Henri Rousseau
News

Henri Rousseau

Mar 26, 2023

Henri Rousseau


Peintre français 


Né : 21 mai 1844 - Laval, France

Décédé : 2 septembre 1910 - Paris, France


L'enfance


Henri Julien Felix Rousseau grandit dans des conditions modestes à Laval, une petite ville du nord-ouest de la France. Son père, métallurgiste, connaît des difficultés financières à long terme et accumule suffisamment de dettes pour que la maison familiale soit saisie en 1851. Le jeune Henri s'inscrit alors en internat au lycée de Laval, qu'il fréquente jusqu'en 1860. Il est un élève moyen, hormis des distinctions en musique et en dessin.


Formation initiale


La famille déménage à Angers en 1861, où Rousseau trouve un emploi de clerc d'huissier. Il réussit à éviter l'appel sous les drapeaux en tirant au sort, mais finit par servir dans le 51e régiment d'infanterie pour éviter le scandale après que son employeur l'a accusé de vol. Ses sept années de service actif en France se sont déroulées sans incident, mais Rousseau a souvent enjolivé les récits de ses exploits militaires. L'une de ses aventures inventées consistait à aider à endiguer le soulèvement contre l'empereur Maximilien au Mexique, où il aurait ostensiblement été exposé à la vie dans la jungle qui a inspiré ses peintures ultérieures.

Moi-même, portrait-paysage (1890)

Moi-même, portrait-paysage (1890)

Rousseau épouse sa première femme, Clémence Boitard, en 1868. De leurs nombreux enfants, seule une fille, Julia, a survécu jusqu'à l'âge adulte. Après avoir quitté le régiment, il accepte un emploi de contrôleur de marchandises pour l'administration des péages, ce qui lui vaut le surnom de "Le Douanier", qu'il conservera toute sa vie. C'est là que Rousseau réalise ses premiers dessins et peintures. Les débuts de sa carrière d'artiste sont incertains, mais il affirme avoir commencé à peindre à l'âge de quarante ans (1884), ce qui correspond à l'époque où il obtient une licence pour faire des copies de tableaux au Louvre. Son métier de douanier n'exigeant que de rares périodes d'assiduité, il est possible que Rousseau ait pu s'exercer au dessin pendant les périodes creuses de son travail.

Surprise ! Tigre dans une tempête tropicale (1891)

Surprise ! Tigre dans une tempête tropicale (1891)

Étonnamment, Rousseau exprime la plus grande admiration pour des peintres tels que Jean-Léon Gérôme et William-Adolphe Bouguereau, et s'efforce d'obtenir la reconnaissance de l'Académie des Beaux-Arts. Refusé au Salon, il expose pour la première fois avec le Groupe des Indépendants en 1885. Les deux tableaux choisis pour l'exposition illustrent son hésitation entre tradition et modernité : Danse italienne représente un sujet popularisé par les peintres académiques, tandis que l'autre, Coucher de soleil, aborde un thème privilégié par les impressionnistes. L'année suivante, le Groupe des Indépendants crée son propre Salon, auquel Rousseau participe presque chaque année jusqu'à sa mort. Le premier Salon des Indépendants présente Soirée de carnaval (1886), un tableau de jeunesse qui présente déjà l'étrangeté, l'onirisme et l'agencement de la composition qui caractérisent le style de la maturité de Rousseau. Surpris ! Tigre dans une tempête tropicale (1891), la première de ses célèbres peintures de jungle, a été exposée aux Indépendants en 1891. Contrairement à ce qu'affirme Rousseau, ces œuvres ont probablement été inspirées par des visites au Jardin des Plantes de Paris et au Muséum d'Histoire Naturelle.


Période de maturité


En 1889, Rousseau se rend à Paris pour l'Exposition universelle, ce qui l'incite à écrire une pièce de théâtre sur cette expérience. La foire est également intégrée à l'arrière-plan du tableau Moi-même, portrait-paysage (1890), qui est accueilli par la critique avec moquerie et sarcasme.

La gitane endormie (1897)

La gitane endormie (1897)

En 1893, Rousseau prend une retraite anticipée du bureau des douanes et se consacre à la peinture. La Guerre (1894), exposée aux Indépendants cette année-là, marque un tournant dans sa carrière. Cette grande peinture allégorique lui vaut sa seule critique positive à ce jour dans le Mercure de France. Elle attire également l'attention du poète et écrivain Alfred Jarry, qui publie une lithographie de La Guerre dans son magazine. Rousseau exécute un portrait de Jarry en 1895, qui sera ensuite détruit par Jarry lui-même pour la nouveauté de ruiner sa propre image.

henri rousseau

En 1898, dix ans après la mort de sa première femme, Rousseau épouse Joséphine Noury, une veuve. Toujours en quête de reconnaissance, il se présente à deux concours entre 1898 et 1900 pour peindre respectivement les mairies de Vincennes et d'Asnières, mais ne remporte aucun des deux. Grâce aux commentaires de la presse, il se rend compte qu'il a acquis une certaine notoriété avec ses peintures de la jungle et revient à ce sujet avec Scouts attaqués par le tigre en 1904. Sa présence aux Indépendants suscite de nombreuses critiques, ce qui propulse à nouveau Rousseau sur le devant de la scène.

Le lion affamé se jette sur l'antilope (1905)

Le lion affamé se jette sur l'antilope (1905)

C'est à cette époque que la jeune génération d'artistes découvre Rousseau, dont le travail semble étroitement lié à l'art "primitif" qui devient populaire parmi de nombreux membres de l'avant-garde. Il se lie rapidement d'amitié avec plusieurs de ces artistes, dont Georges Braque, Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire et Robert Delaunay. En 1906, Rousseau rencontre Wilhelm Uhde, un collectionneur et critique d'art allemand qui jouera un rôle déterminant dans la promotion de son œuvre au cours des dernières années de sa vie. La carrière de Rousseau subit cependant un revers lorsqu'il est emprisonné pour fraude bancaire en 1907. La série de notes qu'il adressa au juge pour demander sa libération, qui exagéraient son caractère et ses mérites, constitue l'une des informations les plus précises qui existent aujourd'hui sur l'artiste.



Les dernières années et la mort


En 1908, Uhde organise la première exposition personnelle de Rousseau, qui se solde par un échec. La même année, Pablo Picasso achète le Portrait de femme (1895) de Rousseau qu'il a trouvé dans une boutique d'occasion. Pour célébrer cette acquisition, Picasso organise une fête désormais légendaire qui a inspiré des récits colorés à de nombreux invités, dont Gertrude Stein. En tant qu'invité d'honneur, Rousseau s'est assis sur un trône improvisé à partir d'une chaise surélevée sur une caisse d'emballage, et a même ajouté au divertissement en jouant une valse qu'il avait écrite et nommée en l'honneur de sa première femme. Malgré sa popularité auprès de ses collègues artistes, Rousseau continue d'être considéré comme une figure d'amusement dans le monde de l'art et vit dans la pauvreté jusqu'à la fin de sa vie. Il meurt en 1910, souffrant d'une blessure infectée à la jambe et découragé par le rejet de ses avances romantiques par Léonie, une vendeuse.

Le rêve (1910)

Le rêve (1910)

L'héritage d'Henri Rousseau


Les amis et collègues artistes de Rousseau ont joué un rôle important dans la promotion de son héritage immédiatement après sa mort. L'artiste Max Weber a présenté l'œuvre de Rousseau au public américain lors d'une exposition à New York en 1910, suivie d'une exposition commémorative organisée par Robert Delaunay au Salon des Indépendants l'année suivante. Uhde publie également la première biographie de Rousseau, qui impressionne profondément Wassily Kandinsky, lequel achète plus tard deux tableaux de Rousseau et inclut des reproductions de ses œuvres dans l'Almanach du Blaue Reiter (1912).

Le charmeur de serpents (1907)

Le charmeur de serpents (1907)

Doté d'une étrangeté étrange et séduisante, capable d'évoquer le mystère dans le banal et l'exotique, l'œuvre de Rousseau a laissé une empreinte indélébile sur les artistes de la génération suivante et au-delà. La technique non académique et la simplicité enfantine de son travail ont trouvé un écho dans le "primitivisme" adopté par les artistes modernes du début du XXe siècle, tels que Picasso et Kandinsky, qui se sont tournés vers des formes d'art telles que les masques tribaux africains et l'art populaire russe dans leur recherche d'un moyen d'expression plus "primitif". Rousseau a également été qualifié de "proto-surréaliste" par André Breton, en raison de la qualité onirique, absurde et métaphysique de son art et de l'utilisation de couleurs vives et de contours clairs, anticipant ainsi les œuvres de surréalistes tels que René Magritte et Giorgio de Chirico.

Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.