 après avoir divorcé à l'amiable d'Uhde, et leur fils Charles naît en janvier 1911. Les deux deviendront l'un des partenaires les plus importants du monde de l'art, co-fondant l'orphisme, une variante de l'art cubiste composée de formes abstraites aux couleurs vives.

Bien que les premiers travaux de Delaunay aient été réalisés dans le domaine de la peinture, la création d'un édredon en patchwork pour son fils a donné une toute autre orientation à son travail. Elle a assemblé la couette selon un style qu'elle avait vu des années auparavant en Russie, en disposant des bouts de tissu les uns à côté des autres. Elle était fascinée par les effets de couleurs créés à partir de ces bandes une fois retirées de leur contexte original. Cette découverte intéressante, associée à l'intérêt de Robert pour les théories du chimiste Eugène Chevreul sur la couleur, a conduit les deux artistes à créer des œuvres basées sur des relations de couleurs simultanées, connues sous le nom de Simultanisme. Très vite, Delaunay a commencé à appliquer des couleurs simultanément contrastées non seulement à des peintures, comme Bal Bullier (1912-13), mais aussi à des objets, comme des coussins, des boîtes et des vêtements.

La prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France (1913)

La prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France (1913)

Le refus de Delaunay de faire la distinction entre le monde des beaux-arts et celui de l'artisanat, ainsi que ses amitiés avec les personnes créatives qui se réunissaient chez elle le dimanche, ont donné lieu à une carrière riche en collaborations passionnantes. Son amitié avec le poète Blaise Cendrars, par exemple, a conduit à la création d'une série de "tableaux-poèmes", dont La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France (1913).


Période de maturité

Delaunay a beaucoup voyagé tout au long de sa vie, chaque endroit influençant son travail. C'est à Madrid, en 1917, qu'elle commence à concevoir des costumes pour une production de Cléopâtre. Ce n'est que le premier de ce qui deviendra un certain nombre de ballets et de spectacles théâtraux pour lesquels elle créera des costumes. L'année suivante, elle ouvre un magasin de design et de mode connu sous le nom de Casa Sonia. Ne privilégiant jamais une activité artistique par rapport à une autre, elle décrivait ces divers projets comme "un travail noble, au même titre qu'une nature morte ou un autoportrait".

Prismes électriques (Electric Prisms) (1914)

Prismes électriques  (1914)

Entre les années 1918 et 1935, Delaunay peint très peu, se consacrant à son rôle de parent et essayant de gagner sa vie afin de soutenir la carrière artistique de Robert. En 1921, elle ouvre à Paris une boutique de mode présentant ses créations, qui attire rapidement une clientèle glamour comme l'actrice hollywoodienne Gloria Swanson. Les dessins de tissus de Delaunay deviennent si populaires qu'elle finit par créer sa propre entreprise avec Jacques Herm en 1924 et entame l'année suivante une relation avec le grand magasin Metz & Co. basé en Hollande qui durera plus de trois décennies. Son intérêt croissant pour le mouvement artistique Dada l'amène à collaborer avec le poète Tristan Tzara, créant des "robes-poèmes" avec des combinaisons de couleurs inspirées de ses mots.

Delaunay portant des créations de la Casa Sonia, Madrid (c.1918-20)

Delaunay portant des créations de la Casa Sonia, Madrid (c.1918-20)

Delaunay revient à la peinture en 1937 lorsqu'on lui demande, ainsi qu'à Robert, de décorer deux bâtiments pour l'Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris. Les peintures murales qu'elle réalise pour cette commande sont bien accueillies. Après la mort de Robert en 1941, les choses deviennent très difficiles et Delaunay survit en vendant ses propres créations et les peintures de Robert. De confession juive, elle est obligée de déménager fréquemment pendant la guerre, craignant d'être arrêtée. Un jour, à Cannes, elle a été interrogée au sujet de son deuxième prénom, "Stern". Apparemment, elle a tenu bon et, refusant de montrer sa peur, a réussi à monter dans son train et à échapper à la capture. Delaunay était très consciente de la guerre, entendant fréquemment des coups de feu et observant l'activité des troupes allemandes d'aussi près que les fenêtres de son hôtel.


La période ultérieure


À la fin de la guerre, en 1944, Delaunay rentre à Paris, résolue à faire en sorte que l'héritage artistique de Robert soit reconnu à sa juste valeur. Lorsqu'elle est convaincue que cet objectif a été atteint, elle commence enfin à se consacrer à son propre art, se concentrant principalement sur la peinture avec une série de gouaches dans les années 1950 intitulée Rythme coloré. Cette série explore le pouvoir des couleurs et le rythme inhérent à leur combinaison sur la toile.

En 1964, Delaunay rencontre l'auteur et poète Jacques Damase, qui deviendra son compagnon et soutiendra la fin de sa carrière en organisant de nombreuses expositions en galerie, ainsi que la rétrospective de près de 200 œuvres au Musée national d'art moderne en France en 1967.

Vers la fin de sa vie, l'œuvre de Delaunay a été reconnue dans son propre pays et dans le monde entier. En signe de bonne volonté, le président français Pompidou a même offert au président américain Richard Nixon son tableau Rythme-couleur n° 1633 (1969).

En 1978, un an avant sa mort, elle a participé à la conception des costumes pour une représentation de la pièce Six personnages à la recherche d'un auteur et a enfin publié son autobiographie. Ayant eu un impact sur le monde de l'art et de la mode, il était logique qu'elle choisisse d'être enterrée dans une robe qu'Hubert de Givenchy avait dessinée pour elle afin qu'elle la porte lors d'une réception pour la reine Elizabeth d'Angleterre.


L'héritage de Sonia Delaunay


L'orphisme a inspiré des artistes tels que Paul Klee à explorer l'effet des formes colorées non objectives. Plus tard, les partisans du mouvement Op Art, tels que Bridget Riley, ont utilisé la couleur et la forme pour créer des mouvements et des vibrations à charge optique dans leurs œuvres, qui ont des liens avec les explorations de Delaunay. Les artistes du mouvement cinétique, tels que Yaacov Agam et Alexander Calder, ont également poursuivi cette recherche dans la troisième dimension dans leurs constructions sculpturales. Les créations textiles de Delaunay ont étendu son influence à la mode, à la décoration intérieure et au théâtre. Sa capacité à introduire l'art dans la vie quotidienne en créant et en portant des vêtements, et en vivant dans des espaces qu'elle a elle-même conçus, peut être considérée comme une forme précoce d'art de la performance, inspirant des artistes contemporains tels que Marina Abramovic.
Articles Liés
Primitivisme

Primitivisme

Plus
Cubisme synthétique

Cubisme synthétique

Plus
Cubisme analytique

Cubisme analytique

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.