Paul Klee
News

Paul Klee

Jan 22, 2023

Paul Klee

 Peintre suisse 


Naissance : 18 décembre 1879 - Munchenbuchsee, Suisse

Décès : 29 juin 1940 - Locarno, Suisse


Enfance


Paul Klee est né d'un père allemand, professeur de musique à l'école normale de Berne-Hofwil, et d'une mère suisse, chanteuse professionnelle de formation. Encouragé par ses parents musiciens, il commence le violon à l'âge de sept ans. Ses autres hobbies, le dessin et l'écriture de poèmes, ne sont pas encouragés de la même manière. Malgré le souhait de ses parents qu'il poursuive une carrière musicale, Klee décide qu'il aura plus de succès dans les arts visuels, un domaine dans lequel il pourra créer plutôt que de simplement jouer.


Formation initiale


La formation académique de Klee se concentre principalement sur ses compétences en dessin. Il étudie dans un atelier privé pendant deux ans avant de rejoindre l'atelier du symboliste allemand Franz von Stuck en 1900. Pendant ses études à Munich, il rencontre Lily Stumpf, une pianiste, et le couple se marie en 1906. Le travail de Lily en tant que professeur de piano soutient les premières années de Klee en tant qu'artiste, même après la naissance de leur fils, Felix, en 1907.


Klee reste isolé des développements de l'art moderne jusqu'en 1911, année où il rencontre Wassily Kandinsky, Franz Marc et August Macke du Blaue Reiter. Il participe à la deuxième exposition du  groupe expressionniste allemand Blaue Reiter en 1912 et y découvre les œuvres d'autres artistes d'avant-garde tels que Robert Delaunay, Pablo Picasso et Georges Braque. La même année, Klee visite l'atelier de Delaunay à Paris. C'est à cette époque qu'il commence à expérimenter l'abstraction.

Hammamet avec sa mosquée (1914)

Hammamet avec sa mosquée (1914)

Le voyage de Klee en Tunisie en 1914 modifie sa relation avec la couleur. "La couleur et moi ne faisons qu'un", déclare-t-il dans son journal intime. "Je suis un peintre." Voyageant avec August Macke et Louis Moilliet, il dessine et peint à l'aquarelle des paysages de Tunis, Hammamet et Kairouan. Après le retour de Klee, il crée plusieurs œuvres abstraites à partir de ses aquarelles tunisiennes.


Période de maturité


Les opinions de Klee sur l'art abstrait ont été influencées par la thèse de Wilhelm Worringer, Abstraction et empathie (1907), qui émet l'hypothèse que l'art abstrait a été créé en temps de guerre. La Première Guerre mondiale éclate trois mois seulement après le retour de Klee de Tunisie. Klee est appelé sous les drapeaux en 1916, mais il est épargné par le front. Entre-temps, il connaît un succès financier, notamment après une grande exposition à la galerie Der Sturm de Berlin. Klee est réservé dans ses opinions contre la guerre, mais lorsqu'un gouvernement communiste est déclaré à Munich en novembre 1918, il accepte avec enthousiasme un poste au sein du comité exécutif des artistes révolutionnaires. La révolution de novembre échoue peu après et Klee retourne en Suisse.

La machine à gazouiller [Die Zwitschermaschine] (1922)

La machine à gazouiller [Die Zwitschermaschine] (1922)

En 1920, Klee accepte une invitation à enseigner au Staatliches Bauhaus de Weimar. Le Bauhaus était une école d'architecture et de design industriel influente qui visait à donner aux étudiants une formation de base dans tous les arts visuels. Klee a enseigné à l'école pendant dix ans et a quitté Weimar pour Dessau avec le Bauhaus en 1925. Il donne des ateliers de reliure et de peinture de vitraux, mais son influence en tant que professeur se fait surtout sentir dans sa série de conférences détaillées sur la forme visuelle (Bildnerische Formlehre).

Le lieu de l'affection (1922)

Le lieu de l'affection (1922)

En 1930, Klee quitte le Bauhaus pour l'académie des beaux-arts de Düsseldorf, mais cette brève période de calme prend fin le 30 janvier 1933, lorsque Hitler est nommé chancelier d'Allemagne. Klee est dénoncé comme un "Juif galicien" et un "bolchevik culturel", et son œuvre est qualifiée de "subversive" et de "démente". Sa maison à Dessau est fouillée et, en avril 1933, il est démis de son poste d'enseignant. Klee et sa femme retournent à Berne en décembre.


La période tardive et la mort


Deux ans après son retour en Suisse, Klee tombe malade d'une maladie qui sera diagnostiquée plus tard comme une sclérodermie progressive, une maladie auto-immune qui durcit la peau et d'autres organes. L'artiste n'a créé que 25 œuvres l'année suivant sa maladie, mais sa créativité a refait surface en 1937 et a atteint le chiffre record de 1 253 œuvres en 1939. Ses dernières œuvres traitent du chagrin, de la douleur, de la résilience et de l'acceptation de la mort qui approche.

La mort et le feu (1940)

La mort et le feu (1940)

Plusieurs des œuvres de Klee ont été incluses dans l'exposition "Art dégénéré" organisée par les nationaux-socialistes à Munich en 1937. Les accusations contre la personnalité et la politique de Klee qui ont été portées contre lui en Allemagne ont compliqué sa demande de citoyenneté suisse en 1939. Bien qu'il soit né en Suisse, son père était allemand, ce qui, selon la loi suisse, signifiait que Klee était un citoyen allemand. Klee meurt le 29 juin 1940 à Locarno, en Suisse, avant que sa demande finale ne soit approuvée.


L'héritage de Paul Klee


L'héritage artistique de Paul Klee est immense, même si nombre de ses successeurs n'ont pas fait ouvertement référence à son œuvre comme source ou influence apparente. De son vivant, les surréalistes trouvaient que la juxtaposition apparemment aléatoire de textes, de signes abstraits et de symboles réducteurs de Klee évoquait la manière dont l'esprit, à l'état de rêve, recombine des objets disparates de la vie quotidienne et apportait ainsi de nouvelles idées sur la façon dont l'inconscient exerce son pouvoir, même sur la réalité éveillée.

Dans l'art européen d'après les années 1940, des artistes tels que Jean Dubuffet ont continué à se référer à l'art des enfants comme à une sorte d'idéal expressif sans formation. La réputation de Klee s'est considérablement accrue dans les années 1950, époque à laquelle, par exemple, les expressionnistes abstraits pouvaient voir ses œuvres dans les expositions new-yorkaises. L'utilisation par Klee de signes et de symboles intéresse particulièrement les artistes de l'école de New York, notamment ceux qui s'intéressent à la mythologie, à l'inconscient et au primitivisme (ainsi qu'à l'art des autodidactes et à celui des enfants). L'utilisation par Klee de la couleur comme moyen d'expression de l'émotion humaine à part entière a également séduit les peintres du Color Field, tels que Jules Olitski et Helen Frankenthaler. Enfin, les artistes américains en pleine maturité dans les années 1960 et 1970, comme Ellsworth Kelly, avaient une dette envers Klee pour sa théorie pionnière de la couleur à l'époque du Bauhaus.
Articles Liés
Juan Gris

Juan Gris

Plus
André Derain

André Derain

Plus
Pierre Bonnard

Pierre Bonnard

Plus

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.