Annibale Carracci
News

Annibale Carracci

Feb 22, 2023

Annibale Carracci


Peintre et graveur italien 


Naissance : 3 novembre 1560 - Bologne, Italie

Décès : 15 juillet 1609 - Rome, Italie


Enfance


Les frères Annibale et Agostino Carracci ont grandi à Bologne, dans un quartier aujourd'hui connu sous le nom de Via Augusto Righi. Tout comme la Milan de Caravage, la Bologne de Carracci, État pontifical depuis 1506, était au cœur d'un intense bouleversement religieux et scientifique. À la fin du siècle, la ville avait subi une importante reconstruction et était devenue un centre d'enseignement universitaire et scientifique. Cependant, la région de Bologne était également en proie à une crise économique provoquée par la peste et la famine, et les rues de la ville dans lesquelles Annibale a grandi ont accueilli des hordes de paysans.

Annibale n'est pas issu d'un milieu artistique. Son père, Antonio, était un humble tailleur, et son oncle, Vincenzo, travaillait comme boucher. En raison d'un budget limité, Annibale n'a pu aller à l'école que jusqu'à l'âge de 11 ans. Pourtant, malgré cette scolarité limitée (ou peut-être à cause d'elle), plusieurs historiens ont suggéré qu'Annibale était un dessinateur naturel, diverses anecdotes confirmant son talent inné. La plus connue d'entre elles a été racontée par le biographe de Carracci, Bellori, qui a relaté une histoire de la petite enfance de l'artiste. L'histoire raconte qu'un jour, Annibale accompagnait son père à Crémone où il (son père) devait vendre un petit terrain. Sur le chemin du retour à Bologne, un groupe de paysans accoste et vole Antonio. Arrivé au poste de police pour signaler le crime, le petit Annibale a dessiné le portrait des voleurs avec une telle rapidité et une telle précision que la police a pu immédiatement appréhender les criminels et rendre l'argent d'Antonio.


Formation initiale et travail


Annibale a commencé sa carrière professionnelle comme apprenti orfèvre. Selon Bellori, une partie de sa formation consistait à apprendre à dessiner, ce qu'il faisait avec son cousin, Ludovico Carracci. Le talent d'Annibale a été formellement reconnu, ce qui lui a valu d'être (ré)apprenti auprès de l'artiste local à succès, et éminent maniériste, Bartolomeo Passerotti. En effet, dans les années 1570, la peinture en Italie était dominée par une tendance maniériste qui exagérait les proportions des représentations figuratives pour créer une imagerie élégante issue de l'imagination des artistes. Il est probable, cependant, que les années de formation d'Annibale l'ont exposé à d'autres influences, y compris son environnement immédiat. Il est évident que Carracci a suivi le style de Passarotti, mais son approche individualiste indique qu'il aurait été autodidacte étant donné qu'il reste peu probable (pour ne pas dire non documenté) qu'il ait pu servir sous un second maître.

Peintre non identifié - Portrait d'Annibale, Ludovico et Agostino Carracci (date inconnue)

Peintre non identifié - Portrait d'Annibale, Ludovico et Agostino Carracci (date inconnue)

Annibale, comme Agostino, a commencé sa carrière professionnelle comme graveur, travaillant sur de grandes estampes dès l'âge de 21 ans environ. On pense que son premier tableau de retable, la Crucifixion (1583), a été réalisé deux ans plus tard. Ses figures, construites selon des proportions humaines naturelles plutôt qu'allongées, suggèrent que Carracci faisait déjà preuve d'indépendance d'esprit en se rebellant contre le style maniériste. En effet, la Crucifixion n'a pas du tout été bien accueillie. Considéré comme naïf, Crucifixion signifie qu'il est initialement difficile pour Carracci de s'établir comme un artiste sérieux.

Annibale Carracci Crucifixion (1583)

Annibale Carracci Crucifixion (1583)

Sans se laisser décourager par les critiques, Carracci a voyagé dans toute l'Italie où il a absorbé diverses influences, notamment celles de Raphaël et de Pellegrino Tibaldi. Au départ, cependant, c'est Antonio da Correggio qui a exercé le plus d'influence sur Carracci. L'influence de Correggio sur Annibale est telle que dans une lettre datée de 1580, il déclare financer un voyage à Parme en créant et en vendant des copies des œuvres de Correggio. Carracci étudiait Correggio de si près qu'il était souvent difficile de discerner quel artiste avait peint quelle œuvre.

La même année que son voyage à Parme, Annibale se rend à Venise où il retrouve son frère. Agostino était à Venise depuis un certain temps déjà, ayant été formé par le célèbre graveur et dessinateur néerlandais Cornelis Cort. À partir de 1574, il travaille comme graveur reproducteur chargé de copier les œuvres des maîtres du XVIe siècle, dont Véronèse, Federico Barocci, Antonio Campi et Correggio. Il produit également un petit nombre de gravures originales d'une certaine renommée. Cependant, une fois réunis, les frères étudient les œuvres du Titien, de Giorgione et du Tintoret, dont ils apprennent la maîtrise de la couleur et de la lumière par les Vénitiens. L'opinion d'Annibale sur d'autres artistes apparaît clairement dans les annotations qu'il a laissées dans une copie des Vies des artistes de Giorgio Vasari (1550), un ouvrage qu'il avait tendance à critiquer pour la préférence non dissimulée de l'auteur pour les artistes florentins. Dans ses annotations, Annibale soulignait que Titien était divin et que l'art vénitien avait joué un rôle déterminant dans sa formation artistique. L'art bolonais était également important pour Annibale, qui a visité l'atelier de Jacopo Bassano pendant ses premières années, et a fait des remarques favorables sur sa capacité à créer une illusion frappante dans ses compositions.

Après s'être réinstallés à Bologne, une ville en proie à une réforme religieuse, Annibale, Agostino et Ludovico créent leur Académie en 1582. On ne sait pas comment l'Académie a fonctionné au début, mais à la fin des années 1580, elle était devenue une institution d'enseignement connue sous le nom d'Accademia dei Desiderosi ("désireux de gloire"). Les trois hommes s'opposaient à ce qu'ils considéraient comme les fantaisies obscures et fausses du maniérisme et utilisaient l'Académie pour promouvoir l'idée que l'art devait puiser ses influences directement dans la nature. Les Carrache enseignaient l'étude de la vie, les proportions, l'anatomie, la perspective et l'architecture et les jeunes artistes bolonais se pressaient pour y étudier.

L'establishment artistique de la ville est cependant furieux de l'audace de trois jeunes arrivistes qui ont jugé bon d'ouvrir une académie bien avant de s'être établis individuellement. En tant que collectif, cependant, les Carrache ont eu leur première occasion de collaborer à une commande pour le Palazzo Fava en 1583. Les fresques, qui représentaient les histoires de Jason et de Ludovico, étaient censées avoir été réalisées par Agostino, qui était à l'époque le plus établi de la famille. En effet, Annibale, dans l'ombre de son frère et de son cousin, se battait pour obtenir des commandes religieuses indépendamment de la famille.

La boucherie (vers 1583)

La boucherie (vers 1583)

C'est en dehors de Bologne qu'Annibale a finalement pu obtenir un patronage religieux, remplissant des commandes à Parme, Reggio nell' Emilia, et achevant des retables pour l'église de San Prospero. En effet, le style "anti-maniériste" de Carracci s'accordait bien avec la campagne de la contre-réforme catholique et ses commandes religieuses ont fait que ses traitements religieux étaient très demandés.


Période de maturité


Au fil des ans, l'Académie Carracci s'est établie dans le cercle des arts et a été fréquentée par de nombreux étudiants, dont des peintres tels que Guido Reni et Domenichino. Les étudiants et les contemporains de l'Académie commencent à adopter un style plus naturaliste. En 1589, le nom de l'Académie est changé, probablement à la demande d'Agostino, en Academia degli Incamminati ("Académie des progressistes") pour souligner l'aspect intellectuel de l'école. Dans le cadre du programme, l'accent est mis sur la pratique du dessin, Annibale soulignant l'importance de s'inspirer de la vie réelle. L'idée de l'"Invenzione" (invention) créative a souvent été associée aux Carrache et comme indicateur de sa pratique progressiste, on leur attribuait l'invention de la caricature et les partisans des énigmes picturales.

Le mangeur de haricots (1585)

Le mangeur de haricots (1585)

D'autres pratiques créatives au sein de l'Académie consistaient à tenter de terminer un dessin sans lever le stylo du papier, afin de produire la composition la plus fluide. Bien que les Carrache aient pris l'enseignement de l'art au sérieux, il a été dit qu'ils avaient encore le temps de faire des farces à leurs camarades de classe. Une cascade impliquant les frères qui effrayaient Pietro Faccini en déplaçant secrètement le squelette qu'il étudiait a été citée comme exemplaire de leur amour des plaisanteries. Cependant, l'historien de l'art Clare Robertson a suggéré que le fait de travailler à l'Académie a pu exacerber les différences entre la pratique d'Annibale et celle d'Agostino. On pense qu'Annibale s'est tellement ennuyé des divagations théoriques d'Agostino qu'il a dit un jour en plaisantant "ceux d'entre nous qui sont peintres doivent parler avec leurs mains".

Les Carrache ont eu une autre occasion de réaliser un projet de collaboration lorsqu'ils ont travaillé sur une commande pour le salone principal du Palazzo Magnani. Le style des Carrache est si cohérent que de nombreux observateurs se demandent quel artiste est responsable de quelle peinture. Annibale répondait d'ailleurs en disant "C'est les Carrache : nous l'avons tous fait". Entre 1591 et 1592, le trio travaille au Palazzo Sampieri, qui s'avère être leur dernier projet de collaboration. Ils ont désormais suffisamment de succès en tant que famille pour commencer à explorer leur art individuellement, devenant en fait des rivaux. Cela devient évident à travers leurs influences artistiques, lorsqu'en 1592 Ludovico parle de sa préférence pour le Tintoret alors que celle d'Annibale et d'Agostino est pour le Titien et le Véronèse. On pense que la division artistique entre les Carrache devient si prononcée que leur rivalité commence à se manifester au sein de l'atelier, un groupe suivant les enseignements de Ludovico et un autre suivant ceux d'Annibale et d'Agostino.

River Landscape (1590)

Paysage de rivière (1590)

En 1594, Carracci s'était forgé une réputation personnelle considérable et il attira l'attention d'un certain cardinal Farnèse, un mécène riche et influent qui recherchait un nouveau talent pour exécuter des fresques pour son Palazzo Farnese à Rome. Mais le nouveau projet d'Annibale ne fait que déclencher de nouvelles tensions au sein des Carrache. Ludovico est heureux à l'Académie de Bologne et ne veut pas déménager dans une région où il devra se réinstaller. Agostino rejoindra son frère à Rome trois ans plus tard (en 1597), mais ce décalage dans le temps laisse penser qu'il y avait une distance croissante entre eux. Les frères collaborent sur un petit nombre de cycles, mais ils se disputent fréquemment, Annibale reprochant à son frère son "intolérable prétention".


Période tardive


Le cardinal Farnèse engage Carracci avec un contrat de repas et de logement et une allocation de 10 scudi par mois. L'artiste travaille sur les fresques de Farnèse pendant six ans, produisant des œuvres qui représentent le sommet de son œuvre et un point de repère dans l'histoire de l'art italien.

Le grand chef-d'œuvre du plafond de Carracci à la Galleria Farnese du Palazzo Farnese. Considéré comme la décoration de plafond la plus glorieuse et la plus influente de Rome depuis la chapelle Sixtine de Michel-Ange (achevée plus d'un demi-siècle plus tôt), il est considéré comme un exemple suprême de l'art baroque occidental et les peintres de la prochaine génération affluent pour l'étudier.

Le grand chef-d'œuvre du plafond de Carracci à la Galleria Farnese du Palazzo Farnese. Considéré comme la décoration de plafond la plus glorieuse et la plus influente de Rome depuis la chapelle Sixtine de Michel-Ange (achevée plus d'un demi-siècle plus tôt), il est considéré comme un exemple suprême de l'art baroque occidental et les peintres de la prochaine génération affluent pour l'étudier.

Les fresques du Palazzo Farnese représentent une réalisation personnelle monumentale pour Carracci, notamment parce qu'il est resté pratiquement coupé du monde artistique extérieur pendant six ans. Ce fut une période vraiment difficile pour Carracci, car le cardinal le traitait avec peu de respect et le ridiculisait publiquement pour ses vêtements négligés et ses manières discrètes. Carracci était en outre accablé de responsabilités subalternes (pour un artiste aux talents indéniables) telles que la conception de vaisselle et d'argenterie et même la réalisation de panneaux décoratifs destinés à être cousus sur les vêtements du cardinal.

Pietà (1600)

Pietà (1600)

Les fresques achevées furent acclamées dans tout Rome lorsqu'elles furent révélées en 1601. Mais le cardinal infligea à Carracci une humiliation cuisante lorsqu'il calcula le coût de la nourriture totale de l'artiste et le déduisit de ses honoraires, lui laissant la maigre somme de 500 scudi. Carracci, découragé, accepta le paiement sans se plaindre, mais l'artiste sombra dans une profonde dépression, jurant de ne plus jamais peindre. Peu de temps après la débâcle des Farnèse, Carracci est victime d'une attaque qui le prive temporairement de la parole. Sa souffrance est aggravée l'année suivante par la mort d'Agostino et celle de sa mère peu après. Il parvient néanmoins à exécuter quelques œuvres supplémentaires, la plupart avec l'aide d'apprentis, avant de succomber à une fièvre fatale.

Carracci est mort en 1609 avec ces mots : "Cette fois, mon cher docteur, les rouages de l'horloge sont cassés, vous ne devez plus vous en occuper, ils sont irréparables". Carracci fut enterré en grande pompe, obtenant enfin la reconnaissance qu'il n'avait jamais reçue de son vivant. Son corps fut placé sur un catafalque et pleuré par l'Académie de Saint-Luc (l'association du peintre à Rome) et enterré, conformément aux souhaits de l'artiste, à côté de son idole Raphaël.



L'héritage d'Annibale Carracci


Annibale Carracci est considéré comme l'un des pères fondateurs de ce qui allait être reconnu comme la période baroque et, bien que sa carrière ait été relativement courte (il est mort à seulement 49 ans), il a laissé un héritage d'expérimentation audacieuse qui a effectivement détrôné le maniérisme comme pratique artistique d'élite.

The Triumph of Bacchus and Ariadne (1595-1608)

Le triomphe de Bacchus et Ariane (1595-1608)

Comme d'autres artistes légendaires, Carracci possédait la volonté et l'imagination nécessaires pour résister aux tendances stylistiques dominantes. Bien qu'il soit un personnage doux et introverti, il s'est battu avec acharnement contre les extravagances du maniérisme, sans toutefois succomber au réalisme brut du caravagisme. L'accent qu'il mettait sur l'importance du dessin d'après nature, associé à l'application d'un air de classicisme et à des arrière-plans naturalistes, a revigoré les élèves qui ont joué un rôle de premier plan dans l'évolution de l'art italien. En effet, la ville de Bologne est devenue le siège de l'école dite bolonaise, qui a supplanté l'école de peinture de Parme et, grâce aux efforts d'élèves tels que Francesco Albani, Domenico Zampieri, Giovanni Lanfranco, Guercino et Guido Reni, a répandu l'influence de la peinture baroque dans toute l'Italie, via Florence, Rome et Naples.

La période baroque a insufflé à l'art de nouvelles valeurs qui ont également influencé les œuvres des générations futures de peintres. En effet, le style baroque a été perpétué par des sommités telles que Nicolas Poussin et Peter Paul Rubens, dont le rendu lumineux de la chair et les délicats arrière-plans naturalistes méritent pleinement d'être comparés à Carracci.
Articles Liés
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus
Collage

Collage

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.