Jan van Eyck
News

Jan van Eyck

Sep 22, 2022

Jan van Eyck


Peintre flamand 


Naissance  : 1385-90 - Maaseyck, Saint Empire romain germanique (aujourd'hui Belgique)

Décès : 9 juillet 1441 - Bruges




Enfance et éducation


Jan van Eyck est né dans la petite ville de Maaseyck, alors connue sous le nom d'Eyck, près d'un coude de la rivière Maas, à environ 14 miles de Maastricht, la capitale provinciale de l'actuel Limbourg. L'histoire de la région remonte à l'époque de l'Empire romain et est devenue un centre religieux au début de la période médiévale. L'histoire du district voisin d'Aldeneik remonte notamment au début du VIIIe siècle, avec la fondation de l'abbaye d'Aldeneik par deux sœurs issues d'une noble famille de propriétaires terriens qui avaient été éduquées à l'abbaye bénédictine de Valenciennes.

On connaît peu de détails sur l'enfance de van Eyck, notamment l'année de naissance exacte de l'artiste, que la plupart des spécialistes situent entre 1385 et 1395. On pense généralement qu'il est le frère cadet d'Hubert (également appelé Huybrecht) et qu'il a d'autres frères et sœurs, Lambert (ou Lambrecht) et Margaret, tous identifiés comme peintres. On pense qu'Hubert a pris en charge l'éducation artistique de Jan et en a fait son jeune "disciple" dans sa maison de Gand. Étant donné que peu de choses ont été écrites sur Hubert au cours de sa vie, il est mort en 1426 avant l'achèvement du retable de Gand, son rôle en tant qu'artiste et sa relation avec Jan restent un point de discorde entre les historiens. Le frère cadet, Lambert, est mentionné dans des documents judiciaires ultérieurs et certains pensent qu'il a pris en charge l'atelier de Jan van Eyck après la mort de son frère.


Première période



Bien que van Eyck soit considéré comme l'un des plus grands maîtres de l'histoire de l'art européen, la biographie de l'artiste et même la paternité de certaines de ses œuvres font l'objet d'un débat permanent. Les quelques œuvres attribuées comme étant les premières peintures de van Eyck font partie de ces œuvres en litige. Les exemples les plus connus sont les miniatures du livre d'heures de Turin-Milan, un manuscrit enluminé qui a sa propre histoire étonnante. Le livre a été commandé vers 1380. Peu après, la section la plus célèbre du livre, Très Belles Heures de Notre Dame, peinte par Jean d'Orléans, les frères Maelwael et les frères de Limbourg, a été réalisée sur commande de Jean, duc du Berry, que Friedländer décrit comme "un bibliophile passionné". Le livre est entré en possession de Jean de Bavière, alias "Jean III l'Impitoyable, comte de Hollande et de Hainaut", au début des années 1420, à peu près au moment où Jan van Eyck est entré à son service, ce qui a amené les spécialistes à penser qu'une sélection d'enluminures créées par un artiste anonyme, connu simplement sous le nom de "Main G", ont été réalisées de la main de Jan van Eyck. En outre, la "Main H" est censée démontrer le travail d'Hubert van Eyck. Le livre est ensuite entré en possession de Philippe le Bon, ce qui a donné lieu à de nouvelles spéculations sur l'implication de l'artiste. En l'absence de documentation spécifique, et compte tenu de l'incendie de 1904 qui a détruit une grande partie du livre de prières en question, ces attributions sont loin d'être certaines.

Naissance de Saint Jean Baptiste, très probablement dans les Heures de Turin-Milan, 1420. C'est la plus ancienne œuvre attribuée à Jan van Eyck, âgé de 30 ans.

Naissance de Saint Jean Baptiste, très probablement dans les Heures de Turin-Milan, 1420. C'est la plus ancienne œuvre attribuée à Jan van Eyck, âgé de 30 ans.

 

Le début des années 1420 est toutefois une période charnière pour Hubert et Jan van Eyck, puisque le premier reçoit la commande de ce qui deviendra le retable de Gand en 1420 et que le second obtient le rang de peintre de la cour de Jean de Bavière. Deux des quatre documents qui subsistent et qui mentionnent le nom d'Hubert concernent le retable lui-même. La position de Jan à la cour est documentée pour la première fois par des paiements datant de 1424, bien que la position ait probablement commencé plus tôt. Avec un atelier de peinture formel et des assistants engagés pour l'aider et copier ses peintures, comme c'était la coutume à l'époque, la réputation de van Eyck a commencé à se répandre dans toute l'Europe. Sa technique innovante consistant à superposer de fines couches de peinture à l'huile apporte un réalisme étonnant aux spectateurs de l'époque. Près d'un siècle plus tard, le peintre, architecte, écrivain et historien du XVIe siècle Giorgio Vasari est allé jusqu'à attribuer à l'artiste l'invention du médium, écrivant : "Ce fut une très belle invention et une grande commodité pour l'art de la peinture, la découverte de la coloration à l'huile." Cette histoire légendaire attribuée à l'artiste a été largement crue jusqu'au début du 19e siècle. À son époque, Jan van Eyck était internationalement reconnu pour les détails exquis de ses peintures religieuses et de ses portraits profanes ; on lui a confié la réalisation des portraits de certaines des personnes les plus influentes d'Europe au cours de sa carrière.


Période de maturité


Après la mort de Jean de Bavière en janvier 1425, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, incorpore la Hollande sous son autorité, ainsi que de nombreuses possessions de l'ancien duc et des personnes nommées à la cour. Friedländer note : " Dès que possible après la mort de son cousin néerlando-bavarois, le duc a nommé le peintre à sa propre cour, s'enorgueillissant du fait que le maître, qu'il honorait et estimait tant, faisait au moins officiellement partie de son entourage. " Les archives judiciaires montrent que Jan van Eyck a été nommé à la fois peintre de la cour et valet de chambre le 19 mai 1425, et qu'il a été dédommagé pour les frais d'un voyage de Bruges à Lille en août de la même année. En plus de ses fonctions de peintre de la cour, le poste de valet de chambre était un titre de distinction qui lui conférait un statut officiel à la cour, un statut inhabituellement élevé pour un artiste au début du XVe siècle. Son émergence en tant que peintre de collection a généralement suivi cette nomination, et à partir de ce moment, son activité à la cour est relativement bien documentée.

Grâce à son emploi à la cour, exceptionnellement bien rémunéré, et à son statut social, van Eyck conserva son indépendance vis-à-vis de la guilde des peintres de Bruges, tout en réalisant ses propres commandes en dehors de ses fonctions à la cour. En 1427, l'artiste se rend à Tournai pour assister à un banquet à l'occasion de la fête de saint Lucas, en compagnie d'autres artistes de premier plan, Robert Campin et Rogier van der Weyden. Certains écrivent qu'il a été nommé membre senior de la guilde à cette époque. Van Eyck lui rend à nouveau visite l'année suivante, mais la raison n'en est pas connue. Philippe le Bon envoie également Jan en mission de confiance, décrite dans les archives comme " certains voyages lointains et secrets ", incluant peut-être un pèlerinage de Philippe en Terre Sainte, et de longs voyages en Italie, où il rencontre des artistes florentins, Masaccio en particulier, en Angleterre, et peut-être à Prague entre 1427 et 1436. Sa forte mémoire visuelle lui a permis de se souvenir de nombreuses personnes et scènes historiques qui lui ont servi à jamais dans ses peintures. Plus connu est le voyage diplomatique bien documenté à Lisbonne en 1428, où il a peint deux portraits de la princesse Isabella du Portugal qui devait être la troisième épouse de Philippe. Les tableaux ont été renvoyés au duc séparément, l'un par voie terrestre et l'autre par voie maritime. Malheureusement, bien que les deux portraits de fiançailles aient été reçus par Philippe, ils sont maintenant perdus et il n'en reste que des copies.

Princesse Isabella du Portugal, copie d'après Jan van Eyck (1428)

Princesse Isabella du Portugal, copie d'après Jan van Eyck (1428)

 

La confiance accordée à van Eyck lors de ces voyages de représentation du duc suggère la proximité et même l'admiration que Philippe vouait à l'artiste. Bien que n'ayant pas reçu d'éducation formelle, van Eyck savait lire et écrire, démontrant sa connaissance du latin, du grec et de l'hébreu par des inscriptions sur ses peintures et leurs cadres distinctifs. Un incident bien connu, transcrit dans l'ouvrage Northern Renaissance Art de Wolfgang Stechow : Sources and Documents de Wolfgang Stechow souligne le respect que Philippe portait à l'artiste. Lorsque l'Échiquier a refusé de payer l'artiste, le duc a réprimandé cette décision en écrivant : "Nous avons entendu dire que vous ne vérifiez pas facilement certaines de nos lettres accordant une pension à vie à notre peintre écuyer bien-aimé, Jan van Eyck, ce qui fait qu'il ne peut pas recevoir ladite pension ; et pour cette raison, il se verra dans l'obligation de quitter notre service, ce qui nous causerait un grand déplaisir, car nous le garderons pour certains grands travaux dont nous avons l'intention de l'occuper dorénavant et nous ne trouvons pas son semblable plus à notre goût, lui qui est si excellent dans son art et sa science." Par la suite, van Eyck reçut sans faute ses versements annuels.

Une réalisation inhabituelle, et peut-être moins documentée, de van Eyck est signalée par Scott L. Montgomery, auteur et conférencier en sciences humaines, qui attribue à van Eyck la création des premières représentations naturalistes connues de la lune dans l'art occidental, précédant de 85 ans les dessins du même sujet réalisés par Leonardo da Vinci. Il attribue cette réalisation à "l'artiste flamand Jan van Eyck, peut-être en collaboration partielle avec son frère Hubert", entre 1420 et 1437. "Ces images, qui représentent la Lune en plein jour, apparaissent dans les tableaux suivants : la Crucifixion (1420-25), Sainte Barbe (1437) et le panneau des Chevaliers du Christ du célèbre Retable de Gand (1426-1432)." Il contraste avec le rendu allégorique habituellement donné aux objets célestes, ou la "personnification d'une figure religieuse ou mythique", en concluant : "Un tel réalisme est indéniablement le résultat d'une étude minutieuse et directe des objets individuels dans l'environnement naturel."

 

Ce tableau Cardinal Nicolo Albergati (1431) est basé sur l'esquisse de Jan van Eyck réalisée lors de la visite du cardinal à Anvers. Bien que très détaillé et naturaliste, le dessin original révèle que le portrait peint est aussi une représentation légèrement idéalisée.

Ce tableau Cardinal Nicolo Albergati (1431) est basé sur l'esquisse de Jan van Eyck réalisée lors de la visite du cardinal à Anvers. Bien que très détaillé et naturaliste, le dessin original révèle que le portrait peint est aussi une représentation légèrement idéalisée.

 

L'historien de l'art Jelte Dijkstra, qui a écrit sur les aspects techniques des premiers artistes néerlandais, a distingué l'artiste de ses pairs : "Jan van Eyck semble être exceptionnel : si l'on peut dire que l'un des premiers peintres néerlandais a produit des œuvres 'authentiques', c'est bien cet artiste. Huit tableaux signés et datés subsistent, sans compter le Retable de Gand avec son inscription contestée." L'analyse technique s'inscrit dans le prolongement d'une enquête de plusieurs siècles sur les surfaces exquises de la peinture néerlandaise, en particulier celles de van Eyck et Rogier van der Weyden. La recherche a cherché à la fois à comprendre le type d'huile et d'autres liants pigmentaires utilisés par l'artiste et un niveau de connaissance sûr pour déterminer avec précision la paternité de l'œuvre. Décrivant les premiers résultats de ces recherches, Dijkstra poursuit : "Les données techniques sur les panneaux publiées jusqu'à présent donnent une impression très cohérente du style du sous-dessin, de la méthode de travail et de l'application de la peinture. Cette cohérence et la petite taille de la majorité de ces panneaux suggèrent que Jan van Eyck a réalisé lui-même l'ensemble de la peinture, bien que cela ne soit en aucun cas certain."


La période tardive


À la fin de sa carrière, van Eyck et ses contemporains ont fait du portrait une forme d'art majeure. L'artiste possède une liste internationale de riches mécènes qui lui commandent des portraits ou des tableaux de dévotion. Dans ses compositions les plus complexes, Jan était capable de construire un monde pictural unifié et logique de manière convaincante, avec une immobilité physique absolue et rempli d'énergie spirituelle. C'est en Italie que sa renommée internationale est la mieux documentée, comme le note Susie Nash, professeur d'art de la Renaissance, dans son livre intitulé Northern Renaissance Art, dans lequel elle documente les écrivains humanistes, "tels que Cyriacus d'Ancona (1449), Bartolommeo Fazio (1456), Francesco Florio (1477) et Giovanni Santi (1482)... [qui fournissent] un témoignage de la renommée des peintres néerlandais." D'Ancona, par exemple, a écrit que les peintures de van Eyck semblaient "non pas dues à l'artifice de la main de l'homme mais à la nature toute-puissante elle-même." Bartolommeo Fazio, qui a décrit van Eyck comme "le principal peintre" de son époque dans son De viris illustribus, a également noté : "Il n'est pas dépourvu de connaissances, notamment en géométrie et dans les arts qui contribuent à l'enrichissement de la peinture, et on pense pour cette raison qu'il a découvert de nombreuses choses sur les propriétés des couleurs consignées par les anciens et apprises par lui en lisant Pline et d'autres auteurs."

En 1431, après ses nombreux et longs voyages pour le duc, Jan achète une maison avec une façade en pierre à Bruges. Il épouse une femme beaucoup plus jeune, Margareta, issue d'une classe inférieure mais toujours noble, qui lui donnera dix enfants. En 1434, le duc Philippe fut le parrain du baptême de leur premier enfant, nommé Philippe ou Philippine, augmenta le salaire de Jan et lui donna six gobelets en argent fabriqués par un orfèvre de Bruges spécialement pour le baptême de l'enfant. Deux ans plus tard, c'est le dernier " voyage secret " documenté que van Eyck fera pour le compte du duc. Philippe a continué à soutenir la famille van Eyck, même après la mort de l'artiste estimé en 1441. Il aide une des filles de l'artiste à entrer dans un couvent et prolonge les paiements de l'artiste à sa veuve. À la mort de Jan, son frère cadet, Lambert, aurait réglé la succession, repris l'atelier de l'artiste avec ses nombreuses commandes inachevées, puis supervisé sa fermeture. Lambert a également été chargé d'exhumer le corps de son frère pour le réinhumer dans la cathédrale Saint-Donatien de Bruges.

Le Portrait de Margareta van Eyck (1439) est le seul portrait féminin de Jan et l'une des premières œuvres d'art européennes à représenter l'épouse d'un peintre masculin. L'inscription sur le cadre de marbre original identifie la femme comme Margareta avec "...mon mari Jean m'a achevée...quand j'avais trente-trois ans...".

Le Portrait de Margareta van Eyck (1439) est le seul portrait féminin de Jan et l'une des premières œuvres d'art européennes à représenter l'épouse d'un peintre masculin. L'inscription sur le cadre de marbre original identifie la femme comme Margareta avec "...mon mari Jean m'a achevée...quand j'avais trente-trois ans...".

 

L'héritage de Jan van Eyck

Place Van Eyck, Statue de Jan van Eyck près de sa maison à Bruges

Place Van Eyck, Statue de Jan van Eyck près de sa maison à Bruges.

 

Jan van Eyck a joué un rôle de premier plan dans la peinture flamande du XVe siècle, grâce à ses innovations dans l'utilisation de la perspective optique et la manipulation de la peinture à l'huile. Les transitions graduelles entre les zones de couleur étaient désormais possibles grâce au temps de séchage plus lent de la peinture à l'huile qui, par rapport à la tempera à l'œuf, permettait d'utiliser les couleurs de manière plus spécifique pour représenter la perspective, l'espace profond et le modelé réaliste. Bien que le spectre de son frère Hubert, soulevé par la dédicace de Jan sur le retable de Gand, ait suscité des doutes quant à la véritable paternité de cette œuvre et d'autres œuvres de jeunesse, il est clair que la quantité de documents et d'éloges accordés à Jan pendant et après sa vie éclipse le manque de matériel concernant la carrière d'Hubert.

Alistair Smith, ancien conservateur de la peinture flamande et allemande à la National Gallery de Londres, a déclaré : "En termes de développement de l'huile et de naturalisme, Jan van Eyck est l'un des fondateurs de la peinture moderne". En effet, la portée de van Eyck a largement dépassé son époque, où il a exercé une influence majeure sur d'autres peintres nordiques, tels que ses contemporains Rogier van der Weyden et même les œuvres tardives de Robert Campin, et ses successeurs, notamment Petrus Christus et, plus tard, Hans Memling. Notamment, lors d'un voyage à Gand en avril 1521, le célèbre peintre et graveur allemand de la Renaissance Albrecht Dürer a été amené à voir le Retable de Gand, où il a décrit : "... Je venais d'être pris pour quelque chose de grand. Puis j'ai vu le tableau de Jan van Eyck ; c'est une peinture très précieuse, pleine d'idées. L'Ève, Marie et Dieu le Père sont particulièrement réussis." Dürer a absorbé de nombreuses facettes du style de van Eyck, outre la nature précise de son naturalisme, il a également évoqué son portrait de trois quarts, créant une signature stylisée, et noté par les historiens de l'art Jeroen Stumpel et Jolein van Kregten, son "contraste eyckien entre le très proche et le très lointain."

L'influence des Primitifs flamands, qui seront nommés plus tard, semble s'affaiblir à mesure que le renouveau classique de la peinture italienne gagne les régions septentrionales de l'Europe. Cependant, au fur et à mesure que les collections d'œuvres importantes des Pays-Bas passent entre de nouvelles mains, notamment en 1516 pour Marguerite d'Autriche, régente des Habsbourg des Pays-Bas, dont les œuvres d'art sont ensuite héritées, via Marie de Hongrie, par le roi Philippe II d'Espagne, où elles sont mentionnées pour la première fois dans un inventaire de 1558. Ici, une peinture mineure des filles de Philippe a peut-être été influencée par les postures du célèbre portrait Arnolfini de van Eyck. Ce qui est plus largement reconnu, c'est l'influence de ce tableau sur le célèbre Las Meninas du peintre de la cour de Philippe IV et figure de proue du baroque espagnol, Diego Velázquez. Dans cette dernière œuvre, l'utilisation similaire d'un miroir par le peintre espagnol pour compléter la narration visuelle et conceptuelle du tableau s'est avérée aussi déroutante pour les spécialistes que l'œuvre antérieure de van Eyck. Las Meninas de Velazquez influencera à son tour le peintre romantique Francisco Jose de Goya y Lucientes, comme en témoignent les gravures réalisées à partir du chef-d'œuvre de Velazquez et de la représentation de la famille royale par Goya, quoique avec un certain sens de l'ironie. Au cours de la période romantique, l'intérêt pour la Renaissance du Nord a été ravivé, de même que l'intérêt pour les réalisations des artistes et des architectes de l'ère gothique.

Le portrait d'Arnolfini, apparemment petit et sans prétention, allait à nouveau faire tourner les têtes après être entré en possession de la National Gallery of London en 1842, plus de 400 ans après avoir été commandé pour la première fois par le riche marchand. C'est à cette époque qu'un groupe de jeunes artistes rebelles de la British Royal Academy a cherché à renverser l'influence du président fondateur, Sir Joshua Reynolds, auquel ils ont attribué la condescendance Sir "Sloshua" Reynolds, et des siècles de ce qu'ils ont décrit comme un mimétisme des maîtres de la Renaissance, Raphaël par-dessus tout. Pour les préraphaélites, comme ils étaient collectivement appelés, la véracité frappante de cette petite peinture faisait écho aux fins détails observés dans les premières photographies, un procédé récemment inventé. Cette peinture était presque prémonitoire dans sa modernité. Une récente exposition à la National Gallery de Londres, intitulée Reflections : van Eyck and the Pre-Raphaelites (2017-2018) a poursuivi l'exploration de cette relation en se concentrant étroitement sur l'utilisation du miroir par ce dernier groupe d'artistes. Le style de van Eyck et des Primitifs flamands est également crédité comme un élément clé de l'éloignement de Grant Wood de ses premières toiles impressionnistes, qu'il a toutes deux vues lors de ses premiers voyages en Europe. Plus récemment, les artistes associés au mouvement pop surréaliste contemporain, y compris des figures de proue comme le couple Mark Ryden et Marion Peck, considèrent les maîtres flamands et Jan van Eyck comme une influence clé de leurs débuts.
Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.